Tyr – Valkyrja

Tyr-Valkyrja

Avis :

Le métal n’est pas qu’une affaire des grands pays. Et si on s’intéresse un tant soit peu à cet univers très riche, on peut tomber sur des groupes venant de pays tout pays, où dont la culture ne laisse pas tellement la place à ce genre musical. On pense notamment à Orphaned Land qui vient d’Israël ou encore Volbeat qui vient du Danemark. Tyr est un groupe qui mêle folk métal et viking métal et qui provient d’un pays qui est plus connu pour prendre des branlées au foot que pour sa musique, les îles Féroé. Et oui, ce petit archipel à mi-chemin entre l’Ecosse et l’Islande peut se targuer d’avoir un excellent groupe de métal, et ça fait plaisir à voir. Pour faire sa musique, le groupe tient son nom d’un dieu nordique et ils sont vraiment inspirés par la mythologie nordique et par l’histoire des pays scandinaves. Normal pour un groupe dont le pays est soumis au Danemark. Fondé en 1998, le groupe s’inspire très rapidement de plusieurs éléments dont la musique traditionnelle de leur pays, mais aussi la mythologie nordique et le heavy métal, ce qui rend le mélange relativement bon et qui a fait le succès du groupe. Car Valkyrja est le septième album du groupe.

L’album commence sur les chapeaux de roues avec Blood of Heroes qui s’inspire fortement du heavy des années 80 mais avec des paroles très ancrées dans la mythologie et les combats. Le refrain demeure bien entêtant et on rentre rapidement dans le vif du sujet. Les guitares sont nerveuses, tout cela va assez vite et c’est relativement bon, même si on a l’impression d’avoir déjà entendu cela plusieurs fois. Mare of my Night est un poil plus recherché dans les riffs de guitare, mais c’est surtout le rythme scandé qui va par les couplets qui va marquer les esprits. Le refrain est assez quelconque même s’il va assez vite, notamment au niveau de la batterie. Le troisième morceau, Hel Hath No Fury fait plus dans le power métal et correspond plus à l’image que l’on se fait du groupe. Le morceau reste plus puissant que les deux précédents. Par la suite, The Lay of Our Love démarre avec une voix de femme et le titre est la ballade de l’album. Ce morceau est juste fantastique et d’une très grande beauté et pureté. Une réelle réussite. L’association de la voix féminine et de la voix plus grave du chanteur est parfaite et demeure très touchante. Bizarrement, le morceau suivant, Nation, est beaucoup plus lourd que tous les autres titres et démarre par la suite de façon classique mais tout en gardant une grande puissance. Another Fallen Brother demeure là aussi l’un des meilleurs morceaux de l’album, gardant une belle puissance tout en étant très mélancolique malgré un refrain qui tabasse à la batterie. Le chant clair fait des merveilles et les chœurs rendent vraiment bien, tout comme la vitesse des guitares. Bref, un excellent morceau. Grindavisan fait office de transition entre les deux parties de l’album, car il est chanté en islandais, une sublime langue qui sied parfaitement au genre métal et le titre est vraiment très bon techniquement parlant, avec des guitares plus présentes.

Týr

Into the Sky est un morceau beaucoup plus classique et sert surement un peu de bouche-trou dans le skeud. Néanmoins, son refrain reste en tête un long moment et il permet de montrer dans le talent du chanteur. Fanar Burtur Brandaljod est encore une foi un morceau en islandais et il demeure d’excellente facture. Montant crescendo vers un beau final, ce morceau montre là aussi la variation dont peut faire preuve le groupe. Lady of the Slain est le morceau le plus rapide du groupe, allant chercher vers le métal pur et dur pour proposer un morceau qui est vraiment très bon et qui appelle à la bataille et au mosh pit. Le refrain, avec les chœurs, rappelle là-aussi un chant guerrier et va s’enracine dans le genre du power métal, proposant aussi un solo de guitare hyper maîtrisé. Valkyrja est le morceu e plus dense et le plus complet de l’album, mêlant des aspects métal avec d’autres plus calmes et mélancolique. Un morceau vraiment réussi là aussi. Enfin, le groupe termine son skeud sur deux références, en reprenant When Eagles Dare d’Iron Maiden de fort belle manière, mais c’est surtout Cemetery Gates de Pantera qui aura toutes les acclamations dont le morceau est sublimé.

Au final, Valkyrja, le septième et dernier album en date de Tyr est une franche réussite même s’il ne révolutionnera pas le genre. Habile mélange de Viking, Folk et Heavy, le groupe s’essaye à divers genres et propose quelque chose de varié, plaisant et dynamique. On retiendra aussi les morceaux en islandais, langue qui s’associe parfaitement au métal et que l’on aimerait entendre un peu plus souvent.

  1. Blood of Heroes
  2. Mare of my Night
  3. Hel Hath No Fury
  4. The Lay of Our Love
  5. Nation
  6. Another Fallen Brother
  7. Grindavisan
  8. Into the Sky
  9. Fanar Burtur Brandaljod
  10. Lady of the Slain
  11. Valkyrja
  12. When Eagles Dare (Iron Maiden)
  13. Cemetery Gates (Pantera)

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net