Men in Black II

Titre Original : Men in Black 2

De: Barry Sonnenfeld

Avec Will Smith, Tommy Lee Jones, Lara Flynn Boyle, Johnny Knoxville

Année: 2002

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction, Comédie

Résumé :

En quatre années passées à protéger la Terre de toutes sortes d’invasion extraterrestre, l’agent J, qui travaille secrètement au quartier général des Men in black, n’a toujours pas trouvé de partenaire avec qui faire équipe. A la suite d’un crime étrange impliquant des extraterrestres, l’agence découvre l’existence d’un redoutable complot menaçant notre planète. Serleena, une maléfique séductrice qui a pris l’apparence d’un top-model en lingerie fine, est prête à tout pour accomplir son sinistre dessein. J a absolument besoin des services de K, son ancien partenaire qui n’a plus aucun souvenir des MIB et travaille dorénavant à la Poste. J va devoir par tous les moyens le faire sortir de sa retraite.

Avis :

Pendant les années 90, Barry Sonnenfeld a brillé jusqu’à son apogée en 1997 avec le premier « Men in black« . Mais depuis le premier film des agents en noir, le réalisateur a bien du mal à renouer avec le succès. Entre moment de cinéma assez gênant , « Wild Wild West« , et moment de cinéma qui passe totalement inaperçu, « Big Trouble« , une comédie sortie directement en DVD chez nous, Barry Sonnenfeld a bien du mal à briller de nouveau et c’est surement pour cela que le réalisateur s’est dit pourquoi ne pas faire une suite à ce qui est son plus gros succès, « Men in black« .

L’idée de faire une suite à « Men in black » est très loin d’être mauvaise en soi, puisque le film, et plus largement le comics duquel il s’inspire, est très riche et l’on peut donc sans mal trouver les idées pour replonger le public dans cet univers. Trouvant une idée de scénario vraiment sympathique et intéressante sur le papier, quand on découvre cette suite à l’écran, on va être très surpris, tant on a l’impression que Barry Sonnenfeld n’a plus rien compris de ce qu’était « Men in black« . Cette suite est donc, et malheureusement, un grand raté dans tous les sens, Barry Sonnenfeld, qui veut en mettre plein la vue, nous livre là un film ringard, qui n’arrive pas à nous embarquer dans cette histoire qui aurait pu être ô combien intéressante. Je dis bien qui aurait dû… Bref, je me souviens l’avoir vu à l’époque de sa sortie en salle, et étrangement, j’en n’avais aucun souvenir, rien, pas une image. Maintenant, je sais pourquoi !

Il y a cinq ans de cela, James Darrell Edwards entrait chez les Men in black, une agence secrète qui régule la vie extraterrestre sur terre. Depuis, il est devenu l’un de ces agents les plus prolifiques. L’arrivée sur Terre de Serleena, un extraterrestre qui cherche la lumière divine d’un peuple, va le lancer dans bien des mésaventures et surtout, il va être obligé de retrouver l’agent K et lui rendre sa mémoire, car l’agent K est le seul à pouvoir arrêter Serleena.

« MIIB« , c’est un film où on y trouve bien peu de chose à se raccrocher, tant Barry Sonnenfeld livre un film où rien ne va. On pourrait facilement dresser une liste de ce qui ne va pas, de ce qui est poussif et surtout, de ce qui fait sombrer le film dans la ringardise.

Plus que le scénario qui n’a rien de vraiment excitant, « MIIB » c’est avant tout un visuel totalement foiré et les années passant n’ont rien arrangées. Là où le premier « Men in black » séduisait et avait du charme, offrant un univers intéressant et attachant, celui-ci use et abuse d’effets spéciaux et pose ses personnages dans des situations on ne peut plus ridicules. La scène du métro avec Will Smith sur un gros vers est un comble de ringardise. La mise en scène de Barry Sonnenfeld manque d’énergie, elle manque de vie, elle n’invente rien, le réalisateur étant persuadé que s’il offre du grand spectacle, les spectateurs suivraient, mais rien y fait, plus on avance dans « MIIB » et plus l’hystérie des personnages et la caricature de la forme deviennent insupportables.

La ringardise, on la retrouve aussi dans l’humour qui en fait des caisses et des caisses et des caisses. Le film n’arrête pas une minute, il se croit tordant, mais c’est lourd, c’est mal écrit, il y a des personnages insupportables (franchement le personnage de Frank…) et le show de Will Smith, génial dans le premier, est ici une caricature.

On ajoutera à cela un scénario très loin de convaincre. Alors qu’il partait sur une bonne idée, très vite, on se rend compte qu’il n’y avait que l’idée en elle-même qui était bonne, parce que pour le reste, Barry Sonnenfeld n’en fait rien et livre une intrigue de bas étage, où les personnages, en plus d’être ridicules (Lara Flynn Boyle, c’est du génie) deviennent vite insignifiants, pompeux et lourds, franchement l’amourette entre Will Smith et Rosario Dawson, elle est compréhensible, mais tellement mal employée qu’on aurait pu aisément s’en passer.

« MIIB » est donc une mauvaise suite. C’est un film qui a trop voulu en faire que c’en est lourd et bien loin du premier film. C’est un film qui existe aussi pour de mauvaises raisons, sûrement pour que Barry Sonnenfelfd renoue avec le succès. C’est un film qui est en permanence dans la caricature, comme si son réalisateur avait totalement oublié ce qu’il avait pu faire avec le premier « Men in black« . Bref, c’est un film qui fait bien des mauvais choix et entre son intrigue insignifiante, ses personnages lourds et son humour et sa forme ringarde, « MIIB » déçoit de scène en scène. C’est vraiment dommage.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net