Hors-Normes – Par delà les Cases

De : Eric Toledano et Olivier Nakache

Avec Reda Kateb, Vincent Cassel, Hélène Vincent, Alban Ivanov

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés « d’hyper complexes ». Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes.

Avis :

Dans la famille du cinéma français, il y a des cinéastes que l’on pose comme des poids lourds de notre industrie et il est clair que le duo Toledano et Nakache fait partie de ceux-là. Cinéastes aux presque vingt millions d’entrées avec le succès surprise « Intouchables« , les deux réalisateurs nous offrent depuis une bonne vingtaine d’années maintenant des films qui sont autant de bons et parfois grands moments de cinéma. Quand on pense Toledano et Nakache, comment ne pas évoquer « Nos jours heureux« , « Tellement proches » ou encore récent et génial « Le sens de la fête » ? Bref, impossible. Vous l’aurez donc compris, un nouveau film d’Éric Toledano et Olivier Nakache est toujours une bonne nouvelle, et c’est même un cadeau qu’on a envie de déballer avec une certaine impatience. 

Présenté en clôture du dernier festival de Cannes, voici que le duo présente « Hors Normes« , un drame teinté de comédie qui navigue pile dans le social que les deux réalisateurs affectionnent tant. Emporté par un duo de choix puisqu’on retrouve les talentueux Vincent Cassel et Reda Kateb, une question se posait alors, est ce que « Hors Normes » porte bien son titre ? Et bien la réponse est clairement oui, même si les deux réalisateurs feront moins fort que « Le sens de la fête » ou « Intouchable« . Plus posé, « Hors normes » est un film qui dégage clairement la patte du duo. Revenant avec un sujet important, les deux cinéastes nous offrent un bon moment de cinéma, léger, touchant et nécessaire dans un sens. Bref un bon cru, qu’on a déjà envie de revoir.

Bruno et Malik s’occupent tout deux d’associations qui s’occupent de personnes atteintes d’autisme. Les deux assos sont différentes, mais elles sont complémentaires l’une de l’autre. Dans leurs jobs, chacun d’eux recrute des jeunes pour les former à s’occuper de ces personnes, ces patients, qualifiés de cas extrêmes. Le quotient est rude, loin d’être facile, mais il est aussi fait de sourire, d’espoir et surtout de beaucoup de débrouillardise. Une débrouillardise si présente qu’elle finit par déclencher une inspection du ministère de la santé dans l’une de ces associations.

« Hors normes« , c’est le septième film du duo de cinéastes français et à la découverte de l’affiche, tout comme le fait qu’il soit en clôture du festival de Cannes, on ne savait pas trop vers quoi les deux complices allaient bien pouvoir se tourner. Un sentiment d’autant plus ressenti à la découverte du sujet des deux réalisateurs, l’autisme et le quotidien des associations qui gèrent ces hommes et ces femmes. Est-ce que « Hors normes » allait s’aventurer sur la drôlerie et le touchant d’un « Intouchables« , qui tous deux s’attaquent à des handicaps ? La réponse est clairement négative, et l’on pourrait même dire de « Hors normes » qu’il est dans un sens l’anti Intouchables. Alors bien sûr, la patte des deux réalisateurs est présente et elle se ressent à chaque coin, mais là où « Intouchables » était une comédie dramatique, « Hors normes » sera une dramédie et cette petite nuance fait toute la différence.

Avec ce film, les deux réalisateurs ont écrit un scénario qui va laisser plus de place au sujet principal de leur film qu’à la comédie. Là où « Intouchables » nous faisait rire et nous touchait, « Hors normes » touche bien plus et ne déclenche pas les hilarités. Ici, Toledano et Nakache mettent en lumière ceux dont on entend finalement jamais parler. Ceux qui sont laissés de côté par une partie de la société. Avec ce film, les deux réalisateurs vont ainsi aborder tout un tas de sujets qui sont importants. Des sujets qu’on voit peu sur les écrans. Si le principal, c’est le quotidien de ces associations, « Hors normes » va plus loin, abordant d’autres thèmes qui vont être intimement liés. La vie des patients, celle des parents, celle de ceux qui prennent la charge, et enfin, le regard des administrations quelque peu déconnectées de la réalité. Le scénario est riche, il vise l’humain et le réel, et à aucun moment les deux réalisateurs ne tombent dans le piège de la caricature ou du misérabilisme. Non, leur film résonne comme juste, et au-delà de cela, il nous entraîne avec émotion et intérêt dans ce quotidien à part et rien que pour cela, Toledano et Nakache méritent qu’on s’arrête sur leur film.

Après, leur film tient ses petits défauts, ses petites maladresses, et il s’avère un tout petit peu longuet à conclure avec ses « fausses » fins, mais sur l’ensemble, il est bien difficile de ne pas tomber encore une fois sous le charme du cinéma des deux cinéastes.

Ce charme, on le doit en partie à ce duo d’acteurs qui s’impose très bien et qu’on se plait à suivre. Mais il n’y a pas qu’eux, les deux réalisateurs ayant laissé la place à tout un tas de personnages intéressants et touchants. Des personnages tenus par des acteurs confirmés, comme Hélène Vincent, Cathrine Mouchet, Alban Ivanov, des acteurs qui débutent avec une belle mention à Darren Musellet, qui n’a qu’un petit rôle parmi tous, et qui dégage quelque chose de particulier. Et enfin, les deux réalisateurs ont laissé de véritables patients tenir des rôles. Il faut le savoir, les deux réalisateurs, pour leur film, se sont inspirés d’amis qui tiennent ces associations et ils ont donc logiquement casté aussi de ce côté-là. Ensemble, tous ces comédiens donnent naissance à une belle alchimie et l’on sent que tous sont concernés, motivés et ils donnent le meilleur.

Moins fort et peut-être moins marquant qu’ »Intouchables » (désolé la comparaison est évidente), moins drôle qu’un « Le sens de la fête » ou « Tellement proche« , « Hors normes » s’inscrit toutefois comme un bon cru du duo Toledano et Nakache. Très bon moment de cinéma, on en ressort léger et touché.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net