mars 3, 2021

Saw 3D

19534564

De : Kevin Greutert

Avec Cary Elwes, Tobin Bell, Costas Mandylor, Betsy Russell

Année: 2010

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Alors que la bataille fait rage autour de l’héritage terrifiant du Tueur au puzzle, un groupe de survivants s’associe et fait appel à un autre rescapé, Bobby Dagen, une sorte de gourou. En croyant trouver de l’aide, ils vont vivre le pire. Bobby cache d’effroyables secrets. Une vague de terreur sans précédent va surgir…

Avis:

On dit que tout a une fin. Mais peut-on vraiment donner cet adage au cinéma qui semble être le seul lieu où certaine saga ne se termine jamais, profitant de remakes, préquelles, séquelles et autres adaptations dans divers pays. Alors il est vrai que dans la littérature on a un peu ce phénomène, mais les lecteurs sont plus fidèles et surtout plus difficiles que les spectateurs de cinéma, car ce dernier est un acte plus facile (il ne demande pas de déchiffrage, d’effort à comprendre et d’imagination par soi-même) que la littérature. On se souvient encore de Paranormal Activity qui compte déjà 4 films, un spin-off et qui va connaître encore une suite et un autre spin-off (oui, après la version nippone, on aura la version mexicaine!) ou bien de la saga des Vendredi 13, des Freddy et aussi des Saw! Alors bien souvent, ce n’est pas l’aspect qualitatif qui est privilégié, mais bien l’aspect mercantile et on voit que ces sagas déclinent au fur et à mesure des épisodes. Mais parfois, il arrive qu’un épisode arrive à surprendre et se détache de la médiocrité de la saga. Alors qu’en est-il avec Saw 3D ou Saw VII, qui est censé être le chapitre final?

saw-3d_400

Un petit four madame? (humour que seuls ceux qui ont vu le film peuvent comprendre)

Que peut-on bien inventer de nouveau? Voilà la question qu’on dû se poser les scénaristes de la série. Après avoir fait des raccords dans tous les sens, avoir ajouté deux complices, jusqu’où peut aller la saga. Comme d’habitude, le film débute avec un piège gratuit qui ne sert qu’à faire du sensationnel. Sauf que pour une fois, celui-ci est relativement drôle. Il va s’ensuivre une succession de rappel concernant les épisodes précédents, notamment le 6 et le premier. Alors qu’un nouveau piège à succession se met en place, piégeant un menteur qui se fait du fric sur le dos de Jigsaw et ses collaborateurs, Hoffman, le dernier complice du tueur, veut capturer la femme du tueur pour se venger du piège qu’elle lui a infligé. Un jeu du chat et de la souris se met donc en place, entrecoupé de pièges bien dégueulasses. Il est vrai que nous n’avons rien de nouveau dans cet épisode, ainsi que dans le déroulement narratif de l’histoire, mais il reste plus divertissant que les précédents grâce à un twist final probable et pas si vilain, mais surtout grâce à une réalisation un peu plus sympathique, mettant de côté l’aspect thriller du pauvre qui plombé les deux derniers opus.

Concernant cet opus, on peut se réjouir de voir que la réalisation est un peu plus cohérente avec ce qui se fait actuellement. Néanmoins, tout n’est pas rose pour autant. En effet, on retombe encore une fois dans les jeux de lumière monochrome, où chaque pièce à sa couleur pour installer une ambiance différente. Cela ne marche pas du tout car toutes les pièces restent impersonnelles, s’évertuant à mettre des pièges à base de barres qui transpercent les corps. L’aspect enquête est moins poussé, mais il demeure plus sympathique que les autres fois, car moins bête, puisque les flics savent qui est le nouveau tueur. Au niveau des pièges, certains sont assez complexes alors que d’autres sont d’une simplicité hallucinantes. On restera quand même très souvent dans des systèmes mécaniques aux rouages apparents et rouillés, renforçant surement un sentiment de malaise et d’un truc artisanal et inconnu. Mais on a toujours le principal défaut de la série, rien ne fait peur et on essaye trop de jouer sur le dégout qui est parti depuis longtemps car on sait à quoi s’attendre.

saw-3d-bande-annonce_350y3_1adpbm

Arrête de gueuler, on t’enlève juste les amygdales!

Le gros point noir viendra des acteurs. Il faut dire que Costas Mandylor ne s’améliore pas au fur et à mesure des épisodes. Il essaye désespérément d’être crédible en méchant sans cœur, mais il est juste risible. Surjouant à mort en ne jouant rien du tout, il n’arrive pas à insuffler un zeste de charisme à son personnage, le rendant lisse et inintéressant. A ses côtés, Betsy Russell qui est une véritable milf, ne sert à rien aussi. Elle ne sait pas jouer et est aussi expressive que Kristen Stewart. Heureusement que son sort sera bien marrant. Tobin Bell fait de la figuration et ne sert vraiment plus à rien. Il reste Sean Patrick Flanery jouant celui qui essaye de sauver des gens et qui reste anecdotique comme dans tous ces films. Enfin, Cary Elwes est le seul à être vraiment dans son rôle et continue à faire évoluer son personnage de manière crédible et intéressante. Bref, au niveau du casting, c’est plutôt une honte, comme dans la direction des acteurs, car on ne ressent rien et on ne ressent aucune empathie pour ces bonhommes. D’ailleurs, c’est difficile de se prendre d’affection pour de la chair à canon qui ne possède aucun background!

Par contre, les amateurs de barbaque seront rassasiés car le gore est omniprésent dans tout le métrage. Le premier meurtre avec les scies circulaires est déjà bien lent et bien crade, avec des intestins tombant au sol. La suite sera aussi très sale, avec des pièges parfois bien dégueulasses. On repense notamment à la flèche qui transperce de part en part la pauvre nana, la découpant en 4 morceaux, au piège à loup inversé dans la mâchoire en gros plan, à l’hameçon dans la gorge, arrachant des bouts de d’organes retombant sur le visage de la mourante ou encore lorsque le type se plante des crochets dans le torse. Mais le pire dans tout ça, c’est vraiment le quadruple meurtre dans le garage, où 4 néo nazis ne font défoncer la gueule. Entre la nana qui se fait rouler dessus, celui qui se fait couper en deux par la bagnole lui fonçant, le type qui a la mâchoire et les deux bras accrochés à la voiture démarrant au quart de tour et le type que se décolle du siège en passant au travers le pare-brise (il s’agit en plus de Chester Bennington, le chanteur de Linkin Park), on a vraiment quelque chose de très gore et de très fun!

saw-3d-chapitre-final-de-david-hackl-10329179zvebp

Faire la sieste une journée d’été sur son siège en cuir, la bonne idée!

Au final, Saw 3D Chapitre Final n’est pas la sombre merde que nous craignions. Alors certes, ce n’est pas le film du siècle, il est blindé d’incohérences et les acteurs jouent vraiment très mal. Mais, il est beaucoup plus fun que les précédents épisodes (hormis les deux premiers) et envoie du lourd au niveau du gore. Si dans son ensemble filmique le film reste mauvais, il procure un certain plaisir coupable en donnant ce que l’on attend, ni plus, ni moins.

Note: 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 00/20 Toujours rien, mais en 3D cette fois!

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.