Fear Challenge

Titre Original : Heilstätten

De : Michael David Pate

Avec Sonja Gerhardt, Tim Oliver, Schultz, Lisa-Marie Koroll, Timmi Trinks

Année : 2018

Pays : Allemagne

Genre : Horreur

Résumé :

À Heilstätten, un sanatorium lointain et sombre près de Berlin, un groupe de YouTubers accède illégalement au bloc chirurgical inquiétant pour un défi de 24 heures qui, selon eux, deviendra viral. Ils apprennent trop tôt qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils ne sont pas les bienvenus.

Avis :

De nos jours, les allemands ne brillent pas forcément pas la qualité de leur cinéma d’horreur. Si on retrouve quelques perles dans les drames ou les thrillers, il en est tout autre dans l’horrifique et l’épouvante. Pour autant, ce ne fut pas toujours le cas. En effet, dans les années 80, un réalisateur va défrayer la chronique, Jörg Buttgereit, en faisant Nekromantik. Interdit dans plusieurs pays suite à son sujet, la nécrophilie, le cinéaste va pourtant se faire un nom dans le cinéma gore et à tendance crasseuse. Comment ne pas citer aussi l’expressionisme allemand avec des films comme Nosferatu Murnau ou encore Le Cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene. Aujourd’hui, l’horreur teutonne est en grande peine et souffre de films tous plus médiocres les uns que les autres. On peut citer l’immonde Blood Trails et son tueur en VTT, mais ce serait donner trop d’importance à un film navrant de bout en bout. Et ce n’est pas avec Fear Challenge, sorti en 2018, que l’Allemagne va sortir du trou.

C’est bien simple, ce film a tout simplement près de dix ans de retard. Found-Footage mettant en scène de jeunes adultes débiles dans un asile désaffecté ayant appartenu aux nazis, Fear Challenge rentre dans la catégorie des pires choses vues à ce jour. Le pitch est bien simple. Deux gros Youtubeurs se font la guerre, des spécialistes du prank et une qui fait des tutos beauté. Ils se lancent alors un défi débile, celui de passer 24 heures dans cet asile sans avoir peur. Pour parvenir à rentrer à l’intérieur, les deux youtubeurs qui font des farces demandent l’aide d’un de leur ami d’enfance qui possède les clés. Mais alors que tout se passait pour le mieux, les protagonistes vont disparaître les uns après les autres. Outre son format qui n’apporte rien de neuf et met les nerfs à rude épreuve à force de bouger dans tous les sens, le fond est d’une débilité crasse, essayant vainement de porter un message sur les méfaits des réseaux sociaux, tout en surfant dessus.

On voit bien que le film veut avoir du fond, celui de dénoncer la recherche absurde de buzz et de vues, et de likes pour devenir célèbre et potentiellement gagner de l’argent. Fear Challenge se veut une critique sans filtre de Youtube, afin de montrer à quel point on peut devenir stupide pour faire de la course aux likes et à la notoriété. Sauf que devenir célèbre sur internet c’est comme penser que le Beaujolais est un bon vin. Le film tente alors de montrer à quel point ses personnages son stupides et prennent des risques pour rien. Malheureusement, le métrage le fait de manière très maladroite, en s’appuyant justement sur le succès du net pour renforcer les vues. C’est-à-dire que la critique négative devient positive car elle montre que malgré les accès de débilité, il y a des vues, il y a un public voyeuriste et demandeur. En fait, le film utilise la mauvaise méthode pour dénoncer un phénomène de société puant. D’autant qu’il utilise ce succès pour livrer un très mauvais film d’horreur.

L’aspect found-footage est vraiment un problème. Si on sait tous que c’est pour des restrictions budgétaires plus que pour une quelconque vision artistique, il y a constamment un problème de montage. Comment peut-on voir ce film s’ils se filment en direct ? Comment le montage a-t-il pu être fait et par qui ? Il y a beaucoup d’incohérence à ce propos et même si le film tente d’y répondre avec un twist tout pourri, cela demeure en suspens car rien ne se tient. D’autant plus que les décors sont archi pauvres, se limitant à une cage d’escaliers et trois salles où les protagonistes vont brûler des bougies. Dès qu’il y a une scène d’action, ça bouge dans tous les sens et on ne comprend plus rien à ce qui arrive. Comme tout mauvais film d’horreur contemporain, la peur est ciblée avec des jump scare inefficaces et complètement gratuits. Ils ne servent pas l’histoire et ne sont là que pour réveiller le spectateur moribond. Le coup de la nana dans son bain de sang est affligeant dans sa mise en scène, ne cherchant même pas à créer une ambiance, mais seulement un jump scare basique.

Enfin, l’autre gros défaut de ce film provient des personnages qui sont tout simplement insupportables et très mal écrits. En fait, on se demande même s’ils ont été écrits. Le montage épileptique fait que l’on ne comprend pas vraiment qui est qui et on ne retient même pas les noms. L’héroïne, celle qui va survivre à la fin, est présentée dès le départ, et tous les autres débiles y passeront, cela ne fait aucun doute, et le film ne cherche pas à brouiller les pistes. Le plus alarmant dans tout ça, c’est que le réalisateur n’a pas compris que pour faire un bon film d’horreur, il faut des personnages solides et empathiques. Là, c’est tout le contraire. Bien évidemment, on cherche à créer des histoires d’amour entre ennemis, afin de montrer à quel point les guerres entre Youtubeurs sont stériles, mais on n’oublie vite qui ça concerne. Puis il y a celle qui est claustrophobe et qui doit vaincre sa phobie. Il y a aussi le copain qui cache bien son jeu. Bref, une palanquée de protagonistes fonctions dont on se fout éperdument et qui n’auront aucune incidence sur l’histoire, si tant est qu’on pense qu’il y en a une.

Au final, Fear Challenge est une daube infâme qui accumule tout ce qu’il ne faut pas faire dans un film d’horreur et même dans un film tout court. Sans histoire, avec un montage frénétique, des personnages imbuvables, un fond faussement intelligent et des effets de peur éculés et sans imagination, ce film allemand est un cas d’école qui a plus de dix ans de retard et n’offre rien de novateur. Une perte de temps incroyable pour quelque chose qui ne devrait même pas exister.

Note : 01/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net