Tatie Danielle

De : Etienne Chatiliez

Avec Tsilla Chelton, Catherine Jacob, Isabelle Nanty, Eric Prat

Année : 1990

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

A la mort de son principal souffre-douleur, Odile, sa gouvernante, Mme Billard, veuve du colonel Edouard Billard, est secourue par ses charmants neveux. Pour Tatie Danielle, le champ de bataille s’élargit et elle va pouvoir exercer sa tyrannie sur ses neveux Billard.

Avis :

Au début des années 90, Étienne Chatiliez est le réalisateur qui intrigue beaucoup, parce que l’homme sorti de nulle part a connu un joli succès avec son premier film, « La vie est un long fleuve tranquille« . Le film avait été jusqu’à remporter quatre César, dont le précieux meilleur première œuvre. Alors quand Étienne Chatiliez est de retour deux ans plus tard avec « Tatie Danielle« , autant dire que le film était, on l’imagine, aisément attendu.

Étant passé à côté pendant toutes ces années (oui, ne me demandez pas comment j’ai fait, je ne serais pas vous répondre), je découvre enfin « Tatie Danielle« , le deuxième film d’Étienne Chatiliez. J’ai tout entendu sur ce film et j’ai toujours été curieux de voir ce que le réalisateur offrait avec tel sujet et je dois bien avouer que « Tatie Danielle » m’a séduit, notamment grâce à un ton grinçant et irrévérencieux. Loin de l’idée angélique et des postures rassurantes que peuvent offrir beaucoup de personnes âgées, Étienne Chatiliez livre là un personnage détestable au possible et malgré ce constat, il réussit le tour de force, certes, de nous faire rire avec des méchancetés, mais au-delà de ça, de rendre cette vieille dame attachante, voire même touchante et ça, c’est vraiment très étonnant.

Tatie Danielle est une vieille dame de quatre-vingt-deux ans qui vit dans sa grande maison avec sa gouvernante, Odile. Tatie Danielle est méchante et pleine d’aigreurs et de ruse. Quand sa gouvernante meurt, Tatie est alors recueillie par son neveu. Lui et sa famille voyaient la vieille dame comme un petit ange fragile, ils vont découvrir un tout autre visage…

J’ai toujours entendu parler de « Tatie Danielle » comme d’une comédie hilarante. C’est une comédie qui ose un ton grinçant et ciselé. Un ton méchant, et qui peut apparaître comme gratuit. Il est vrai qu’à la découverte de cette vieille dame, on a vraiment de quoi rigoler tant Étienne Chatiliez n’hésite pas pour nous catastropher face aux horreurs et autres manipulations de cette Tatie infernale, qu’on ne souhaite à personne. Pour ce film, Étienne Chatiliez a parfaitement su choisir sa Tatie Danielle et franchement, on a bien du mal à voir quelqu’un d’autre à la place de la formidable Tsilla Chelton, absolument parfaite de bout en bout. L’actrice est incroyable, arrivant à passer en un instant de la vieille dame fragile à la peau de vache qu’on aurait envie de dégommer au plus vite. L’actrice avait été nommée pour un César et elle le méritait amplement. Elle le méritait d’autant plus que finalement, « Tatie Danielle » est un film qui a un double visage.

Oui, si l’on se marre des vacheries que cette vieille dame peut sortir à longueur de journée, on peut aussi y avoir un drame fort et touchant sur la vieillesse et surtout la solitude. Et c’est là que le film d’Étienne Chatiliez surprend beaucoup, car on ne pensait pas être autant touché par toutes les nuances que le réalisateur scénariste injecte dans cette comédie. On pourra même aller plus loin que cela, et affirmer que plus que la comédie, c’est bien le drame qui se joue qui est le plus prenant chez « Tatie Danielle« . Ici finalement, la méchanceté de Tatie Danielle, si elle est dans un sens gratuite, ne l’est pas dans un autre sens. Avec ce film, Étienne Chatiliez utilise la comédie pour parler de la solitude des personnes âgées et l’aigreur qui peut en découler. Alors bien sûr, il grossit le trait pour faire rire certes, mais aussi pour accentuer son propos et ça fonctionne très bien. Et tout ceci prend du sens avec l’entrée en scène du personnage tenu par la géniale Isabelle Nanty, qui offre du répondant à cette vieille femme. Le scénario, à ce moment-là, change de cap et se fait encore plus drôle et touchant et l’on regrette amèrement cette époque où Étienne Chatiliez était talentueux, et savait toucher avec nuance et intelligence.

Bien rythmé, très bien filmé, soutenu par une Tsilla Chelton incroyable, féroce, amère, immonde, imbuvable et finalement, et très étonnamment, touchante, « Tatie Danielle » est une excellente comédie qui n’arrête jamais. Une comédie qu’on peut aisément qualifier de jubilatoire, tant l’humour est pointu et horrible. Mais au-delà de la comédie de premier plan, « Tatie Danielle » est un film que j’ai personnellement trouvé très touchant. C’est un film qui derrière la comédie, cache un drame, celui d’une vieille dame qui devient méchante pour attirer l’attention. Une vieille dame, qui plus loin encore, s’est retrouvée piégée dans son rôle de méchante, et ne sait plus comment en sortir. Bref, vous l’aurez compris, « Tatie Danielle » est une belle réussite et plus que ça, l’un des meilleurs films de son réalisateur.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net