Le Vol des Jeunes Mariées – Marieke Van Der Pol

Auteure : Marieke Van Der Pol

Editeur : Presses de la Cité

Genre : Drame

Résumé :

Un amour interdit, un pacte secret, un choix impossible : les mariées étaient en noir…
2001. Trois femmes assistent aux funérailles d’un homme rencontré cinq décennies plus tôt qui a bouleversé le cours de leurs vies.

1953. Les Pays-Bas se remettent difficilement de la guerre. Un avion de la KLM surnommé « Le Vol des jeunes mariées » participe à la dernière grande course transcontinentale aérienne entre Londres et Christchurch. À son bord, trois jeunes Hollandaises : Ada, enceinte et mariée par procuration à un homme qu’elle connaît à peine, Marjorie, impatiente de fonder une famille avec son fiancé déjà installé en Nouvelle-Zélande, et Esther, indépendante et audacieuse, sur le point d’ouvrir son atelier de couture. Pendant le vol, elles rencontrent un jeune célibataire charismatique, Frank. À leur arrivée, tandis qu’elles prennent chacune des chemins différents, leur destin est lié à jamais.

Avis :

Le vol des jeunes mariées est un livre qui offre de nombreuses attentes au lecteur dès les premières pages, mais qui finit par décevoir quand les révélations sont passées. Effectivement, le premier chapitre est dramatique, sombre, et laisse entr’apercevoir des conflits familiaux et amoureux que l’on espère savoureux, frissonnants, voire même morbides. La fin n’est pas à la hauteur d’un début aussi prometteur, bien que les histoires des trois protagonistes soient prenantes, du moins en partie, mais très inégales dans leur rythme, progression et capacité d’attractivité pour le lecteur.

Le vol des jeunes mariées raconte une histoire vraie, celle d’une course en avion depuis les Pays-Bas, vers la Nouvelle-Zélande, transportant de jeunes mariées immigrées. Ainsi, les questions du racisme, du mal du pays et de l’adaptation sont mises en valeur via les trois histoires de nos héroïnes. On découvre également un Pays-Bas plutôt arriéré ainsi qu’une Nouvelle-Zélande colorée, avec des traditions fascinantes et une culture Maori foisonnante de danses et de musiques.

Esther, Marjorie et Ada sont trois femmes très différentes, qui n’ont rien en commun. Esther est une femme d’affaires indépendante qui rêve d’ouvrir sa propre chaîne de haute couture. L’œil avisé, et la bouche bien pendue, elle n’hésite pas à critiquer les tenues des femmes qu’elle croise, tout en se sentant supérieure à elles. Quelque peu stéréotypée sur les bords, Esther est complexe et ne montre pas grand-chose de ses sentiments, au contraire de Marjorie, une bavarde née qui chante la vie et la savoure, à chaque instant. Son caractère jovial est agréable à suivre, comme ses envies de vivre dans la normalité, avec un mariage et des enfants dans une grande et jolie maison. Bien que cela n’ait rien d’extraordinaire, ses tranches de vie sont néanmoins prenantes, surtout quand celles-ci se voient perturber par des problèmes d’enfantement inattendus. Quant à Ada, elle est certainement la plus discrète du trio et le lecteur aura du mal à s’attacher à elle. Sa vie en couple ne lui plaît pas, sa vie en tant que mère ne la satisfait pas, et on la sent sans cesse mal à l’aise ou malheureuse, comme si elle était passée à côté de sa vie, ce qui est le cas. Cela finit par énerver à la longue.

Le côté religieux est très présent dans la narration, notamment du côté d’Ada, ce qui risque d’agacer certains lecteurs, tant les messages envoyés sont sombres et sans espoir. De fait, la jeune femme ne s’autorise pas de vivre comme elle le désire pour ne pas déplaire à Dieu et échapper aux Enfers. Nombre de ses réflexions sont frustrantes et, bien que cela soit dû à l’époque, elles n’ont pas vraiment d’écho dans notre société moderne où tous les couples et modes de vie sont présents. Cet obscurantisme religieux assombrit nombre de passages du roman et gâche toutes les tentatives de bonheur d’Ada. Chez Marjorie, la religion revêt également son importance, notamment quand ses désirs d’enfanter se font ressentir, mais frustrent moins car la jeune femme a des pensées qui se raccordent davantage aux nôtres.

La narration est particulière. Les premières pages nous racontent le voyage épuisant vers la Nouvelle-Zélande. Bien qu’il ne s’y passe finalement pas grand-chose, le point de vue d’Ada est mis en valeur et sa façon de voir les choses perturbe quelque peu. Il est intéressant de suivre un tel périple bien organisé et novateur pour l’époque. Par la suite, l’auteure revient sur le passé des trois héroïnes pas à pas jusqu’à poursuivre sur le déroulement de leur vie étriquée, qui fera que les trois jeunes femmes vont se revoir, pour le meilleur et pour le pire. L’auteure impose ainsi un suspens bienvenue en intercalant les différentes histoires qui, finalement, n’ont rien d’extraordinaire pour la majorité d’entre elles. Un des passages sur la vie de Marjorie (et d’Esther) est plutôt prenant, comme une des escapades entreprise par Ada. En dehors de ces moments, les vies des jeunes femmes n’ont rien de spécialement palpitant et restent banales. Construction de maisons, mise en place de la chaîne de haute couture, éducation des enfants, vie de couple ou de familles, … Cela n’est pas désagréable à lire mais déçoit, étant donné que les premières pages nous avaient fait espérer des drames plus croustillants, qui ne viennent jamais.

Frank, celui finalement autour duquel tournent toutes ces histoires, est un homme simple qui a de l’ambition et qui sait ce qu’il veut dans la vie. On le voit peu et on le découvre également peu, même si les points de vue de toutes les héroïnes nous aident à y voir plus clair. Gentil, généreux, attentionné, passionné …, Frank est un ami comme on en trouve peu et on s’attache étrangement davantage à lui qu’aux trois autres femmes.

Le vol des jeunes mariées est un condensé d’histoires de vies sympathiques, dans un passé historique qui a beaucoup à nous apprendre, mais dont les intrigues manquent sans doute de quelques touches de piquant pour attirer tous les types de lecteurs.

Note : 12/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net