Le Mans 66 – De la Bale

Titre Original : Ford V. Ferrari

De : James Mangold

Avec Christian Bale, Matt Damon, Caitriona Balfe, Tracy Letts

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Biopic, Drame

Résumé :

Basé sur une histoire vraie, le film suit une équipe d’excentriques ingénieurs américains menés par le visionnaire Carroll Shelby et son pilote britannique Ken Miles, qui sont envoyés par Henry Ford II pour construire à partir de rien une nouvelle automobile qui doit détrôner la Ferrari à la compétition du Mans de 1966.

Avis :

James Mangold, le réalisateur du génial Logan, est de retour derrière la caméra. Il s’attelle à une histoire vraie en retraçant les événements survenus pendant les 24 heures du Mans en 1966. A cette époque, Henry Ford, dont les ventes de voitures sont en baisses, cherche à relancer son entreprise en concourant sur les circuits de courses. Il doit battre Ferrari pour retrouver sa splendeur d’antan. Pour l’occasion, Matt Damon et Christian Bale jouent ensemble pour la première fois de leur carrière respectivement dans les rôles des pilotes Carroll Shelby et Ken Miles.

Une maîtrise totale

James Mangold signe un film parfaitement maîtrisé. Une œuvre techniquement irréprochable qui repose ses ressorts dramatiques sur la relation entre ses deux protagonistes. Les intérêts premiers du long métrage sont une réalisation haletante lors des séquences de courses, et une amitié passionnante entre les deux héros, interprétés à la perfection par le duo d’acteurs. James Mangold signe une vision superbe de cet élément historique qui ne parlera pas uniquement aux passionnés de voitures. Le cinéaste offre une réalisation universelle qui s’adresse également aux néophytes de ce milieu. Le Mans 66 n’est pas un film de voitures, c’est avant tout une histoire humaine et historique génialement retranscrite.

Le rythme est endiablé. Les deux heures trente de métrage passent à toute allure, aussi vite que les bolides dépeints dans le métrage. Mangold propose un découpage intelligent qui varie les plaisirs entre des séquences d’action superbes et des passages plus intimistes. Le Mans 66 est d’abord le portrait naturaliste de ses deux héros dans toute sa complexité. James Mangold préfère aborder son film par le prisme de la réalité pour présenter le plus justement possible les années 1960. L’action est donc naturelle, réelle, brute, voire même analogique.

Pour appuyer ce désir de créer une œuvre réaliste, ancrée dans le temps, James Mangold a utilisé des décors réels. Le siège social de Ford et les ateliers de Shelby ont été recréés à l’identique. De même les véhicules sont d’époque. Pour les scènes de courses, qui sont passionnantes, la production a opté pour une approche qui se réfère aux films des années 1970. Il n’y a aucun mouvement exagéré, préférant opter pour une forme d’intimité via l’utilisation de gros plans, et le point de vue d’un personnage. Grâce à ce procédé, les séquences d’action sont simplement renversantes.

Bref, Le Mans 66 est à la fois un film d’auteur intimiste et historique, couplé à un divertissement haut de gamme, à la réalisation réfléchie. Une œuvre universelle, qui ne s’adresse pas qu’aux fans de voitures, mais dresse bien le portrait de deux fous du volant.

Note : 16/20

Par Aubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net