Chernobyl – Soviet Graphite

D’Après une Idée de : Craig Mazin

Avec Jared Harris, Stellan Skarsgard, Emily Watson, Jessie Buckley, Adam Nagaitis, Paul Ritter, Sam Troughton

Pays: Etats-Unis, Allemagne, Angleterre

Scénario : Craig Mazin

Nombre d’Episodes : 5

Genre : Minisérie catastrophe

Résumé :

L’histoire vraie de la pire catastrophe d’origine humaine et des hommes et femmes qui se sont sacrifiés pour sauver l’Europe d’un drame sans précédent!

Avis :

Difficile de ne pas encore avoir entendu parler de cette mini-série événement tant on en parle partout depuis plusieurs jours. Et pour cause, elle serait la série la mieux notée sur IMDb (devant Breaking Bad ou Game of Thrones). Il faut dire que ce genre d’information pousse à la curiosité, mais Chernobyl est-elle à la hauteur de sa réputation? Replongeons-nous au cœur de l’accident nucléaire le plus dévastateur de l’histoire.

Il faut dire que le projet ne part pas gagnant à première vue. En effet, les films parlant du dit accident ont rarement imprimé la rétine du spectateur (rappelez-vous des Chroniques de Tchernobyl, de la Terre outragée ou de Tchernobyl Lassie…oups, pardon, j’ai regardé la Cité de la Peur il y a pas longtemps) mais aussi et surtout, c’est le nom de la personne à la manœuvre qui a de quoi rendre circonspect : Craig Mazin. Si son nom ne vous dit rien, vous avez pourtant déjà entendu parler des films qu’il a scénarisé : Scary Movie 3 et 4, Super Héros Movie ou encore Le chasseur et la Reine des Glaces, vous conviendrez que ce n’est clairement pas le haut du panier. Mais gardons nos réserves! Après tout, ce ne serait pas la première fois qu’un gars qui sort d’une production plus légère nous offre un petit chef d’œuvre (souvenez-vous de Mark Osbourne qui, après Bob l’éponge, nous a offert une magnifique adaptation du petit prince en 2015).

C’est en sachant cela qu’on est décontenancé par le sérieux et le ton quasi documentaire de cette minisérie. Ici, aucune romance niaise n’a été ajoutée pour adoucir l’atmosphère lourde et froide qui pèse tout au long de ces 5 épisodes. Dès les première minutes, on est directement plongé au cœur de la catastrophe avec l’explosion du réacteur qui durera toute la durée de l’épisode, des séquences hallucinantes de chaos au suspense haletant, à tel point qu’on se demande comment le réalisateur va réussir à nous tenir en haleine par la suite. Car évidemment, les 4 épisodes suivants parleront des conséquences politiques et géologiques de la catastrophe et on espère ne pas être embrumé dans d’interminables dialogues et, fort heureusement il n’en est rien, la série gardera son ton apocalyptique et crépusculaire.  

Un parfum de mort flotte tout autour de ces 5 épisodes, une mort invisible qui rend le spectacle d’HBO terriblement glaçant, que ce soit dans les chambres d’hôpital des infectés, ou encore dans une déchirante partie de chasse dans le quatrième épisode.

On notera également le formidable travail de reconstitution, non seulement de l’URSS de l’époque, mais aussi et surtout de la politique menée, qui ne devrait pas vraiment faire plaisir aux russes tant le portrait d’une Union Soviétique au bord de l’effondrement est peu flatteur. Surtout quand on voit la froideur, la mauvaise foi et le négationnisme des dirigeants russes face à ce désastre, plus préoccupés à faire taire la vérité et à se soucier de leur image à l’internationale plutôt que de se concentrer sur les besoins de son peuple.

Ajoutez à cela une photographie magnifique, de très beaux décors, des acteurs au top (mention spéciale à Jared Harris). On notera également une musique très sobre et un refus du spectaculaire bienvenu, ce qui rend cette expérience encore plus immersive et dérangeante.

Vous l’aurez compris, on ne peut que tarir d’éloges sur Chernobyl, tant au niveau de la narration, que de son rythme et de ses images. Un récit vraiment effrayant quand on y pense, diablement efficace et qui reste longtemps en mémoire, et les notes que l’on voit un peu partout ne sont clairement pas volées. Après, de là à la comparer à des séries comme Breaking Bad ou Game of Thrones, il y a un pas à ne pas franchir car on ne parle clairement pas de la même chose.  

Note : 19/20

Par Trasher

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net