Steel Panther – Heavy Metal Rules

Avis :

Il y a dix ans, après plusieurs années à vivoter sous le nom de Metal Shop puis Metal Skool (sous lequel ils sortiront l’EP Hole Patrol), Steel Panther sortait l’énorme Feel the Steel. Dix ans, le groupe en est à son sixième album, Heavy Metal Rules et enchaine les dates comme des jeunes premiers. Pour ceux qui ne connaitraient pas, Steel Panther est un groupe faisant dans le glam metal parodique fortement influencé par la scène californienne des 80’s. Amateurs d’humour turgescent, de rire priapique, de chansons autour du cul et des seins, Steel Panther est fait pour vous. Pour autant, s’ils sont aussi fins qu’un régiment dans un bordel un jour de solde, ils arrivent à ne pas être lourds et (à part pour les allergiques aux blagues de cul) leurs albums s’avalent avec toujours autant de plaisir. Il faut dire que les mecs sont des musiciens plutôt solides. Michael Starr a des capacités vocales exceptionnelles. Titulaire d’un PhD en littérature britannique, il écume les scènes hard rock depuis la moitié des 90’s, occupant même le micro des L.A. Guns le temps de l’EP Wasted. Satchel, quant à lui, est un tueur de la six-cordes, délivrant régulièrement des solis monstrueux. Le bassiste Lexxi Foxx et le batteur Stix Zadinia font le job avec brio. Après les excellents Feel the Steel et Balls Out et le très bon All You Can Eat, le combo marquait le pas avec Lower the Bar trop sérieux, pas assez fun et manquant de titres marquants. Heavy Metal Rules, sans être aussi surprenant que les deux premiers albums, marque un vrai retour en force pour des Panthères qui confirme leur place de fer de lance d’une scène qui n’existe quasiment plus. Quelques groupes reviennent régulièrement dans les oreilles des amateurs, que ce soit les allemands Kissin’ Dynamite, les anglais The Darkness, les suédois Hardcore Superstar, les français Blackrain ou les nouveaux venus John Diva & the Rockets of Love, mais aucune formation ne connait une telle renommée. Renommée encore une fois justifiée à l’écoute de Heavy Metal Rules qui propose 36 minutes de pur plaisir hédoniste.

Profondément marqué de la volonté de rendre hommage à la scène qui les a fait connaître, l’album débute sur des chapeaux de roue avec Zebraman, intro reprenant le monologue tiré d’une scène phare de Heavy Metal Parking Lot, documentaire culte de la culture metal. Heavy Metal Rules, quasi autobiographique, sort du répertoire habituel du groupe, retraçant les années galères, loin des lumières du Sunset Strip. La très drôle Fuck Everybody commence avec un riff punkisant et fait office de sac de frappe quand on passe une journée de merde. Pour le reste, Steel Panther fait du Steel Panther, mais c’est toujours aussi efficace. All I Wanna Do Is Fuck (Myself Tonight) est un hymne à l’autosatisfaction et démarre l’album tambour battant. Let’s Get High Tonight renoue avec la thématique des paradis artificiels, en convoquant l’esprit de Van Halen à la guitare. Gods of Pussy (inutile de préciser la thématique) fait dans le 80s pur et dur avec un petit break au synthé. I’m Not Your Bitch est un morceau bien heavy avec un refrain à la David Lee Roth. Always Gonna Be A Ho opère une réponse, autant dans le style power ballad faussement romantique que dans le thème (en inversant les rôles) au Community Property de l’album Feel the Steel. Seulement la ballade I Ain’t Buying What You’re Sailing, dans l’esprit des slows hard rock de MTV, s’avère un brin plus anecdotique.          

Avec Heavy Metal Rules, Steel Panther renoue avec ce qui fait leur efficacité depuis le début, le fun de leurs paroles pornocentrées du chanteur (qui ont toujours fait rire quand on écoute leurs chansons) allié à la palette technique riche des musiciens, sans jamais se prendre au sérieux, dans le pur esprit des légendes comme Mötley Crüe, Poison, Dokken, Twisted Sister et consorts. Véritable bain de jouvence pour tout amateur de la scène 80’s, Steel Panther offre de quoi transformer en Sunset Strip les scènes du monde entier. 

  • Zebraman
  • All I Wanna Do Is Fuck (Myself Tonight)
  • Let’s Get High Tonight
  • Always Gonna Be a Ho
  • I’m Not Your Bitch
  • Fuck Everybody
  • Heavy Metal Rules
  • Sneaky Little Bitch
  • Gods of Pussy
  • I Ain’t Buying What You’re Selling

Note : 16/20

Par Nikkö

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net