L’Accusé

Titre Original : Contratiempo

De : Oriol Paulo

Avec Mario Casas, Barbara Lennie, Ana Wagener, San Yelamos

Année: 2017

Pays: Espagne

Genre: Thriller

Résumé:

Après s’être réveillé à côté du corps sans vie de sa petite amie à l’hôtel, un homme d’affaires engage une grande avocate pour comprendre ce qui s’est passé.

Avis :

Oriol Paulo est l’un des « jeunes » réalisateurs espagnols qui est en train de monter de plus en plus sur la scène cinématographique. Après des études à Los Angeles, il rentre en Espagne. Il passe par la case montage, avant de se lancer dans l’écriture. L’un de ses scénarios fera l’objet d’un joli succès, l’horrifique « Les yeux de Julia« , thriller de Guillem Morales. Fort de ce premier succès, Oriol Paulo arrive à se faire produire son premier long-métrage, « El cuerpo« , un petit thriller qui rencontre un petit succès. Pour voir le réalisateur vraiment sortir de l’ombre et trouver même une reconnaissance à l’étranger, il ne lui aura pas fallu longtemps, puisque c’est avec son deuxième, l’objet de cette chronique, « L’accusé« .

Souvent cité comme un thriller intense et imprévisible, je me suis enfin lancé dans la deuxième réalisation d’Oriol Paulo, et quelle claque incroyable. Thriller parfait de bout en bout, Oriol Paulo livre-là un film totalement inattendu, qui joue autant avec les codes du genre tout en les réinventant. On en ressort époustouflé, avec la sensation d’avoir vu le meilleur thriller depuis un long moment. Bref, passionnant, détaillé, fou et je le redis, imprévisible, « L’accusé« , c’est du grand cinéma comme on adorerait en voir plus souvent !

Adrián, la trentaine, est un homme qui a tout réussi dans sa vie. Mais cette dernière vient de lui échapper quand il s’est fait piéger par un maître chanteur. Se réveillant dans une chambre d’hôtel au côté du corps sans vie de sa maîtresse, tout, absolument tout, l’accuse et pourtant, il jure être innocent. À quelques heures de son procès, une avocate spécialisée, Virginia Goodman, lui vient en aide. Convaincue ou non de son innocence, cette femme va alors lui demander de se livrer sans faille, car pour elle, la réponse se trouve dans les mystères des évènements survenus ces derniers mois dans la vie de cet homme.

Le thriller, quand il est rudement mené, est bien l’un des genres de cinéma que je préfère, mais je dois dire que depuis quelques années, je peine à vraiment trouver un film qui sorte du lot. Je pense que les derniers pieds que j’ai pris en termes de thriller ce sont les « Gone Girl » de Fincher et « Prisoners » de Villeneuve et aujourd’hui, c’est donc avec plaisir que je rajoute à cette liste « L’accusé » d’Oriol Paulo.

Tordu, limpide, imprévisible et original à la fois, Oriol Paulo livre-là le thriller par excellence. « L’accusé« , c’est tout à fait le genre de film qui nous tient en haleine de sa première à sa dernière minute. Bluffant, la force principale du film d’Oriol Paulo, c’est la qualité de son scénario et de son écriture. Le film peut apparaître comme sommaire au départ, malgré son idée de base très intéressante, un homme est accusé à tort d’un meurtre car il s’est retrouvé à côté du cadavre de sa maîtresse et la chambre dans laquelle il se trouvait était fermée de l’intérieur. Comment l’assassin a-t-il pu s’échapper et pourquoi piéger cet homme ? Dès l’ouverture de son film, Oriol Paulo nous accroche avec ce mystère qu’il ne va cesser de développer et d’assombrir encore et encore au travers de son récit. Un récit rudement bien mené comme je le disais plus haut.

Ce qui est terrible avec « L’accusé« , c’est la façon dont son réalisateur va prendre le temps de monter son intrigue et la détailler pour mieux la réinventer, car oui, plus les évènements s’enchaînent et plus finalement ce qui semblait « simple » ou déjà vu dans un sens, va devenir extrêmement complexe. Avec cette intrigue, Oriol Paulo se paye le luxe de perdre son spectateur, jouant avec lui, pour nous offrir après un développement magique, une dernière demi-heure exceptionnelle. Une dernière demi-heure dans laquelle on ne sait plus qui croire et pourquoi croire tel ou tel personnage. C’est assez incroyable ce que le réalisateur arrive à faire-là et le mieux encore, c’est qu’il adapte sa mise en scène. Plus le film avance et plus il devient pointu, offrant un suspens fou. Oriol Paulo nous accroche encore un peu plus, au point de nous rendre accroc, avec une seule idée en tête, avoir la bonne solution et le fin mot de cette histoire. Et enfin, quand tous les ingrédients sont réunis, la solution éclate, et elle nous coupe le souffle. « L’accusé » devient un autre film. Un film vicieux et jouissif, un film qui a plusieurs masques… Bref, c’est du grand art !

Un art d’autant plus grand, qu’il est tenu par des comédiens passionnants, tenant des personnages qui le sont tout autant. On pourrait citer Mario Casas, Ana Wagener, José Coronado, Bárbara Lennie, ou encore Francesca Orella, mais tous sont exceptionnels et tous sont au service de cette folle intrigue.

Avec « L’accusé« , Oriol Paulo rentre directement dans la liste des réalisateurs à suivre de très près. Ce deuxième long-métrage est un bijou, puissant et affolant, un bijou qui scotche son spectateur. Ca faisait bien longtemps qu’on n’avait pas vu un thriller de cette qualité-là et il est évident qu’il entre directement dans ce qui se fait de mieux dans le genre. Bref, « L’accusé » devient instantanément un incontournable !

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net