mars 3, 2021

Star Wars – Episode IX – L’Ascension de Skywalker – Abrams of the Dead

Titre Original : Star Wars – Episode IX – The Rise of Skywalker

De : J.J. Abrams

Avec Daisy Ridley, Adam Driver, John Boyega, Oscar ISaac, Ian McDiarmid, Billy Dee Williams, Anthony Daniels

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Space Opera

Scénario : J.J. Abrams, Chris Terrio

Résumé :

Suite à la débâcle sur Crait, la Résistance s’organise, tandis que, de son côté, Kylo Ren, à la tête du premier ordre, se trouve un mystérieux et puissant allié.

Avis :

Après un Episode VII mi figue-mi raisin et un Episode VIII qui a déchaîné la colère des fans, on ne savait pas trop à quoi s’attendre avec cet ultime opus, censé clore, non seulement la trilogie post rachat de Disney, mais aussi l’intégralité de la saga. Il semblerait que chez Lucasfilm, on joue la carte de l’assurance; le fandom de Star Wars n’ayant que très moyennement apprécié les libertés prises par le sieur Johnson. Ce qui est dommage car ça faisait depuis l’Empire contre-attaque que la saga Star Wars ne nous avait pas offert une telle proposition de cinéma pur, prenant les fans à rebrousse poil sur à peu près tous ses partis pris. Le souci, c’est que ces fans ont clairement trop hurlé au scandale et à la trahison, si bien qu’on craint que les ambitions narratives de la saga soient revues à la baisse, dans un souci de plaire à la masse, plutôt que de nous offrir des œuvres plus personnelles, ce qu’était incontestablement Les derniers Jedi.

Et très tôt, les craintes s’avèrent fondées. Trop soucieux de vouloir gommer les éléments qui ont fâché les fans dans les deux épisodes précédents, Abrams s’adonne à un espèce de négationnisme abject (les parents de Rey, le sabre de Luke, …), prenant clairement le spectateur pour des demeurés et jouant la pernicieuse carte du « on vous a bien eu », tentant de cacher vainement son mercantilisme artistique, plus soucieux de l’avis de la masse plutôt que de la qualité intrinsèque du métrage et de sa continuité dans son univers.

Et pour faire plaisir aux fans, ils sont prêts à tout: au diable la cohérence avec ce qui a été écrit auparavant. On se permet quelques petites piques dérangeantes, car dédaigneuses, au film de Rian Johnson (le sabre de Luke). Ajoutons à cela les (ré)apparitions de personnages disparus ou oubliés dans les épisodes précédents dont l’utilité du retour est toute relative ou encore les anciens décors recyclés. Heureusement que la saga est terminée car il ne restait plus grand monde à faire revenir pour tenter (vainement) de faire vibrer la corde nostalgique.

Tout n’est pas mauvais, loin s’en faut. Le casting principal est, comme dans les deux opus précédents, très bon. La musique de John Williams est excellente, techniquement c’est très maîtrisé et certains plans resteront longtemps imprimés sur la rétine (l’arrivée des vaisseaux ou le combat sur les ruines de ……). On ne pourra pas reprocher à J.J. Abrams d’être avare par rapport au spectacle proposé. En effet, toutes les scènes se succèdent à un rythme effréné, ce qui est la force mais aussi la faiblesse du métrage car, si on n’a pas le temps de s’ennuyer, tout est bien trop rapide pour que l’on puisse contempler les décors ou les paysages, à tel point qu’on ne sait jamais trop sur quelle planète sont les protagonistes. Le film est bien trop dense, tous les enjeux sont survolés. Seuls les personnages de Rey et Ben Solo bénéficient d’un vrai arc narratif, ce qui est dommageable car d’autres arcs établis dans les épisodes précédents restent sans réponse (les chevaliers de Ren pour ne citer qu’eux).

Au final, on regrettera clairement qu’Abrams n’ait pas suivi le changement de ton décrié mais salvateur dans la narration de la plus célèbre des épopées galactiques. Au lieu de ça, il nous propose une œuvre bien trop grande pour être contenue dans un seul film, bouffant à tous les râteliers en voulant faire plaisir à tout le monde. Le film souffre cruellement de cette note d’intention car jamais il ne trouve son rythme et se retrouve dénué de personnalité. Le réalisateur est-il le seul à blâmer? Certainement pas, les premiers responsables de ce retournement de veste sont très clairement les fans hystériques qui ont hurlé au scandale après l’Episode VIII, ceux qui ont écrit des pétitions pour que le film soit refait et qui ont parfois été jusqu’à harceler certains acteurs du film… Triste fandom pour une saga qui restera, quoi qu’il en soit, légendaire.

Note : 08/20

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.