Le Meilleur Reste à Venir – Où Sont les Masseuses?

De : Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière

Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki, Pascale Arbillot

Année : 2019

Pays : France

Genre : Drame, Comédie

Résumé :

Suite à un énorme malentendu, deux amis d’enfance, chacun persuadé que l’autre n’a plus que quelques mois à vivre, décident de tout plaquer pour rattraper le temps perdu.

Avis :

Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière, bien avant de réaliser ensemble « Le prénom« , c’est un duo qui dure depuis bien des années. Faisant un peu de production, le duo brille surtout à l’écriture. Depuis 2005, le duo a écrit ou coécrit des films comme « Les parrains« , « RTT« , « Renaissance« , « La jungle » (premier long-métrage de Matthieu Delaporte), « Les dents de la nuit« , « L’immortel« , Papa ou Maman » et sa suite et bien d’autres films encore.

Il y a sept ans de cela, le duo de réalisateurs présentait « Le prénom« , un film qui est l’adaptation de la propre pièce des deux réalisateurs. Sortie comme une petite comédie comme les autres, « Le prénom » est devenu un phénomène en salles, allant jusqu’à plus de trois millions de spectateurs. Depuis, on n’avait plus vraiment de nouvelles du duo. Bien sûr, ils sont repartis en écriture, Matthieu Delaporte a bien sorti son deuxième en solo, « Un illustre inconnu« , mais pour un projet ensemble, il aura fallu attendre sept années.

Arthur et César sont amis depuis toujours et c’est une amitié bien étrange, puisque les deux hommes n’ont strictement rien en commun. À la suite d’un mal entendu, César qui est malade et n’a plus que quelques mois à vivre, croit que c’est Arthur qui est malade. Arthur ne sait pas comment dire à son ami qu’il est foutu et César ne peut se résoudre à perdre Arthur, au point que ce dernier s’installe chez son ami. Dès lors, César va mettre tout en œuvre pour rendre les derniers mois de son ami parfaits. Et plus César déborde de vie, plus la vérité se dresse au visage d’Arthur comme un obstacle insurmontable.

Plus de trois millions d’entrées pour le premier film et sept années d’absence, autant dire que le retour de Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière était attendu et les deux étaient surtout attendus au tournant, histoire de voir si le comique et l’émotion du premier film serait de nouveau présent, et même si ce « … meilleur reste à venir » est un cran en dessous du « … prénom« , il demeure un bon film devant lequel on se marre de bon cœur, et l’on est touché de toute aussi jolie manière.

Ce qui fait que le film est moins fort que « Le prénom« , c’est assurément la facilité dans un sens de l’écriture et du sujet que les deux réalisateurs ont choisi d’explorer. Alors que « Le prénom » allait de surprise en surprise, ici, même si l’ensemble fonctionne parfaitement, il est vrai que « Le meilleur reste à venir » demeure très classique dans son déroulement et qu’il ne nous réserve que peu de surprise. De la part de Delaporte et De la Patellière, on attendait plus, mais si l’on regarde leur film, hors ce manque de surprise et son côté attendu, « Le meilleur reste à venir » est un film qui fonctionne très bien et qui fait bien plus que le taf demandé.

« Le meilleur reste à venir« , c’est un film qui déborde de vie et d’amour, alors que son issue sera forcément funeste. Sans trop en faire, les deux réalisateurs nous entraînent dans un voyage qu’on ne peut qu’aimer. Un voyage fait de rires, de larmes, d’engueulades, d’amour, d’humour et surtout d’amitié, une amitié indéfectible qui est capable de résister à n’importe quel choc.

Le film fonctionne parfaitement aussi parce que les deux réalisateurs ont su imposer à l’écran un duo d’acteurs qu’on n’attendait pas ensemble. Un duo d’acteurs qui ne s’était pas donné la réplique depuis trente-cinq ans. Ce duo, c’est évidemment Fabrice Luchini et Patrick Bruel et autant dire que les deux acteurs se donnent à fond pour leur personnage. Opposé l’un à l’autre, on adore suivre leur renaissance, on adore les voir s’engueuler, on adore les voir évidemment se réconcilier, ensemble ils nous touchent, ils sont sincères et criants de vérité. C’est bien simple, ils sont si bons dans leur rôle et au-delà de ça, ils sont si bons ensemble, qu’on a bien du mal à voir qui d’autre les deux cinéastes auraient pu mettre à leur place. D’ailleurs, malgré la présence d’excellents acteurs et actrices, comme Jean-Marie Winling, Pascale Arbillot, Zineb Triki ou encore un petit rôle drôlissime pour André Marcon, on ne voit et l’on ne retient que Luchini et Bruel, ils en éclipsent tout le monde.

Moins fort que la précédente œuvre, bien plus classique, aussi bien dans le fond que dans la forme, « Le meilleur reste à venir » n’en est pas moins un bon film qui traite avec légèreté et émotion d’un sujet grave. On rit beaucoup, on est forcément touché, et même si c’est facile, si c’est déjà vu, si ça manque de surprise, on ressort de la séance conquis, alors que demander de plus finalement ?

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net