octobre 26, 2020

Vivre et Chanter

Titre Original : Huo Zhe Chang Zhe

De : Johnny Ma

Avec Zhao Xiaoli, Gan Guidan, Yan Xihu, Yan Huanghe

Année : 2019

Pays : Chine, France

Genre : Drame

Résumé :

Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. S’engage alors une lutte pour la survie de leur art.

Avis :

Johnny Ma est un réalisateur sino-canadien qui est né à Shanghai. On sait bien peu de choses sur Johnny Ma. Il commence sa carrière en 2010 avec The Robbery. Trois ans après ce premier film donc, Johnny Ma pose de nouveau sa caméra en Chine pour y suivre une troupe d’acteurs et de chanteurs d’opéra. À la suite de ça, Johnny Ma se fait remarquer et c’est en 2016 qu’il sort son premier film, « Old Stone« . Tourné en Chine, le film n’en est pas moins canadien et outre les nombreux prix que le film remporte, il figure surtout parmi les meilleurs films canadiens de 2016.

Sorti en toute discrétion, « Vivre et chanter« , c’est le film qui attire de par sa sublime affiche. Comment lui résister ? Ne sachant rien du film de Johnny Ma, je me suis laissé emporter par cette œuvre assurément nostalgique. Mais si on passe un joli moment devant « Vivre et chanter« , le film de Johnny Ma a aussi ses défauts et le principal demeure qu’il est bien trop long et qu’il a parfois du mal à nous passionner, ce qui est bien dommage vu l’énergie et l’envie de son réalisateur, comme ses acteurs, d’offrir un moment de cinéma tendre et plein de réflexions.

Zhao Li dirige depuis bien des années un théâtre de quartier où il se joue des spectacles d’opéra chinois. Si jadis le business marchait bien, aujourd’hui la petite troupe a du mal à vivre et le tableau se complique encore lorsque le quartier où se tient le théâtre va être rasé pour laisser place à un centre-ville moderne. Zhao Li va mettre alors tout en œuvre pour essayer de sauver son théâtre, mais le combat va être difficile, car peut-être que les opéras chinois de quartier sont morts…

Pour son deuxième film, Johnny Ma a décidé de s’attaquer à un très beau sujet, la culture et les traditions face au modernisme. Bien des films ont traité de ce sujet, on peut même dire que dans un sens, il est une source inépuisable, et à la différence de bien d’autres sujets, déjà bien trop vus, ce dernier demeure toujours intéressant, dans son idée, son concept, sur le papier et bien souvent à l’écran, comme c’est encore le cas ici.

« Vivre et chanter« , c’est une heure et demi d’incursion au plus près d’une culture (quel plaisir de découvrir l’opéra chinois, quelle beauté et quelle poésie), et en compagnie de personnages qui sont touchants. Johnny Ma pose un regard plein de nostalgie et de bienveillance sur ses personnages et bien au-delà d’eux, sur ces traditions, ces morceaux d’histoires qui s’effacent peu à peu, car si la Chine se développe énormément, elle détruit beaucoup de ce qu’elle fut, pour y construire du neuf. Plein de réflexions, trouvant toujours le bon mot, la bonne scène, on appréciera le fait que le réalisateur ne juge pas les changements de société qui parcourent son film. Non, ici, il nous laisse seul juge de ce qui nous est présenté et il en est bien mieux ainsi.

Toujours du point de vue de l’écriture, on appréciera aussi le fond des personnages, avec lesquels le réalisateur se permet aussi d’aborder d’autres sujets. A travers leurs relations, les interactions, les sentiments, leurs envies ou les désespoirs, Johnny Ma parle d’amour et de famille, la famille qu’on se choisit, il parle de travail et de rigueur. Il parle aussi d’adaptation ou non à ce mode qui change, et qui ne fait pas de cadeaux. « Vivre et chanter » est donc du point de vue de l’écriture et de ses acteurs, un film riche qui vaut assurément le coup d’œil.

Mais face à cela, il faut aussi dire que du point de vue de sa mise en scène, si l’on retiendra des images magnifiques, des idées de mise en scène très intéressantes, si on retiendra une atmosphère magique, placée quelque part entre réalisme, drame, poésie et une touche fantastique, « Vivre et chanter » a du mal à pleinement nous emporter, notamment parce qu’il a tendance à traîner en longueur. Certes, c’est beau et intéressant, mais pourtant, à plus d’un instant, l’ennui est là.

Alors sur l’ensemble, le film reste un petit moment de cinéma qui est somme toute sympathique, mais il est vrai qu’avec un tel sujet, avec un réalisateur de talent comme le démontre bien l’esthétisme et plus encore du film, être simplement sympathique demeure une petite déception. Après, malgré cette petite déception, si jamais vous avez la chance qu’une salle le joue près de chez vous, laissez-vous séduire par la découverte, car mine de rien, « Vivre et chanter » de Johnny Ma mérite son petit coup d’œil.

Note : 11/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.