Floride

De : Philippe Le Guay

Avec Jean Rochefort, Sandrine Kiberlain, Anamaria Marinca, Laurent Lucas

Année : 2015

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

A 80 ans, Claude Lherminier n’a rien perdu de sa prestance. Mais il lui arrive de plus en plus souvent d’avoir des oublis, des accès de confusion. Un état qu’il se refuse obstinément à admettre. Carole, sa fille aînée, mène un combat de tous les instants pour qu’il ne soit pas livré à lui-même. Sur un coup de tête, Claude décide de s’envoler pour la Floride. Qu’y a-t-il derrière ce voyage si soudain ?

Avis :

Le cinéma de Philippe Le Guay est un petit délice qui, même si parfois il a su décevoir, demeure la plupart du temps un petit moment tout plein de sympathie, de drôlerie et de charme. Comment ne pas être charmé par « Les femmes du 6e étage » ou encore « Alceste à Bicyclette » ?

« Floride » était un film qui m’intéressait parce que l’on trouvait Philippe Le Guay derrière la caméra, mais aussi parce que c’est le dernier film de l’immense Jean Rochefort. Puis, c’est un film qui arrive quand la filmographie de Philippe Le Guay est à son meilleur. Bref, il y avait tout un tas d’arguments qui me poussaient à vouloir découvrir ce film et je dois dire qu’à la découverte de « Floride« , j’ai été assez surpris de découvrir un film qui est bien loin de l’idée qu’on peut s’en faire. Si « Floride » commence bien sur les sentiers de la comédie, très vite, il vire de bord et se fait plus dramatique et plus sérieux, abordant la vieillesse et les aides avec beaucoup de justesse. Si l’on sourit devant « Floride« , il est bien impossible de résister à un Jean Rochefort plein de malice, « Floride » finit par beaucoup toucher dans sa dernière partie. « Floride » est donc encore une bien belle petite réussite signée Philippe Le Guay.

Claude Lherminier a quatre-vingt-un ans et il devient difficile pour lui de vivre seul. Sa fille fait appel à des femmes pour lui faire à manger et tenir un peu la maison, mais si tout le monde se rend compte que Claude ne peut plus rester seul, pour le vieil homme, il est hors de questions qu’on s’occupe de lui. Carole, sa fille, doit alors mener un combat tous les jours pour rendre la vie plus facile à son père. Un combat qui est loin de tout repos.

On n’entend pas si souvent parler de Philippe Le Guay et pourtant, c’est l’un des cinéastes français qui rencontrent très souvent un joli succès auprès du public. Après le très drôle « Alceste à Bicyclette« , Philippe Le Guay oublie les mots pour aller vers d’autres maux. Loin de ses comédies habituelles, même si on trouvera dans « Floride » de quoi sourire, le réalisateur nous revient avec un drame qui aborde de front la vieillesse, sans pour autant tomber dans la caricature ou pire encore le misérabilisme.

« Floride » est donc un film qui parle avec beaucoup de justesse des personnes âgées, de l’autonomie de ces dernières. C’est un film qui parle des maladies, de l’acceptation ou du déni de ces dernières. Puis derrière la maladie et la vieillesse incarnée par Jean Rochefort, qui trouve un ultime rôle qui lui va à merveille, Philippe Le Guay en profite pour mettre en avant les aidants, ces proches qui « sacrifient » une partie de leur vie personnelle et professionnelle pour aider et soulager le quotidien de ces personnes qu’on aime. Philippe Le Guay rend tout intéressant, et surtout, il met ses personnages dans des situations réelles, des situations qui nous parlent, qui nous touchent et qui poussent à la réflexion. On appréciera beaucoup que le film puisse parler avec justesse des aidants, sujet dont on ne parle pas du tout. Le film fourmille de détails qui semblent comme ça anodins, mais qui là encore résonnent avec beaucoup de justesse et de vérité. On sent que Philippe Le Guay a bossé son sujet.

Demeure alors un petit hic, un film qui a tendance à s’étirer un peu trop, pour finalement pas grand-chose, puisque le film, dans ce qu’il raconte se suffit amplement.

Du côté du casting, « Floride« , c’est presque jubilatoire comme film, puisqu’il met en vedette Sandrine Kiberlain et Jean Rochefort et autant dire que les deux sont terribles. Quand Kiberlain passionne, Rochefort, l’éternel Rochefort, amuse pour mieux nous toucher, voire même plus. Dans ce film, il faut aussi remarquer le jeune Clément Métayer dans le rôle du petit-fils, ou la géniale et trop méconnue Edith Le Merdy, qui incarne la première femme à s’occuper de Jean Rochefort.

« Floride« , c’est un drame, mais malgré ça, Philippe Le Guay n’a pas voulu trop assombrir son film et même si ce qui se joue à l’écran est grave, le réalisateur installe comme une fraicheur qui rend le métrage encore plus attachant. De plus, le tout est joliment filmé, et même si le film a tendance à trainer sur la fin, il reste émouvant et juste jusqu’au bout.

« Floride » est donc un joli moment de cinéma. S’arrêtant sur un sujet peu évident, Philippe Le Guay tisse un récit touchant et nous présente par la même de savoureux personnages. Décidément, Philippe Le Guay fait du bien au cinéma français. Sans abus, loin du tire larme, beau aussi bien dans son fond que sa forme, puis tenu par un divin Jean Rochefort qui nous tire sa révérence, franchement, on ne peut que conseiller ce petit film.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net