octobre 26, 2020

La Vie d’Adèle

7764293556_l-affiche-du-film-la-vie-d-adele-qui-sortira-le-9-octobre-2013

De : Abdellatif Kechiche

Avec Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche, Jérémie Laheurte

Année : 2013

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

Avis :

Hallelujah ! Il est arrivé le jour où j’ai aimé un film d’Abdellatif Kechiche. Je n’y croyais plus, surtout que le film dure trois heures et pourtant je ne les ai pas vu passer et j’ai trouvé ça très bien. Comme quoi, tout peut arriver.

Adèle est une lycéenne comme une autre. Enfin presque, parce qu’Adèle se pose beaucoup de questions. Elle sort avec un garçon de son lycée, mais il lui manque quelque chose. Alors le jour où elle rencontre Emma, une belle jeune fille aux cheveux bleus, « La vie d’Adèle » bascule. Entre les deux femmes naît plus qu’une complicité, c’est une histoire d’amour passionné qu’elles vont vivre ensemble. Une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas, ses bons moments et ses interrogations.

adeleexarchopoulos

« La vie d’Adèle« , la palme d’or surprise de 2013, l’objet de tous les scandales, est un film dont on a tellement entendu parlé avant sa sortie que le coup marketing pourrait presque tomber dans la caricature, tant ce film a fait couler de l’encre. L’attente était donc grande et je ne pouvais manquer ça au cinéma, même si j’ai toujours eu beaucoup de mal avec le cinéma d’Abdellatif Kechiche. Oui, je n’ai pas aimé « La faute à Voltaire« , encore plus détesté « La graine et le mulet » qui fut un très long moment de cinéma. Le seul que j’avais apprécié à peu près c’est « L’esquive« , alors je  ne partais pas vraiment convaincu et converti et au final j’ai bien aimé ce film. Même un peu plus que bien.
J’ai été surpris par ce film et surtout, très surpris de ne pas voir les trois heures de film passer. Ce qui est plutôt fort, au vu de la « banalité » du sujet. A noter que Kechiche n’a pas fait un film sur la cause homosexuelle, le film parle bien d’homosexualité, mais le réalisateur reste neutre et ne juge personne.
« La vie d’Adèle » est avant tout un film d’amour, un amour lesbien c’est vrai, mais le sujet complet de ce film est l’amour.
L’amour sous toutes ses formes, sentimentales et charnelles bien sûr, (d’ailleurs je crois bien que les scènes de sexe sont le plus osées que j’ai pu voir au cinéma et sont quelques peu perturbantes) pour les deux personnages qui se rencontrent, se cherchent, s’amusent, se provoquent, s’écoutent, se sentent, s’aiment et se détestent. C’est beau à regarder, c’est passionnant comme la vie, c’est fait d’espoirs et de désespoirs et même quand il ne se passe rien, ça sonne vrai. Kechiche réussit un beau film d’amour. Mais comme je le disais, « La vie d’Adéle » c’est l’amour sous toutes ses formes, ainsi le film parle directement ou indirectement de l’amour de la famille, de la nourriture, du travail et de soi et des autres. J’ai trouvé que c’était un film particulièrement riche sur ce sujet, ce qui le rend captivant.
Ce qui est bizarre c’est que je n’ai rien ressenti envers les personnages et ce qui pouvait leur arriver. J’ai aimé ces deux personnages pourtant et ce sentiment est surprenant. Du coup, je suis un peu déçu qu’elles ne soient pas arrivées à m’émouvoir.
La mise en scène du réalisateur est belle et simple, son film est fluide. Abdellatif Kechiche s’est embarqué dans une fresque de 3h, ce qui relève du défi, car même si l’histoire d’Adéle se déroule sur une dizaine d’années, il aurait été facile d’y trouver des longueurs, des moments inutiles, ou mal amenés, mais ce n’est pas le cas. Tout le film est parcouru par le désir et les sentiments et comme Kechiche les filme très bien, je ne me suis pas ennuyé une seconde.
Enfin il y a ces deux actrices superbes, simples et épatantes. Proches de nous, dans des rôles difficiles et forts en émotions.
Adèle Exarchopoulos est belle, charnelle, talentueuse, j’ai eu un peu de mal avec son accent. C’est dommage, car plusieurs fois, alors que j’étais en admiration devant elle, quand elle se mettait à parler, il y a ce petit quelque chose, qui me dérangeait et qui la rendait moins touchante.
Et puis il y a Léa Seydoux, électrique, magnétique, la belle crève littéralement l’écran. Jusque-là j’ai toujours eu un peu de mal avec cette actrice, que je trouvais un peu fade, mais là elle m’a bluffé et de ce film je retiens surtout son personnage, sa grâce, son charme, sa beauté, sa façon très simple et naturelle de jouer, elle m’a complètement conquis et là j’ai vu une actrice. Elle est tout simplement sublime.

critique-la-vie-d-adele,M111653

Franchement c’est une très belle surprise, je n’en reviens pas, j’ai aimé un film d’Abdellatif Kechiche, les miracles existent, je peux même vous dire que je retournerai bien le voir avec plaisir.

« La vie d’Adèle » est donc comme une vie amoureuse. Elle commence doucement, elle nous drague, puis nous passionne, nous captive, nous fait passer de très bons moments, puis peu à peu elle s’installe dans la routine et l’on finit par se quitter avec des regrets.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.