mars 2, 2021

The Handmaid’s Tale Saison 3

D’Après une Idée de : Bruce Miller

Avec Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski, Alexis Bledel

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 13

Genre : Drame, Science-Fiction

Résumé :

June n’a pas quitté Gilead afin de retrouver sa fillette, Hannah, mais aussi pour combattre le système depuis l’intérieur. Avant de renoncer, la jeune femme a confié Nicole, l’enfant des Waterford qu’elle a porté, à Emily. Cette dernière parviendra-t-elle à la conduire dans un lieu sécure ? De son côté, June se voit mutée auprès de l’ancien maître d’Emily, le commandant Lawrence. Ne perdant pas de vue ses projets, elle ne sait plus sur quel pied danser avec celui-ci. Est-ce son allié ou son ennemi ? De son côté, l’état de santé de tante Lydia reste précaire. Survivra-t-elle à l’attaque d’Emily ? Pendant ce temps, la remise en question de Serena continue…

Avis :

Il y a deux ans de cela, je commençais une série qui allait très vite, trop vite, devenir une claque terrifiante. Cette série, c’est « The Handmaid’s tale« . Série à l’univers aussi incroyable qu’il est passionnant et flippant, série politique qui grossit le trait de manière inimaginable pour alerter son spectateur dans un sens, « The Handmaid’s tale » est devenue en l’espace de ces deux premières saisons, une des séries les plus brillantes de ces dernières années. Une série qui s’impose comme un essentiel dans le monde de la télévision.

La première saison fut un choc, de par sa découverte, la deuxième fut une prolongation incroyable, et voici que « The Handmaid’s tale » est de retour pour treize nouveaux épisodes et si on pourra lui reprocher de parfois traîner quelque peu en longueur sur certains épisodes, le résultat est toujours aussi fort, puissant, terrible, terrifiant et révoltant. Avec ces treize nouveaux épisodes, Bruce Miller et ses scénaristes et autres réalisateurs approfondissent encore plus l’univers, ils mettent en place ce que l’on avait envie de voir, même si le temps de la révolte se fera bien plus dans la quatrième saison. Toujours tenue par une magistrale Elisabeth Moss, cette troisième saison se fait toujours aussi passionnante et une fois tous ces nouveaux épisodes vus, on a qu’une envie, la saison quatre au plus vite !

June a réussi à mettre sa fille en sécurité. Alors qu’elle pouvait partir avec elle, elle a décidé de confier Nicole à Emily, pour que cette dernière puisse rejoindre le Canada et vivre loin de Giléad. Maintenant que Nicole est en sécurité, June va pouvoir commencer à résister. Mais comment faire ? Peut-être que ces questions vont trouver des réponses dans la nouvelle famille dans laquelle la servante vient d’être placée.

Après donc deux saisons bluffantes, il est venu le temps du cap crucial de la troisième saison, celle qui généralement déçoit quelque peu, l’effet de surprise n’étant plus là, celle où des lenteurs peuvent apparaître, celle où il faut trouver la bonne idée pour redonner un souffle à la série. Cette saison trois de « Handmaid’s tale » va être alors un petit paradoxe, puisqu’elle va en quelque sorte souffrir de ces symptômes. L’effet de surprise n’est plus là, on lui reprochera de parfois tourner un peu en rond, en milieu de saison, surtout quand elle s’attarde à monter sa résistance, mais malgré tous ces petits défauts, « The Handmaid’s tale » arrive sans mal aucun à se faire captivante et passionnante.

Si les scénaristes traînent un petit peu pour monter leur résistance, ils ont eu aussi la très bonne idée de développer certains personnages, comme celui par exemple de Tante Lidia qui prend énormément en profondeur et elle arrive presque à en être touchante. Idem, si les Waterford sont quelque peu oubliés sur plus d’un épisode, très vite, la série se rappelle à leur souvenir, surtout Madame Waterford et elle fait de petites merveilles, en approfondissant encore un peu plus son personnage.

Plus largement, cette nouvelle saison apporte beaucoup d’éléments nouveaux à la série, ainsi, elle propose de sortir de Giléad, d’aller voir ailleurs et notamment à Washington. Elle met en place comme je le disais sa résistance, la série, par petites touches explore aussi les regrets pour certains des habitants de Giléad, notamment du côté de ceux, qui ont mis en place ce régime. Si la série est plus molle en son milieu, elle demeure intéressante en permanence, et elle nous emmène vers un final palpitant. Un final qui appelle une saison quatre au plus vite.

Cette saison trois, c’est donc treize nouveaux épisodes et côté réalisation, hormis les coups de mou que la série peut avoir, le reste est toujours aussi bon. L’ambiance est toujours aussi pesante, et l’on reste accroché en permanence, car les différents réalisateurs arrivent à nous mettre mal à l’aise, et on a l’impression que la série pourrait dériver n’importe quand. Avec l’arrivée de June dans sa nouvelle maison, cette saison trois nous offre aussi des moments plus apaisés, presque lumineux, ce qui fait du bien, il faut dire. Enfin, si parfois on reprochera à cette saison d’avoir un rythme un peu trop calme, les trois derniers épisodes la relancent de fabuleuse manière.

Enfin, comme toujours Elisabeth Moss est impériale, voyant son rôle parfaitement développé. Yvonne Strahovski a toujours un rôle aussi complexe et intéressant, personnellement, c’est même un de ceux que je préfère de saison en saison, tout comme Ann Dowd. Cette nouvelle saison va développer grandement le rôle que tient Bradley Whitford. Puis on accueillera pour quelques épisodes ou plus, Christopher Meloni, Gill Bellow, et même Cléa Duvall fera son retour… Bref, que du bon.

« The Handmaid’s tale« , malgré ses petits coups de mou, passe le cap de la troisième saison avec toujours autant d’intérêt. L’évolution des personnages est bonne, l’ambiance est toujours impeccable, les craintes sont encore là à chaque épisode, et ce final, frissonnant et frustrant à la fois, nous tient en haleine. Comme je le disais plus haut, vite, vite la saison 4.

Note : 16/20

https://www.youtube.com/watch?v=RcTvQx1Wot0

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.