avril 15, 2021

Blut Aus Nord – Hallucinogen

Avis :

On ne connait pas leur visage, ils ne donnent jamais de concert, ce n’est pas facile de connaitre le line-up exact du nouvel album. Rares sont les groupes qui se sont à ce point effacés derrière leur musique, cultivant un tel anonymat total. Et pourtant, Blut Aus Nord c’est 25 ans de carrière, des piliers du black metal français (prouvant encore une fois par la même à quel point la scène metal, et française est extrêmement riche) voire du black metal tout court. Originaires du Calvados, ce sont les chantres d’une musique toujours plus exigeante (à l’image du label Debemur Morti sur lequel ils officient), dont ils en remodèlent régulièrement la grammaire, les contours au fil de cycles et au gré d’expérimentations.

13ème album du groupe, Hallucinogen inaugure un nouveau cycle, moins sombre que les opus précédents, un trip sensitif et sensoriel aux confins de l’espace, durant lesquels nos sens sont bousculés entre chaos et harmonie.

Sorti avec 15 jours d’avance en raison de sa fuite sur internet, Hallucinogen est un album pour lequel personne n’était préparé. En effet, il est difficile de s’imaginer à quel point dès la première note, on va s’engouffrer dans un voyage astral aux confins d’abysses tellement profondes que la perception est altérée et que les sens sont victimes d’hallucinations. La musique d’Hallucinogen est tout sauf évidente, ornée de vocaux fantomatiques, de riffs torturés et sublimes et d’un véritable tapis de bombes en guise de batterie.

On plonge dès le sublime Nomos Nebuleam, tour à tour flottant dans la légèreté dans des breaks aériens (comme sur Nebeleste), et secoués violemment par des entités aussi mystérieuses que maléfiques (lorsqu’apparait une voix bien haineuse sur Sybelius, Anthosmos (pourtant débutant sur un riff ouaté) ou Haallucinälhia), faisant des allers-retours continus entre lumière et obscurité totales. A chaud, il n’est pas facile d’écrire un roman sur cet album, et à froid non plus tant c’est une musique unique, une vraie expérience qui se vit plus qu’elle ne se raconte, qui se vit avec le casque vissé sur les oreilles, au calme avec une bonne chaîne sans aucune perturbation, ou encore (tant qu’à faire) sous ayahuasca. Une expérience qui se médite, qui demande réflexion, ainsi que plusieurs écoutes pour saisir toutes les nuances.

Non, vraiment, personne ne peut être prêt pour un tel voyage à la limite du trip chamanique, pas même les habitués de Blut Aus Nord. Un voyage qui se mérite, mais pour lequel ceux qui s’y engouffreront ne regretteront pas le ticket.

  • Nomos Nebuleam
  • Nebeleste
  • Sybelius
  • Anthosmos
  • Mahagma
  • Haallucinählia
  • Cosma Procyiris

Note : 19.5/20

Par Nikkö

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.