Les Hirondelles de Kaboul – Destins Animés

De : Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec

Avec les Voix de Simon Abkarian, Zita Hanrot, Swann Arlaud, Hiam Abbass

Année : 2019

Pays : France

Genre : Animation

Résumé :

Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

Avis :

Zabou Breitman est une actrice et réalisatrice qu’on ne présente plus. Zabou Breitman a marqué les esprits en tant que réalisatrice dès son premier film, le magnifique « Les jolies choses« , et depuis, elle n’a fait que se confirmer à chaque nouvelle réalisation. Pour ce nouveau film, Zabou Bretmain passe pour la première fois à une coréalisation et elle le fait avec Eléa Gobbé-Mévellec, une jeune femme dont le nom nous évoque pas grand-chose et c’est normal, puisque « Les hirondelles de Kaboul » est son premier long-métrage. Pourtant, malgré ce premier long en tant que réalisatrice, Eléa Gobbé-Mévellec n’est pas une débutante. Sa carrière commence au début des années 2010 et on peut dire que la jeune femme a travaillé en tant qu’animatrice sur tout ce qui se fait de mieux et de plus beau dans le cinéma français d’animation.

En 2002, Yasmina Khadra publie un roman magnifique qui va trouver un très beau succès, « Les hirondelles de Kaboul« . Pour que le roman de Yasmina Khadra voit le jour, il aura alors fallu six ans de travail aux réalisatrices Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec. Six années de travail acharné. Ici, les deux réalisatrices vont se partager les taches, Zabou Breitman va adapter et écrire entièrement le scénario, pendant qu’Eléa Gobbé-Mévellec fera l’animation, et le résultat est superbe. « Les hirondelles de Kaboul » est un film magnifique et un animé de toute beauté. Breitman et Gobbé-Mévellec nous plongent dans l’enfer des talibans, et l’on en ressort émerveillé d’un côté et bouleversé de l’autre !

Été 1998, Kaboul n’est presque plus, là où il faisait bon vivre, aujourd’hui, il ne reste plus que des ruines, et c’est le règne de la peur et des restrictions qui fait rage. Mohsen et Zunaira sont jeunes, beaux et amoureux. Ils ont connu la vie à Kaboul avant l’horreur, mais malgré le cauchemar qui se joue tous les jours dans les rues de la ville, et plus largement dans le pays, les deux jeunes veulent croire en l’avenir. Cet avenir va devenir encore plus incertain à cause d’un malheureux geste de Moshen.

« Les hirondelles de Kaboul« , c’est le genre de film qui m’intéressait parce que premièrement, c’est le retour de Zabou Breitman à la réalisation presque dix ans après « No et moi » et en plus de ça, la réalisatrice se lançait dans un nouveau défi, la coréalisation d’un film d’animation et un film qui tient un sujet qui est fort intéressant et franchement, à la sortie de la séance, une fois que j’ai remis mes émotions en place, je peux dire que je suis très loin d’être déçu. « Les hirondelles de Kaboul » est un triste voyage dans un pays qui a basculé.

Magnifique de bout en bout, magnifique dans son idée d’animation, magnifique dans son écriture, bouleversant dans son récit, « Les hirondelles de Kaboul » bouscule, révolte, brise le cœur, et se révèle être absolument nécessaire.

L’intrigue est donc bouleversante, et ce qui est parfait ici, c’est la subtilité dont font preuve Breitman et Gobbé-Mévellec pour raconter ses histoires. Il aurait été facile avec un tel sujet de tomber dans un film qui ne ferait que dénoncer les horreurs de ce régime, et si le film dénonce évidemment ceci, il va le faire avec beaucoup de recul. Les deux réalisatrices n’hésitent pas à montrer les atrocités du régime, mais le fait de faire ici un animé plutôt qu’un film en prise de vue réelles dégage quelque chose d’assez surprenant, et c’est ce choix qui fait que le film est plus « fin » si l’on peut dire. « Les hirondelles de Kaboul« , c’est un film qui vit beaucoup dans le regret, un sentiment qui est porté à travers plusieurs de ses personnages. Personnages ô combien passionnants et merveilleusement incarnés par les comédiens que la réalisatrice a choisi.

« Les hirondelles de Kaboul« , c’est un film qui peint trois trajectoires, trois remises en questions, trois espoirs. Le couple Mohsen et Zunaira (Swann Arlaud et Zita Hanrot) est magnifique et que ce soit ensemble ou seul, les deux personnages ont vraiment de quoi nous secouer. Mais si ces deux personnages sont merveilleux, c’est bien celui d’Atiq qui est le plus prenant et bouleversant. Incroyablement tenu par Simon Abkarian, on se passionne pour ce vieux gardien de prison tout en regret et contradiction.

L’intrigue et les personnages sont donc aussi beaux qu’ils sont solides, mais l’autre force des « …hirondelles de Kaboul« , c’est assurément sa réalisation. Très original, Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec ont eu la merveilleuse idée de d’abord enregistrer les voix de leurs comédiens en les filmant et une fois ceci fini, Eléa Gobbé-Mévellec a alors créé de toutes pièces ces peintures en mouvement qui s’inspirent sur ce qui a été fait auparavant. Le tout est d’une sublime poésie, le tout donne une très belle originalité et une grande profondeur à l’ensemble. C’est atypique, ça change de ce que l’on peut avoir l’habitude de voir et c’est tout à fait envoûtant. Le film est aussi parcouru par une BO tout aussi sublime que le film lui-même, signée Alexis Rault.

Ayant une jolie distribution, il serait alors dommage de passer à côté de ce petit bijou de cinéma. Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec livrent là un film sombre et dur, qui ressort avec nous de la salle. Sans tomber dans le jugement, les deux femmes livrent un film noir certes, mais porté par des personnages bouleversants, que tristement on adore suivre. Sans hésiter, l’une des plus belles sorties de la semaine.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net