Men in Black

De : Barry Sonnenfeld

Avec Will Smith, Tommy Lee Jones, Linda Fiorentino, Tony Shalhoub

Année: 1997

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction, Comédie

Résumé :

Chargés de protéger la Terre de toute infraction extraterrestre et de réguler l’immigration intergalactique sur notre planète, les Men in black ou MIB opèrent dans le plus grand secret. Vêtus de costumes sombres et équipés des toutes dernières technologies, ils passent inaperçus aux yeux des humains dont ils effacent régulièrement la mémoire récente : la présence d’aliens sur notre sol doit rester secrète.
Récemment séparé de son vieux partenaire, retourné à la vie civile sans aucun souvenir de sa vie d’homme en noir, K, le plus expérimenté des agents du MIB décide de former J, un jeune policier. Ensemble, ils vont affronter une nouvelle menace : Edgar le cafard…

Avis :

Après avoir travaillé comme technicien du cinéma pendant des années, notamment pour les frères Coen, pour qui il éclaire trois de leurs films au début des années 90, Barry Sonnenfeld passe à la réalisation et il va très vite devenir l’un des réalisateurs en vogue de cette décennie. Il commence par « La famille Adams » et sa suite, puis se confirme notamment avec « Get Shorty« , mais ce sera bien ses rencontres avec Will Smith et Tommy Lee Jones qui vont le faire exploser (bon, bizarrement, on ne retiendra pas vraiment sa collaboration suivante avec Will Smith, un certain « Wild Wild West« , mais ça, c’est une autre histoire).

Énorme succès des années 90, « Men in black » est un film que j’aime énormément, mais pourtant, c’est aussi un film que je n’avais pas revu depuis une bonne quinzaine d’années. Adapté d’un comics book, ce premier « Men in black » signé Barry Sonnenfeld est alors un film qui fait du bien. Non dénué de défauts, le principal reste que tout se passe trop vite, « Men in black » demeure un petit best of de cool attitude et de divertissement, le tout emballé et tenu par un duo de choc, aussi culte que le film lui-même.

James Darrell Edwards est un agent de police de New-York. Un soir, il poursuit un suspect qui a des « réactions » étranges. Très vite après le suicide de l’homme en question, James fait la rencontre d’un homme en noir qui travaille pour une agence secrète du gouvernement. Cet homme, c’est l’agent K, et il fait partie des Men in black, une agence secrète qui met tout en œuvre pour réglementer la vie extraterrestre sur terre. Pendant qu’un redoutable danger se met en place, l’agent K détecte des qualités supérieures chez l’agent de police et lui propose d’intégrer les Men in black.

Débordant d’énergie, de fun et offrant un univers riche, « Men in black« , c’est l’incursion de Barry Sonnenfeld dans la comédie de science-fiction et on peut dire que ça fonctionne plutôt bien. Oui, je dis plutôt bien, car si à l’époque le film fonctionnait du feu de Dieu, aujourd’hui, à la redécouverte, plusieurs petits hics viennent ternir le souvenir.

« Men in black« , c’est un film qui est sans surprise dans son intrigue. Du début à la fin, tout est linéaire et l’on sait à l’avance ce qui va se passer et presque comment cela va se passer. De plus, le scénario, s’il est riche dans son univers, s’il nous offre du cool, on ne peut pas dire qu’il soit très développé. C’est même le contraire. Dans ce film, tout s’enchaîne trop vite, le film ne prend pas le temps de se poser un peu, c’est bien simple, j’ai été très surpris de voir que finalement l’intrigue se déroule sur trois, voire quatre, jours seulement. Un tel avancement fait que le film ne s’arrête pas pour développer ses personnages, qui demeurent des caricatures, mais qu’est-ce qu’elles sont cools ces caricatures. Tenues par Will Smith et Tommy Lee Jones, ce duo de choc sauve le film. Non, il fait même mieux que cela, car il rend presque invisibles les défauts évoqués plus haut. On adore les suivre dans cette aventure extraterrestre. On adore découvrir, comme le personnage de Will Smith, cet univers, ces créatures, et tout ce qui entoure la vie extraterrestre sur terre. Et même si là encore ce duo est cliché, empruntant tous les codes de ce genre de duo (le jeune et le vieux, le vieil aigri, le jeune casse-cou, l’enseignant, l’apprenti, presque le méchant, le gentil), « Men in black« , c’est cool parce que les acteurs se donnent à 200 % et ils sont soutenus par une mise en scène qui a beaucoup de cachet. Si le film est linéaire et simple, Barry Sonnenfeld se rattrape très amplement avec du panache, de l’humour savoureusement dosé et un punch qui ne faiblit jamais, d’ailleurs, alors que le film a tranquillement fêté ses vingt ans il y a deux ans, il reste étonnement bon visuellement parlant. S’il a bien pris un petit coup de vieux, il a aussi énormément gagné en charme, respirant tellement bon les années 90.

Divertissement made in Hollywood tout ce qu’il a de plus flamboyant, doté d’un univers riche, d’une mise en scène dynamique, d’une BO signée Danny Elfman, d’effets cools et encore étonnants, le tout tenu et emballé par un duo merveilleux, « Men in black« , malgré ses défauts, c’est la classe et c’est indémodable. Je suis bien content de m’y être replongé !

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net