octobre 1, 2020

Un Monde Plus Grand

De : Fabienne Berthaud

Avec Cécile de France, Narantsetseg Dash, Tserendarizav Dashnyam, Ludivine Sagnier

Année : 2019

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Partie en Mongolie chez des éleveurs de rennes pour enregistrer des chants traditionnels, Corine pensait pouvoir surmonter la mort de Paul, son grand amour. Mais sa rencontre avec la chamane Oyun bouleverse son voyage, elle lui annonce qu’elle a reçu un don rare et doit être formée aux traditions chamaniques. De retour en France, elle ne peut refuser ce qui s’impose désormais à elle : elle doit repartir pour commencer son initiation… et découvrir un monde plus grand. 

Avis :

Fabienne Berthaud est une cinéaste française qui ne fait pas de bruit, et pourtant elle nous offre très régulièrement de petites pépites sorties de nulle part. Tournant depuis 2005, elle a pour l’instant quatre long-métrages à son actif. Quatre-métrages uniques, quatre-métrages singuliers, pour une œuvre fascinante en fin de compte. Faisant pour le première fois des infidélités à sa muse, l’actrice Diane Kruger, deux ans après « Sky » et son grand Ouest Américain, Fabienne Berthaud engage cette fois Cécile de France et s’envole pour la Mongolie, pour une séance de chamanisme absolument passionnante.

Tirée d’une histoire vraie, celle de Corine Sombrun, Fabienne Berthaud nous livre ici un film puissant, loin des caricatures et autres chemins déjà empruntés. On voyage, on s’ouvre l’esprit, on est touché et ému par la forme et le fond… Bref, avec « Un monde plus grand« , il se pourrait bien que Fabienne Berthaud réalise-là son plus beau film.

Corine vient de perdre son mari d’une longue maladie. Pour la jeune femme, la vie n’a plus de goût et plus de sens. Travaillant dans le domaine du son, son patron lui confie alors d’aller enregistrer des champs pour de prochains documentaires. Corine a le choix entre plusieurs pays et elle va prendre celui qui est le plus éloigné de chez elle, la Mongolie. Quand elle arrive dans le pays, elle se rend dans une petite communauté loin de tout et c’est ici qu’elle va faire une découverte étrange et fascinante qui va bouleverser sa vie à jamais, car lors d’une séance de chamanisme, Corine tombe dans une puissante transe et à son réveil, la doyenne du village lui apprend que Corine est un chaman…

Quel voyage que ce film signé Fabienne Berthaud. « Un monde plus grand« , c’est une très belle surprise qu’on n’attendait pas. Oui, si Fabienne Berthaud livre toujours de bons films, il faut dire qu’on ne savait jamais trop quand la cinéaste sera de retour. Pour son quatrième long, la réalisatrice a décidé de s’attaquer à un sujet des plus rares, le chamanisme, et elle a posé ses caméras sur un sol encore plus rare au cinéma, la Mongolie. « Un monde plus grand« , c’est une fenêtre ouverte sur un autre monde et plus largement encore, sur une autre culture pleine de spiritualité et de simplicité.

Très riche, en même temps, la période de la vie de son héroïne le fut à ce moment-là, « Un monde plus grand » est un film qui dans son scénario va brasser tout un tas de sujets. Le deuil et l’acceptation de celui-ci sont bien sûr mis en avant, et c’est peut-être dans un sens ce deuil qui apporte comme un suspens à l’ensemble, car un peu comme la sœur de Corine, on se demande si cette dite chamane que Corine pourrait devenir est bien vraie. On peut se poser la question si elle-même le croit vraiment, car ce dernier pourrait lui faire échapper à la douleur de ce deuil affreux. Mais au fur et à mesure que le film avance, Fabienne Berthaud évince ces doutes, et l’on se retrouve devant un objet cinématographique qui nous prend totalement. On se laisse embarquer dans ce voyage, aussi bien intérieur qu’extérieur, car finalement, outre le chamanisme qui est puissamment mis en scène, « Un monde plus grand » est une sorte de voyage initiatique et spirituel, pour se retrouver, pour guérir, et revenir à la vie et la façon dont Berthaud a saisi cet instant et ce voyage est tout simplement beau.

Le voyage, comme je le disais, est aussi extérieur, et « Un monde plus grand« , c’est une invitation à découvrir la Mongolie, ses paysages magnifiques et apaisants à la fois, ces gens qui peuplent le pays ou du moins une partie du pays, ses traditions, cette simplicité de vie. Fabienne Berthaud filme magnifiquement la Mongolie, sans jamais tomber dans un effet carte postale. De plus, son film a du rythme, c’est assez fou comment la réalisatrice rend captivant tout ce qui se passe devant sa caméra, alors même qu’il ne s’y passe pas grand-chose au final.

Enfin, si l’on mentionnera tous les comédiens non-professionnels avec lesquels Fabienne Berthaud tourne, et plus particulièrement Tserendarizav Dashnyam qui incarne Oyun la chamane du village et Narantsetseg Dash, qui est l’interprète, il vrai que « Un monde plus grand » vaut aussi le détour pour l’interprétation tout en souffrance et en liberté de Cécile de France, qui est magnifique de bout en bout. Le rôle de Corine est assurément l’un des plus beaux mais aussi des plus fascinants que la comédienne ait tenu ces dernières années.

« Un monde plus grand » est donc un excellent film. Ouverture sur le monde, voyage intérieur, visuellement parlant sublime, mis en scène de manière magique, avec ce film, Fabienne Berthaud nous livre son meilleur métrage à ce jour et le moment de cinéma est finalement passé bien trop vite. On attend maintenant le prochain film de la cinéaste avec une certaine impatience.

Note : 16/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.