septembre 28, 2020

Nekfeu – Les Etoiles Vagabondes

Avis :

Il y a à peine quatre ans de cela, Nekfeu n’était pas forcément le rappeur le plus connu dans l’hexagone. Faisant partie de plusieurs groupes comme le S-Crew ou encore 1995, il se décide à se lancer dans une carrière solo en 2015 et sort Feu, un album incroyable qui allait bénéficier d’une couverture médiatique dense et attirante. Dès lors, le phénomène Nekfeu s’empare de la France et le jeune rappeur balance l’année d’après Cyborg, un deuxième album que j’ai trouvé moins convaincant mais qui a su trouver son public et créer un certain buzz. De toute façon, il n’y avait pas à tortiller du cul pour chier droit, la machine Nekfeu était lancée et rien ne pouvait l’arrêter. Rien, sauf une petite dépression, une rupture amoureuse douloureuse et surtout, un sentiment d’enfermement étouffant. Nekfeu décide alors de partir loin de Paris, à Tokyo tout d’abord, où il trouve une autre culture plus apaisante. Puis à Los Angeles où il va enregistrer ce troisième album. Et enfin en Grèce, au plus près de ses origines pour trouver un sentiment de plénitude. Et ces trois sentiments se retrouvent dans le troisième album, Les Etoiles Vagabondes, qui a fait grand bruit lors de sa sortie, puisqu’une projection unique d’un documentaire sur la conception même de l’album aura réuni pas moins de 100 000 spectateurs à travers la France. Un gros succès donc et cela est vraiment bien mérité.

Composé de dix-huit titres, Les Etoiles Vagabondes est un album riche, complexe et qui se détache des deux opus précédents par une prépondérance à l’amour et à l’ouverture d’esprit. En effet, même si on retrouvera toujours des idées sombres et des punchlines à tendance politique ou sociétale, Nekfeu se livre beaucoup plus dans cet album et certaies récurrences le prouve. La première partie de l’album est très noire. Les Etoiles Vagabondes, piste qui lance l’album, se porte sur la vie du rappeur et sur son enfance qui n’était pas si facile, mais aussi sur son mental, où il pointe du doigt la violence de ce monde. Mais il parle aussi de son ex et de sa rupture qui semble l’obséder. Avec Alunissons, le rappeur part sur une production très différente de ce qu’il fait habituellement. On trouvera ce genre d’ambiance chez Lomepal ou Eddy de Pretto, mais ici, ça fonctionne aussi à plein régime, donnant un sentiment de dépression douce, de mélancolie infinie. C’est beau, c’est doux, et on retrouve un son qui reviendra souvent dans l’album, mais aussi dans le précédent lorsqu’il s’adresse à son ex, le fameux « toi » répété plusieurs fois. Avec Takotsubo, Nekfeu rejoint un aspect plus traditionnel de sa musique. L’écriture est incroyable et il parle vraiment des laissés pour compte et d’une société qui part à vau l’eau. Très intelligent dans ce qu’il raconte, le rappeur se livre tout en y affichant un point de vue incisif, intelligent et tolérant. On retrouvera cela sur des titres comme Ciel Noir, d’une finesse rare et dont le final est tout simplement bluffant de beauté (« Un jour, il ne restera plus rien de ces bouches qui maudissent. Rien de ces horizons flous qui jaunissent. Plus rien de nos mères, de nos fils, de mon disque. Il ne restera rien d’ces volcans qui vomissent. Et puis plus un seul écho de l’orage qui tonne. Plus un brin de pollen et plus un gramme de sel. Et plus rien de ces copeaux de nuages qui tombent. Quand des golems de béton armé grattent le ciel. Il ne restera rien des étoiles vacillantes. Qui s’avancent vers le centre de ces galaxies évanescentes. Ni temps, ni dimension, ni sens. L’univers deviendra comme avant sa naissance. Ciel noir. »).

La seconde moitié de l’album sera plus joyeuse, comme un éclair de ciel bleu dans un océan de nuages gris. Cependant, le rappeur reviendra plusieurs fois sur sa rupture qui l’obsède vraiment, notamment dans Elle Pleut, un sublime morceau en feat avec Nemir où il reprendra un couplet déjà utilisé dans l’album précédent (d’où sors-tu ta douceur tue), mais aussi avec Dans l’Univers avec Vanessa Paradis. Un titre évanescent, éthéré, qui surprend de par son featuring, mais aussi de par son style si délicat et pourtant si réussi. Visiblement, Nekfeu n’est jamais aussi bon que lorsqu’il est blessé. Par la suite, on aura des titres plus joyeux, qui affichent clairement le mieux du rappeur au niveau de sa santé. Ola Kala (normalement écrit en grec) en est l’exemple même où l’auteur explique qu’il y a toujours pire que lui sur Terre et qu’il faut qu’il arrête de se plaindre. C’est censé, intéressant et comme toujours, très bien écrit. On aura aussi droit à certains titres un poil plus nerveux, s’inspirant vraisemblablement de Kanye West sur Koala Mouillé, prouvant que son voyage aux States lui a aussi fait le plus grand bien. Enfin, on peut parler de son feat avec Damso plutôt sympathique, même si ça reste le titre le plus vulgaire, parlant de l’industrie pourrie du disque.

Au final, Les Etoiles Vagabondes, le dernier album de Nekfeu, est une réelle réussite qui efface un peu la déception qu’était Cyborg, un poil trop hardcore pour mes petites oreilles chastes. Ici, il revient vers des sujets plus personnels, plus touchants et on sent qu’il y a un vrai travail d’introspection au sein de cet album. On a donc droit à une galette complète, qui n’oublie pas aussi les sujets de fond chers au rappeur comme le racisme, la tolérance envers les LGBT ou encore la corruption au sein de la politique ou de la justice. Un skeud qui s’insère parfaitement dans la très bonne discographie de ce talent qui a encore un bel avenir devant lui.

  • Les Etoiles Vagabondes
  • Alunissons
  • Cheum
  • Takotsubo
  • Menteur Menteur
  • Ciel Noir
  • De Mon Mieux
  • Le Bruit qui Court
  • Elle Pleut feat Nemir
  • Dans l’Univers feat Vanessa Paradis
  • Premier Pas
  • Tricheur feat Damso
  • Voyage Léger
  • Compter les Hommes feat Alpha Wann
  • Koala Mouillé
  • Ola Kala
  • Pixels feat Crystal Kay
  • 1er Rôle

Note : 18/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.