Anthropocène – L’Époque Humaine – L’Homme, Ce Cancer

Titre Original : Anthropocene : The Human Epoch

De: Jennifer Baichwal, Nicholas de Pencier et Edward Burtynsky

Avec la Voix de Charlotte Le Bon

Année : 2019

Pays : Canada

Genre : Documentaire

Résumé :

Les activités humaines laissent une empreinte profonde et quasi-irréversible dans l’histoire géologique et climatique de notre planète. Les réalisateurs du film ont parcouru le monde pour récolter les preuves de cette domination. En s’appuyant sur des techniques photographiques de très haute définition, Anthropocène : L’Epoque Humaine, témoigne de ce moment critique de l’humanité. Au croisement brillant de l’art et de la science, ce film est une expérience fascinante et provocatrice de l’impact de notre espèce détruisant la Terre.

Avis :

Jennifer Baichwal et Nicholas De Pencier sont deux réalisateurs qui sont assez connus, voire même très connus dans le milieu du documentaire. Elle fait des films depuis une vingtaine d’années et elle fut montrée et diffusée partout dans le monde. Lui réalise aussi depuis de très nombreuses années et sa filmographie parle pour lui. Ensemble, ils se sont associés à Edward Burtynsky qui est l’un des plus grands photographes contemporains. « Anthropocène » est son premier film en tant que réalisateur. Qu’est-ce que l’Anthropocène ? Pour ma part, ce mot ne me disait absolument rien, je suis donc allé voir sa définition et la voici.

« Le terme Anthropocène, proposé par Paul Crutzen en 2002, Prix Nobel de chimie, est de plus en plus employé pour désigner une nouvelle ère géologique résultante des actions anthropiques de l’Homme sur l’environnement mondial : perte de biodiversité, changement climatique, érosion des sols… Le fait de savoir si l’humanité est bien passée de l’Holocène à cette nouvelle ère géologique, l’Anthropocène, peut être approché sur la base d’éléments stratigraphiques. »

Pour donner une définition plus imagée, « Anthropocène, l’époque humaine » le film va alors être une parfaite définition de ce terme et ainsi pendant une heure et demi, nous faire parcourir le monde pour découvrir l’une des horreurs de l’être humain. « Anthropocène … » va être un film qui pousse à la réflexion, c’est un film qui va se faire très intéressant, même s’il va être aussi confus, dans le sens où il passe d’un pays à l’autre, d’un problème à l’autre, sans vraiment de fil rouge, ou alors avec la simple et nécessaire envie de montrer à travers le monde ce qui ne va pas. Excessivement bien filmé, puissamment mis en scène, le film de Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier et Edward Burtynsky mérite qu’on s’y arrête, aussi bien pour la culture, la réflexion qu’il apporte que pour la claque visuelle qu’il est…

Il y a des documentaires qui sont conçus comme de simples documentaires. Qu’importe qu’ils sont bons ou non, ici, je parle de leur conception, de leur narration, de leur schéma. « Anthropocène, l’époque humaine » est loin des schémas habituels. Non, le film de Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier et Edward Burtynsky peut être comparé à une œuvre d’art, qui serait un documentaire et c’est ce qui va rendre le film fascinant de bout en bout.

Les trois réalisateurs n’ont pas voulu livrer qu’un simple documentaire qui pointe du doigt les maux de notre civilisation. Alors bien sûr, c’est le but premier du film et s’il arrive bien à montrer les maux qui rongent notre planète, il lui manque toutefois un fil rouge, car les trois réalisateurs passent d’un pays à l’autre, d’un mal à un autre sans construction logique, seulement guidés par l’envie de montrer telle ou telle chose. Alors que cette démarche étrange aurait pu en perdre plus d’un, alors qu’elle aurait même pu avoir tendance à agacer, tant le fil rouge est dissimulé, « Anthropocène, l’époque humaine » fascine et se fait même une claque visuelle, car malgré les horreurs montrées, malgré la tristesse, les ravages, les trois réalisateurs ont tenu à livrer une œuvre de toute beauté. Étrangement, et paradoxalement, ils ont cherché le beau dans la dévastation. Ils ont cherché le magnifique, l’impact visuel qui mélangerait les sentiments, les sensations et finalement, fera de « Anthropocène, l’époque humaine » un voyage, presque un trip au cœur de notre planète, au cœur de ce qui l’abîme et cette démarche est très loin d’être anodine, et c’est ce qui fait que ce film se démarque de bien des documentaires et l’on peut dire merci pour ce côté-là à Edward Burtynsky qui a fourni un travail fou.

Bien entendu, en plus de la claque visuelle, le film de Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier et Edward Burtynsky, en s’aventurant là où le public ne va pas, ouvrent à des réflexions obligatoires aujourd’hui. A travers l‘heure et demi que le film dure, il sera alors question de terraformation, d’instrumentalisation, d’urbanisation, de déforestation, d’agriculture intensive, d’oxydation des océans… Les trois réalisateurs montrent et démontrent l’impact de l’homme sur terre, et comment celui-ci s’impose et règne en maître. Certaines images seront effrayantes, d’autres choquantes, et d’autres encore parleront d’elles-mêmes. Et comme je le disais, le tout est livré étrangement et paradoxalement avec la plus grande des beautés. En fait, quand on y pense, « Anthropocène, l’époque humaine » serait un mélange de Michael Moore pour le pointage du doigt et les réflexions et Terrence Malick pour cette forme incroyable.

« Anthropocène, l’époque humaine » est donc un documentaire aussi atypique qu’il est fascinant et surtout il est bon et beau. Posant des réflexions nécessaires, faisant un constat terrifiant, si l’on regrette qu’il y ait un fil rouge pas si marqué que ça, si l’on regrette aussi le peu de solutions proposées, (en même temps, est-ce vraiment le but ?) ici, les trois réalisateurs font un constat, ils éveillent les consciences en montrant ce que l’on ne montre pas habituellement et en plus de ça, ils le montrent de manière assez unique. Bref, entre réflexion et œuvre d’art, « Anthropocène, l’époque humaine » mérite amplement qu’on s’y arrête !

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net