octobre 28, 2020

Gravity

GRAVITY-Affiche-US

De : Alfonso Cuaron

Avec George Clooney, Sandra Bullock, Ed Harris, Eric Michels

Année: 2013

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Pour sa première expédition à bord d’une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l’astronaute chevronné Matt Kowalsky. Mais alors qu’il s’agit apparemment d’une banale sortie dans l’espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l’univers. Le silence assourdissant autour d’eux leur indique qu’ils ont perdu tout contact avec la Terre – et la moindre chance d’être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d’autant plus qu’à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d’oxygène qu’il leur reste.

Mais c’est peut-être en s’enfonçant plus loin encore dans l’immensité terrifiante de l’espace qu’ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre…

Avis :

J’ai pris mon ticket pour l’espace, direction la planète « Gravity« , le nouveau film d’Alfonso Cuarón, dont on n’avait plus vraiment de nouvelles depuis « Les Fils de l’homme » sorti en 2006. Nous voici donc sept ans après pour découvrir ce film qui s’annonce comme l’aventure spatiale de cette année et à la vison du cru 2013, c’est bel et bien le cas, car « Gravity‘ » est bel et bien la merveille annoncée.

« Gravity » c’est l’histoire d’une expédition qui tourne à la catastrophe. Le Docteur Ryan Stone est une brillante scientifique, dont c’est la première sortie dans l’espace. Avec d’autres spationautes, dont Matt Kowalsky qui est un vieux de la vieille, ils font une sortie de routine. Mais alors que tout se passe pour le mieux, des débris de satellite viennent pulvériser leur navette. Seuls survivants, Ryan et Matt vont alors devoir faire l’impossible pour survivre dans l’espace et trouver un moyen de rentrer sur Terre …

article_gravity

Impressionnant, c’est le premier et seul mot qui me vient en tête pour parler et décrire « Gravity » ! Oui, car dans chacun de ses aspects, le film de Cuarón l’est et ce n’est que du bon, une heure trente d’un plaisir angoissant.

« Gravity » c’est une claque visuelle, une claque sensorielle et une claque « cinéphilique » tout simplement. Décidément cette rentrée est bien riche et « Gravity » s’inscrit directement dans les meilleures sorties en salles cette année.

Sept films en trente ans de carrière, on peut dire qu’Alfonso Cuarón tourne peu, mais toujours bien, même si je n’ai pas encore vu toutes les œuvres de l’auteur.

Son nouveau bébé est un film qui mélange réflexion, science, drame, film catastrophe et action. Autant le dire, j’ai vraiment plus qu’adoré ce film. C’est une histoire que j’ai trouvée aussi angoissante que jubilatoire, une histoire d’une puissance visuelle et ambiante rare.

Avant même de parler de l’intrigue qui est vraiment très bien exploitée, je voudrais parler de la qualité visuelle du film qui nous laisse admiratif devant tant de beauté. « Gravity » est une perle, on en prend plein les yeux, plein les oreilles, c’est magnifique. Le film s’ouvre sur une séquence tout simplement impensable où d’emblée, le réalisateur mexicain nous démontre, si besoin en est encore, l’étendue de son savoir-faire. De suite, on est dans le film, même s’il ne se passe pas grand –chose. Je suis resté-là, impressionné par la vue qui est magique, par la fluidité d’une caméra toute en apesanteur, par les plans, tous travaillés comme des photos en mouvements (et ce n’est pas qu’au début du film), par les mouvements de cette caméra qui passe d’un personnage à l’autre avec tellement de facilité que j’en suis resté bouche bée. Le film aurait pu être ainsi, ça ne m’aurait absolument pas dérangé. Il y a aussi ces scènes d’action aussi belles qu’elles sont prenantes et réalistes. Quand la catastrophe arrive, elle est parfaite, maîtrisée, surprenante, dramatiquement belle, c’est à couper le souffle, à faire tourner la tête. L’inquiétude commence à se faire sentir, l’immensité de l’espace s’ouvre à nous, on suit impuissant, la dérive de Sandra Bullock.

Et c’est alors, qu’Alfonso Cuarón nous emmène dans un survival spatial où le danger et la solitude sont présents dans chaque scène et chaque plan. Il y a un suspens de dingue, la bande annonce a eu l’intelligence de rien nous monter en fait.

Le film se suit avec passion, on frissonne et on angoisse pour l’héroïne, on garde espoir pour elle, même quand elle n’en a plus. La superbe BO composée par Steven Price (« Scott Pilgrim » ou  » Le Dernier pub avant la fin du monde« ) ne fait qu’accentuer ce sentiment.

Le film est court et pourtant, le scénario est interminable, allant de rebondissements en rebondissements jusqu’à la dernière minute. Pour notre plus grand plaisir, le réalisateur nous met vraiment le nerfs à vif et je suis ressorti de la salle avec l’impression d’avoir vécu au côté de Sandra Bullock dans cette grande épopée spatiale.

Le film repose presque entièrement sur la belle Sandra Bullock qui, je dois le dire, m’a beaucoup surpris dans ce film. Premièrement, parce qu’elle est dans ce film et je ne l’aurais pas forcément vu dans ce genre de film, les comédies dans lesquelles elle joue, lui collant à la peau. Et deuxièmement parce qu’elle est franchement excellente et que ça fait du bien de la voir dans d’autres genres. L’actrice m’a touchée, m’a émue et je n’ai vraiment eu aucun mal à m’identifier au personnage. C’est vraiment bien.

GRAVITY

« Gravity » est LE film qu’il ne faut pas manquer au cinéma, ce serait vraiment dommage de le découvrir autrement. C’est un film qui m’a passionné autant qu’il m’a fait voyager. Alfonso Cuarón nous offre du grand cinéma. Du cinéma qui a de la grâce, de l’intelligence et de la beauté et il faut noter que la 3D est belle et sert a quelque chose, ce qui change..

Oui « Gravity » est la claque annoncée, un bon chef-d’œuvre spatial et je n’ai qu’une envie, là maintenant, c’est d’aller prendre un deuxième billet pour cette aventure, car « C’était un sacré voyage » !!!

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Casey SlybackNote de Casey Slyback: 16/20 Techniquement on a jamais vu ça au cinéma, l’impression de se retrouver dans l’espace n’aura jamais été aussi réel et palpable. Gros coup pour Cuaron même si on retrouve 2 ou 3 petites baisses de régime par moment.

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.