The Climb

De : Michael Angelo Covino

Avec Michael Angelo Covino, Kyle Marvin, Gayle Rankin, Talia Balsam

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

L’histoire d’amitié entre deux hommes qui s’étale sur plusieurs années.

Avis :

Originaire de New York, Michael Angelo Covino produit plusieurs films indépendants, dont « Babysitter » de Morgan Krantz, le très beau « Keep in Touch » de Sam Kretchmar, qu’il a même coécrit et dans lequel il tient aussi un rôle. Après une série de courts-métrages, entre 2008 et 2018, Michael Angelo Covino réalise « The Climb« , un court qui sera présenté au Festival de Sundance en 2018. Le film est remarqué et permet alors à son réalisateur de pouvoir engendrer un long-métrage.

Nouveau venu dans le paysage du cinéma indépendant, Michael Angelo Covino débarque au Festival de Deauville faisant l’effet d’un bon bol d’air frais. Et oui, au milieu de cette sélection très dure, ou le drame prédomine, Michael Angelo Covino offre une comédie et on peut même dire une comédie haute en couleurs, avec des personnages et des situations qui vont être tordantes. Si « The Climb » demeurera imparfait, ayant une tendance à tourner en rond en milieu de métrage, il reste parfaitement sympathique parce que le projet de Michael Angelo Covino résonne en permanence comme juste, comme drôle, comme sincère et surtout comme neuf, son réalisateur ayant un sens inné de la comédie d’un côté et de la mise en scène de l’autre.

Kyle et Mike sont deux meilleurs amis aux tempéraments très différents, mais dont l’amitié a toujours résisté aux épreuves de la vie. Mais cette amitié va être remise en cause quand Kyle qui est sur le point de se marier, apprend de la bouche de son ami que ce dernier couche depuis un petit bout de temps avec sa future femme. Dès lors, la guerre est déclarée, enfin jusqu’à ce qu’un drame les rapproche de nouveau…

« The Climb » est donc le premier film de Michael Angelo Covino et c’est un film qui fait du bien, autant qu’il est étonnant. Partant sur une idée qui est déjà vue et revue et encore revu, Michael Angelo Covino arrive pourtant à livrer une comédie rafraîchissante qui saura nous amuser de par les situations et surtout les répliques que le réalisateur et scénariste a imaginées pour son film.

« The Climb« , c’est une comédie qui se découpe de manière très classique en chapitre, chacun résonnant comme une étape dans la construction, déconstruction et reconstruction de cette amitié. Si on pourra reprocher au scénario de parfois s’égarer sur de petites saynètes qui ne servent pas vraiment l’intrigue, des saynètes qui ont même tendance à créer des longueurs, sur l’ensemble de l’œuvre, « The Climb » est un film très cool. On s’amuse devant les quiproquos et autres situations un peu folles que le film se plaît à mettre sur la route de ses personnages. De plus, Michael Angelo Covino dresse deux très beaux portraits qui ont chacun leurs défauts et leurs qualités, la meilleure des qualités étant que le cinéaste livre avant tout deux personnages qui résonnent en chacun de nous. Ces deux mecs, c’est monsieur tout le monde, ils nous ressemblent, et ça fait franchement du bien de voir de tels personnages dans des films. Toujours pour rester du point de vue de l’écriture, « The Climb » est un film qui est écrit aux petits oignons, créant des situations hilarantes, comme évoqué plus haut, mais il ne s’arrête pas là, puisqu’il tient aussi des répliques balancées avec une spontanéité qui fait que chacune d’entre elles, même dans les moments plus mous du film, font mouche. On ajoutera aussi qu’à travers cette comédie, Michael Angelo Covino évoque avec un certain sérieux au final, des sujets aussi riches que l’amour, l’amitié, le pardon, et la vie, le cycle de la vie, à l’image de cette dernière scène, belle et émouvante.

Si le scénario est dans son ensemble bien écrit, ce premier film est du côté de la réalisation une petite claque en son genre. Pour nous immerger dans cette histoire, dans ces moments volés, Michael Angelo Covino choisit de faire beaucoup de grands plans séquences et très sincèrement, ça donne une profondeur, un relief et des émotions qu’on n’imaginait pas trouver. De plus, le réalisateur maîtrise aussi bien sa lumière qui s’adapte avec fluidité aux changements de ses plans, que sa BO, pleine de charme, offrant un répertoire de vieilles chansons françaises qu’on redécouvre avec plaisir.

Enfin, comme je le disais plus haut, les personnages de ce film nous ressemblent et pour qu’ils prennent vie, le réalisateur s’est entouré d’acteurs très peu connus, voire pas du tout, et en plus d’avoir de très belles révélations, ça donne là encore une spontanéité et un naturel au film qu’on ne se soupçonnait pas. Parmi les comédiens, il faudra compter sur Michael Angelo Covino lui-même qui tient l’un des premiers rôles et il est tordant. Mais « The Climb« , c’est surtout la sensibilité et le charme fou de Kyle Marvin qui trouve là un rôle superbe qui en dit beaucoup sur la force de l’amitié, de l’amour et plus largement de la vie.

« The Climb » est donc la comédie qu’on n’attendait pas. Pour son premier film, Michael Angelo Covino s’en tire avec les honneurs. On rit de « The Climb« , on est touché devant « The Climb« , on est surpris devant « The Climb« … Avec ses défauts et ses qualités, « The Climb » nous charme, et malgré des coups de mou, on est presque déçu de quitter ces deux personnages qu’on a adorés.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net