novembre 30, 2020

L’Âge de Cristal Suivi de Retour à l’Âge de Cristal – William F. Nolan et George C. Johnson

Auteurs : William Francis Nolan et George Clayton Johnson

Editeur : J’ai Lu

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Ce sont deux « vieux » de vingt-et-un ans, deux vieux qui n’ont plus que quelques heures à vivre et qui essaient d’échapper à la mort obligatoire.
Dans la paume de leurs mains clignote un cristal radio-actif. Et ce clignotement sonne le glas pour les deux fugitifs : dans quelques heures leur cristal deviendra noir et la police spéciale sera alertée…
Car dans cette société de l’an 2116 tous les citoyens ayant atteint leur majorité doivent se livrer au « Profond Sommeil ».

Avis :

Peut-être connaissez-vous le film L’Âge de cristal, sorti en 1976, qui prend place dans un univers post-apocalyptique dans les années 2274 ? Ou alors, êtes-vous plutôt familier de la série télévisée ou des comics basés sur certains des personnages de l’intrigue principale ? L’univers de L’Âge de cristal est devenu un des grands classiques de la science-fiction et provient d’un roman, paru en 1967, écrit par George Clayton JOHNSON et William Francis NOLAN, deux visionnaires qui ont réfléchi aux problèmes de surpopulation et aux différentes manières de les résoudre.

Le scénario du film n’a quasiment rien à voir avec celui du livre. Presque tout a été modifié, jusqu’à l’âge auquel meurent les citoyens (vingt-et-un ans dans le roman et trente ans dans le film), ou la façon dont se déroule leur disparition de la surface du globe.  La majorité des faits et actions a été revue et cela se comprend. En effet, le livre est plutôt fin, très rapide à lire et manque cruellement de substance. Les caractères des deux personnages principaux ne sont pas décrits, par exemple. Logan, un des limiers qui doit traquer les fugitifs, apparaît comme une bête assoiffée de sang même si l’on remarque tout de même quelques anfractuosités dans ces manières de penser qui vont le conduire à réviser son jugement. Cependant, le lecteur ne comprend pas pourquoi Logan change subitement d’avis dans le livre. On le suit qui traque les fugitifs puis, un peu comme par magie, il change radicalement de bord et décide de tuer les siens, plutôt que ceux qu’il pourchassait précédemment. Quant à Jessica, on ne sait pas pourquoi elle est devenue fugitive et on ne sait rien d’elle, à part qu’elle avait un frère qui est mort, et qu’elle souhaite fuir.

De même que leur histoire d’amour, rien n’est travaillé pour que cette relation soit crédible aux yeux du lecteur, étant donné que les deux personnages ne se parlent quasiment jamais. Leur amour soudain sonne ainsi faux et dérange, surtout à l’instant où Logan fait sa déclaration. Le roman va trop vite et s’intéresse surtout aux actions qui n’ont pas toujours d’intérêt dans la mise en place du scénario. Ces scènes nous font juste comprendre que le monde futuriste inventé est affreusement cruel et violent, et qu’il ne donne pas envie d’y vivre.

On n’en est presque à se demander si cela vaut la peine de vouloir vivre après ses vingt-et-un vu toute la souffrance quotidienne et un pouvoir quasi inexistant ou en faveur d’une seule classe de la population. Les jeunes louveteaux, des vandales des rues, sont de vraies machines de guerre qui n’hésitent pas à dévorer le corps des fugitifs qu’ils croisent, les limiers, camarades de Logan, sont souvent stupides et manquent de discernement, les jeunes grandissent trop vite et ne sont même pas élevés par des humains, mais par des machines peu attrayantes et la drogue circule à plein régime. Cela n’est pas étonnant vu la vie maussade et terrible que vivent les habitants. Mourir jeune implique de ne plus rien vouloir entreprendre (à quoi bon si l’on n’en voit pas la fin ?), de subir un quotidien sans avenir, de grandir trop vite et sans amour, de vouloir tout accomplir en vitesse et de ne pas profiter. Le climat décrit est noir au possible et les violences accroissent ce sentiment malaisant. Les réflexions sur la surpopulation, la vie au sens large et l’amour sont intéressantes et font réfléchir.

La fin est étonnante. Contrairement au film, le Sanctuaire n’est pas un mythe et nos deux héros vont parvenir à leurs fins et mener une nouvelle vie. Les courses-poursuites subies par Logan et Jessica pour atteindre le Sanctuaire sont inintéressantes au possible et nous font découvrir des personnages étranges, voire grotesques, qui ne semblent attirés que par le sang et le sexe. Leur utilité ne sont pas visibles et ne font que ralentir leur progression. Il faudrait sans doute une autre lecture pour comprendre les métaphores possiblement dépeintes par les auteurs. Seul le personnage du vieux sage a son intérêt et fascine quelque peu, notamment grâce à des pensées prenantes.

Les éditions J’ai lu ont ajouté la suite : Retour à l’âge de cristal. Encore plus violente et noire que son prédécesseur, cette suite est l’histoire d’une vengeance et de la destruction d’un ancien monde. On retrouve les mêmes personnages, Logan et Jessica, dont la merveilleuse vie a été soudainement mise à mal par des barbares de bas étages. La fin est émouvante et met véritablement un terme à la dictature de la mort à vingt-et-un-an. Il est intéressant de remarquer les changements provoqués par la fuite de Logan et Jessica, à la fin du tome précédent, et de se rendre compte que ceux-ci ne sont pas facilement acceptés par la population. Pire qu’avant, le monde meurtri laissé par nos deux héros est devenu plus glauque et plus morbide, dirigé par des groupes disséminés un peu partout et n’acceptant pas la panne du super-ordinateur qui dictait leur vie. Tel la chute d’un Dieu, sa disparition a chamboulé le monde et d’anciennes manières de vivre sont revenues, telle que la simple étape d’élever ses enfants et de devenir des parents.

Ces deux romans, bien que surtout violents et ne s’attardant pas sur les détails, ou les émotions, sont captivants à suivre pour leur univers mystérieux et les quelques inventions créées par les deux auteurs. L’écriture va droit au but et manque de profondeur. De plus, les auteurs aiment nous apporter des explications sur un évènement ou un lieu, une fois qu’ils l’ont utilisé dans l’histoire. Cette manière de faire perturbe un peu au début mais on s’habitue au fait qu’il faille attendre et passer au chapitre suivant pour avoir plus d’explications.

Etrangement, pour une fois, le film est plus intéressant que le roman et plus complet sur la description des personnages et de leur vision du monde. Cependant, l’histoire est plus sombre dans le roman et c’est là qu’elle gagne en intérêt, malgré de nombreuses scènes de violence inutiles.

Le message final est beau et donne envie de vivre ses jours avec une nouvelle énergie.

Note : 11/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.