Parasite – Quand Notre Cœur Fait Bong

De : Bong Joon-Ho

Avec Song Kang-Ho, Lee Sun-Kyun, Cho Yeo-Jeong, Choi Woo-Sik

Année: 2019

Pays: Corée du Sud

Genre: Thriller

Résumé:

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

Avis:

Bong Joon-Ho est un cinéaste sud-coréen dont j’aime énormément le cinéma. Il faut dire que le cinéaste nous a offert au fil des années de véritables perles, dont certaines marque encore les esprits, « Memories of murder« , « The Host« , « Snowpiercer« , « Mother« , « Okja« . Il est terriblement difficile de trouver un mauvais film de Bong Joon-ho et ce n’est pas avec ce nouveau film, Palmé au dernier festival de Cannes, que ça va commencer.

Il y a des films, on s’attend clairement à ce que ce soit bon, ou plus encore. Il y a des films de par leur réalisateurs, leurs sujets, ou encore un acteur qu’on adore, qui nous ont déjà conquis, comme si l’on était programmé pour les aimer, voire les adorer, puis il y a des films qui réunissent tout ceci et qui dépassent carrément ça pour nous surprendre encore plus, et « Parasite » est de cette trempe-là. Incroyable, puissant, perturbant, ça faisait bien longtemps que le festival de Cannes ne nous avait pas livré une Palme aussi puissante ! Ne cherchez plus, « Parasite » de Bong Joon-ho est Le film de la semaine !

La famille Ki-taek est une famille très pauvre, qui survit comme elle le peut. Un soir, un ami de Ki-woo, le fils de cette famille qui donne des cours d’anglais à la fille d’une riche famille, les Park, lui annonce qu’il part étudier à l’étranger et qu’il veut que ce soit Ki-woo qui le remplace. Le jeune homme n’a pas de diplôme, mais qu’importe, avec sa sœur, il va en trafiquer un. Ki-woo est vite engagé chez les Park et c’est le début d’un engrenage qui va être totalement incontrôlable.

La bande-annonce de « Parasite » dit  » – Ca ressemble à une arnaque, mais c’est bien plus que ça … », et c’est tellement vrai ! Le nouveau Bong Joon-ho est un film qui est totalement et à tout instant une surprise. C’est un film qui ressemble à ce que Bong Joon-ho a l’habitude de faire. C’est un film qui embrasse à bras le corps les thématiques de Bong Joon-ho, et qui malgré ce sentier qu’on a l’habitude de voir, arrive à tout le temps nous surprendre et même nous scotcher à notre fauteuil.

« Parasite« , c’est une expérience qui ne laissera pas indifférent. Avec ce film, comme bien souvent donc Bong Joon-ho, nous parle de lutte des classes et il fait clairement se confronter ces classes. « Parasite« , c’est un scénario très bien ficelé, qui en plus de naviguer dans plusieurs registres cinématographiques (comédie, film social, film noir, arnaque, thriller, drame), va nous raconter une histoire complétement folle. Ici, le réalisateur nous présente une famille pauvre, très pauvre, qui galère pour simplement vivre. Et il va la faire se confronter à une famille riche, très riche, trop riche. Bref, le scénario fait peu à peu se rencontrer ces deux classes sociales et la caméra de Bong Joon-ho se pose alors comme un témoin, un regard de ce qui se passe quand des gens de milieux totalement différents se rencontrent. Le film est tout le temps intéressant et son réalisateur le fait évoluer en permanence. Partant comme une arnaque qui joue avec des codes de la comédie, peu à peu le réalisateur fait totalement basculer son film, et le scénario, imprévisible, devient totalement scotchant. Scotchant dans la manière de raconter, scotchant dans ce qu’il dit, le message qu’il fait passer, même si parfois ça peut manquer un peu de subtilité, qu’importe, le message est là, la manière est là et le film est incroyable. Bong Joon-ho nous secoue, nous bouscule, nous accroche, nous touche, et au final, il nous affole.

Le scénario est donc impeccable, mais « Parasite » ne s’arrête pas là. Comme je le disais, le film de Bong Joon-ho est une expérience et dans la conception de son film, dans ses plans, dans ses séquences, son envie de cinéma, dans son horreur, dans son réel, (qui peut être bien plus effrayant et effroyable que la fiction) ou encore dans son irréel, (car oui, le film a une petite touche d’irréel, peut-être de rêve), Bong Joon-ho nous offre une leçon de cinéma. Réfléchi, intelligent, cohérent, et surtout puissant, « Parasite » est un véritable plaisir à suivre, et au-delà de ça, à vivre. Car oui, le film étant une expérience, il se vit totalement et ça fait énormément de bien de voir un tel cinéma.

Audacieux, majestueux, symbolique, drôle, effroyable, touchant, voire émouvant, mis en scène avec puissance et minutie, tenu par un casting prodigieux (merveilleux Choi Woo-sik !), « Parasite« , ce septième film de Bong Joon-ho, est tout simplement un grand moment de cinéma. Un cinéma aussi divertissant qu’intelligent dans ce qu’il raconte. Le jury du festival de Cannes ne s’est pas trompé, et cette Palme d’Or est on ne peut plus méritée.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net