The Big Short – Le Casse du Siècle

Titre Original : The Big Short

De : Adam McKay

Avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling, Brad Pitt

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Comédie

Résumé :

Wall Street. 2005. Profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des medias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point… le casse du siècle ! Michael Burry, Mark Baum, Jared Vennett et Ben Rickert : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques … et tenter de rafler la mise !

Avis :

Adam McKay est l’un des cinéastes les plus drôles d’Amérique et plus largement du cinéma contemporain. Depuis son film culte « Présentateur vedette, la légende de Ron Burgundy« , Adam McKay n’a cessé de nous éclater avec des films tels que « Frangins malgré eux« , « Ricky Bobby : Roi du circuit« , « Very Bad Cops » ou encore la suite de « Présentateur vedette … », « Légendes vivantes » qui fut d’ailleurs une sorte de petit best of à lui tout seul. Ce film fut un tournant dans la carrière d’Adam McKay, puisqu’il représente un peu une boucle, car après avoir donné suite à son premier film, Adam McKay tourne une page et depuis son cinéma, qui est toujours bercé de comédie, s’est fait plus noir, plus cynique, plus politique et peut-être, dans un sens, plus important.

Après s’être fait donc roi de la comédie US, voici que Adam McKay surprend tout le monde en 2015 et il nous revient avec « The Big Short« , un film qui pouvait avoir des airs de comédie, qui dans un sens, reste une comédie sur certain de ses aspects, mais cette dernière va être une comédie sombre et plus qu’une comédie, « The Big Short » est un drame. Un drame complexe, qui fait froid dans le dos. Ici, Adam McKay a décidé de s’attaquer et d’analyser tout ce qui a amené à la crise financière de l’été 2008. Passionnant de bout en bout, détaillé, profond, ludique, même si compliqué, Adam McKay livre-là tout simplement un très grand film qui va pointer et mettre en images tout un système, tout un cercle infernal et c’est tout simplement brillant !

Wall Street, 2005, Michael Burry, Jared Vennet, Mark Baum, Ben Rickert, Charlie Geller et Jamie Shipley sont six traders qui ne se connaissent pas pour la plupart, mais qui, chacun de leur côté, vont faire le même constat. Face à l’aveuglement des banques, trop occupées à se gaver, un crash boursier n’est pas loin et le coup le plus logique pour se faire un maximum d’argent est de parier contre les banques. Pendant trois ans, entre tensions, espoirs, cynisme et prise de conscience ou non, ces six hommes vont regarder alors petit à petit se mettre en place ce qu’eux seuls avaient vu arriver.

Bon, on va commencer par-là, il est clair qu’il faut s’accrocher devant « The Big Short … » pour ne pas être largué. Pour nous décrire ce qui causa la crise de 2008, Adam McKay va employer des termes techniques forts, bien souvent complexes, compliqués, « The Big Short … » exigera donc un effort et surtout une attention de tous les instants. Mais si cela est fait, alors « The Big Short … » en deviendra d’autant plus fascinant. Ici, Adam McKay explique de manière compréhensible les événements, les choix, et surtout l’aveuglement général qui amènera à la crise impensable et inimaginable qui s’est produite en 2008.

« The Big Short : Le casse du siècle« , c’est tout d’abord un scénario affolant qui mérite toutes les récompenses. Intelligent, très bien pensé, cinglant quand il faut l’être, limpide, pédagogue, mélangeant satire, film politique, dénonciation, le tout parcouru d’un humour on ne peut plus sombre, Adam McKay surprend à tout instant, tant le réalisateur sait parfaitement comment rendre ce monde de la finance accessible à tous (en demandant un effort toutefois, oui, je tiens à le rappeler, ce n’est pas la peine de regarder le film si vous êtes le nez dans votre portable). Précis, maîtrisé, plus le film avance et plus l’impensable se met en place, il prend forme et vie et le cynisme qui en ressort fait froid dans le dos. Ce qui est aussi génial avec ce film, c’est l’écriture de ses personnages, Adam McKay a choisi de nous les montrer de la manière la plus naturelle possible, avec leurs qualités certes, mais aussi leurs défauts et leurs complexités, ainsi, certains d’entre eux ne sont pas forcément agréables à suivre ou touchants et c’est ce qui rend le film encore plus fort dans son propos.

Avec ce film, Adam McKay n’y va pas avec le dos de la cuillère, « The Big Short : Le casse du siècle » (que ce titre est mauvais, car mensonger, on s’attend vraiment à un film de braquage, alors que pas du tout !) dénonce et tire à balles réelles sur les banques, sur leur cupidité qui les pousse à toujours plus s’enrichir. Adam McKay dénonce le système et reste logique de bout en bout dans sa démarche et encore une fois, plus son film avance, plus les événements se mettent en place et plus « The Big Short … » s’inscrit comme l’un des films les plus importants de ces dernières années.

On ajoutera à cela, un casting du tonnerre, qui va bien plus loin que Brad Pitt, Steve Carell, Ryan Gosling et Christian Bale. « The Big Short … », c’est tout un ensemble de comédiens qui œuvrent dans le même but, on citera donc John Magaro, Finn Wittrock, Rafe Spall, Melissa Leo, Jeremy Strong, Byron Mann, Margot Robbie, ou encore Selena Gomez.

Enfin, côté réalisation, « The Big Short … » est un petit bijou de mise en scène. Proche du documentaire, tout en offrant du divertissement, mélangeant humour et cynisme, le tout sur un rythme qui a ses faiblesses, mais qui se rattrape toujours pour mieux rebondir et repartir, Adam McKay, une fois qu’il a capturé notre attention, ne nous lâche pas jusqu’à sa fin qui est fabuleuse, soit dit en passant.

« The Big Short … » est un tournant dans la carrière du réalisateur. Œuvre politique, œuvre complexe et limpide à la fois, œuvre terrifiante, Adam McKay, après nous avoir fait tant rire, change de registre et démontre là qu’il est bien un grand, très grand réalisateur. De petits détails en explications parfaites, parcouru d’un humour noir glaçant, bourré d’idées, osé, très osé dans ce qu’il veut dénoncer, « The Big Short … » s’impose au bout de ces deux heures comme l’un des plus grands films des années 2010.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net