Man of Steel

145564

De : Zack Snyder

Avec Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Kevin Costner, Russell Crowe, Diane Lane, Laurence Fishburne

Année: 2013

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction, Action, Fantastique

Résumé :

Un petit garçon découvre qu’il possède des pouvoirs surnaturels et qu’il n’est pas né sur Terre. Plus tard, il s’engage dans un périple afin de comprendre d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s’il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l’espoir pour toute l’humanité.

Avis :

Dans la bataille qui fait rage entre DC et Marvel, on trouve bien souvent des personnages assez similaires dans leurs aptitudes et leurs attitudes. On peut parler du Green Arrow chez DC et de Hawkeye chez Marvel. On peut aussi comparer Superman avec Captain America. Alors si le côté origine et aptitude semble très différent (et il l’est), on retrouve les mêmes symboles d’une Amérique patriote et surpuissante. En gros, ils véhiculent les mêmes valeurs aux petits américains qui plus tard collectionneront les armes à feu, ou se jetteront du haut d’un building en essayant désespérément de voler. Comme Marvel a plus ou moins la main basse sur le cinéma et que les scénaristes de la boîte ont commencé les portraits version dépressif, il a fallu que DC fasse appel à l’excellent Christopher Nolan pour donner aux héros de la boîte un aspect plus Dark. Et on peut dire que côté cinoche, DC a surpassé Marvel. Il suffit de regarder la trilogie du Dark Knight de Nolan. Après le chevalier noir, il fallait s’attaquer au mythique Superman pour le remettre au gout du jour. Et cette fois, Nolan est au script. Alors que vaut Man of Steel, la version plus sombre de Superman ?

Man-of-Steel-09

Je n’arrive pas à chier avec cette putain d’armure !

Voulant à tout prix redessiner l’histoire de Superman, on va y aller franco dès ses origines. On va donc sur la planète Krypton, qui se meurt un peu plus chaque jour. On assiste alors à un coup d’état de la part du général Zod, qui va finir en eau de boudin. Ce dernier se retrouve en exil avec ses troupes. Comme la planète va imploser et que Kal-El (Superman pour les incultes) est le dernier enfant de Krypton né par voie naturelle, son père, Jor-El, décide de l’envoyer vers la planète et d’en faire le dernier rescapé de leur espèce, lui laissant alors un libre arbitre total sur sa façon d’être. Bien entendu, il va se passer des trucs classiques. Il est élevé par de bonnes personnes et veut faire le bien. Malheureusement pour lui, le général Zod le retrouve et veut récupérer le codex que le père de Superman a planqué avec lui. Et là, ils vont se foutre sur la gueule. Essayant de faire fi du manque évident de charisme du Superman que l’on connait tous, Nolan va écrire un scénario plus sombre, avec un personnage dont les questionnements existentiels sont au centre de l’intrigue. Doit-il aider les humains ou faire confiance au général Zod ? On retrouve toutes ces questions dans le comic book Superman Les Origines dont Nolan s’est visiblement inspiré. Et c’est tant mieux. En effet, le personnage gagne en charisme et en nonchalance. Il dégage une certaine mélancolie par rapport à sa lignée, mais d’un autre côté, il a envie de se battre pour sauver ces humains dont il est si proche. Alors par-delà ces questionnements, le film reste très binaire, et beaucoup moins sombre que The Dark Knight. Le général Zod manque de prestance malgré tout son potentiel et il se fait voler la vedette par la vilaine jeune brune, beaucoup plus vile et sournoise que lui. Lui est plutôt un bourrin qui beugle. L’autre choix assez surprenant vient directement du réalisateur, Zack Snyder. On a des éléments d’un pur blockbuster, avec ce qu’il faut d’effets spéciaux qui en met plein la gueule et de destruction massive. Mais on a aussi des passages très auteurisants qui ne servent pas à grand-chose comme les gros plans d’un papillon ou d’une rambarde d’escalier. Cela ajoute une plus-value mélancolique et lancinante, mais n’apporte finalement rien au film. On sent que le jeune réalisateur s’est fait un peu bouffer par l’esprit Nolan et rend une copie assez froide qui oscille entre décomplexité et fougueuse jeunesse et froideur clinique réaliste.

Quoiqu’il en soit, le film est assez réussi grâce à des acteurs qui sont plutôt convaincants et loin du ridicule. On commence bien évidemment par Henry Cavill (The Tudors), le beau brun musclé qui incarne à la perfection le héros au slip rouge. Il arrive à lui donner une certaine émotion et pour une fois, ce héros dégage une certaine sympathie. A ses côtés, c’est la charmante Amy Adams (La Nuit au Musée 2) qui incarne Loïs Lane et elle tient bien son rôle, amis ne reste pas assez marquante. Il faut dire que le personnage du comic est assez cinglant alors que là, elle demeure plutôt discrète. Michael Shannon (Take Shelter) est surprenant en Zod et aurait mérité un meilleur traitement car il interprète de façon convaincante la haine qui l’anime. Kevin Costner est impeccable dans le rôle du père adoptif. Il est touchant, intelligent et joue tout en sobriété. Tout comme Russell Crowe, qui joue le père biologique de Superman et qui est impeccable comme à son habitude. Le fait de faire remarquer que les deux pères de Superman ont incarné tous les deux Robin des Bois, ne sert à rien, mais si vous arrivez à le placer dans une discussion mondaine, ça peut le faire ! Après, il reste Diane Lane, toujours juste et attachante et Laurence Fishburne, qui commence à accuser un bon quintal mais qui reste solide dans son rôle. Tous les autres seconds rôles sont intéressants et jouent bien, à l’image du militaire qui se sacrifie et de la jeune soldate de Zod, qui est très méchante. Bien sûr, niveau effets spéciaux, le film s’impose comme une référence, tant les destructions sont impressionnantes.

Man-of-Steel-aura-la-voix-de-Thor-Spock-et-Batman_portrait_w532

Un pet, un seul, et je balaie toute l’armée américaine !

Au final, Man of Steel est un bon petit divertissement qui ne cherche pas forcément à égaler ou à ressembler au Dark Knight. Certes, le film reste assez froid, mais il propose enfin un Superman qui met dans la gueule et qui possède une grande part d’humanité. On regrettera un méchant un peu faiblard et une histoire convenue, mais c’est bien là tout le problème du cinéma pop-corn !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

IscarioteNote de Iscariote: 13/20

TrasherNote de Trasher: 11/20 Pas mauvais, mais tout va trop vite et certaines scènes sont illisibles.

MickeyNote de Mickey: 16/20

ServalNote de Serval: 05/20 Un nouveau film de Snyder sans ralentis à tout va mais au scénario sans cohérence conférant un manque total d’empathie aux personnages, des longueurs inutiles et une surenchère dans l’action qui n’est jamais palpitante mais très répétitive, le tout sur une partition musicale des moins épiques. Reste quelques (rares) plans iconiques (la cape flottante lors de sa première sortie costumée par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net