Un Homme et une Femme: Vingt Ans Déjà

De : Claude Lelouch

Avec Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Marie-Sophie L., Richard Berry

Année : 1986

Pays : France

Genre : Romance

Résumé :

Anne Gauthier et Jean-Louis Duroc ne se sont pas revus depuis 1966. Elle produit des films et lui est directeur de courses automobiles. Le dernier film d’Anne est un échec et elle a l’idée d’en faire un sur leur amour passé…

Avis :

Si Claude Lelouch eut un début de carrière quelque peu difficile, en 1966 avec « Un homme et une femme« , le réalisateur avait visé on ne peut plus juste et outres les récompenses, le film fut un véritable phénomène, qui peu à peu s’est inscrit à juste titre comme un classique du cinéma français. Depuis ce film, la carrière de Claude Lelouch s’est envolée et le réalisateur, même s’il n’a pas toujours été régulier dans la qualité de ses films, s’est très vite imposé comme l’une des plus belles valeurs du cinéma français.

Pour fêter comme il se doit à l’époque les vingt ans de son film culte, Claude Lelouch eut l’idée d’une suite à « Un homme et une femme« . L’idée était légitime et belle, découvrir comment la relation de Jean-Louis et Anne avait évolué était intrigante, puis au-delà de ça, le simple fait de retrouver ces acteurs extraordinaires dans la peau de ces personnages, faisait qu’ »Un homme et une femme : vingt ans déjà » devait être fait. Enfin, ça, c’était sur le papier, car à l’écran, c’est une toute autre histoire. Une histoire de déception, d’ennui et d’un manque d’écriture, au point qu’on finit par se demander de quoi parle cette suite. D’ailleurs, le film est une telle déception que Claude Lelouch lui-même ne veut plus en entendre parler.

Il y a vingt ans de cela, un homme et une femme se rencontraient par hasard. Tous deux cassés par la vie, ils allaient s’aimer l’espace d’un aparté. Leur histoire s’était alors finie sur un quai de gare à Paris. Aujourd’hui, Jean-Louis est toujours pilote, et Anne est devenue productrice. Ils ne se sont pas revus depuis ce fameux quai de gare. Aujourd’hui, le hasard de la vie va de nouveaux les rapprocher, et peut-être que cette fois-ci, leur histoire pourra aller plus loin…

Alors tout n’est pas à jeter dans ce nouveau chapitre de la vie des deux amoureux de Deauville, le film tient quelques scènes sublimes entre Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant. Le film tient aussi une belle idée dans sa mise en scène, qui mélange le présent et le passé, plusieurs scènes faisant écho au film de 1966. Mais si le film de Claude Lelouch peut offrir en dehors de l’intrigue de bonne scène de bagnole ou de bateau, pour le reste, c’est avec ennui et un manque d’émotion que l’on découvre un film vide, qui ne sait que faire de ces retrouvailles.

Le scénario tient la route pendant sa première demi-heure, qui demeure intéressante dans ses idées. D’emblée Lelouch nous fait comprendre que l’histoire d’Anne et Jean-Louis n’a pas résisté qu’elle est devenue productrice, et décide de faire réaliser un film qui raconterait leur histoire manquée. L’idée est belle, mais il n’y a bien que l’idée qui est belle, car une fois passée cette dernière, « Un homme et une femme : vingt ans déjà » s’embourbe dans un scénario qui n’a ni queue ni tête. Un scénario mal écrit, qui ne sait quoi raconter et qui finit par perdre son spectateur. Cette suite est une histoire d’amour, une histoire de nostalgie, ou alors est-ce le making of du tournage d’un film fictif ? Ou alors peut-être est-ce un documentaire sur un pilote en perdition, piégé avec sa femme dans le désert ? L’intrigue fait des va et vient entre toutes ces intrigues et quand on ne voit pas l’intérêt de raconter telle ou telle chose (franchement le petit côté polar est à la limite du ridicule), on se rend vite compte qu’au final, le film ne raconte rien du tout et c’est bien dommage.

Un constat qui est encore plus triste car « Un homme et une femme : vingt ans déjà » tient des moments très beaux et des acteurs toujours aussi prodigieux ensemble. C’est même d’ailleurs ce qui nous fait tenir devant le film, cette idée de revoir Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant ensemble. Il y a une telle alchimie, une telle évidence qui se dégage de ce couple. Cette suite, c’est aussi l’occasion de découvrir les talents de comédien de Patrick Poivre d’Arvor, tout comme on va se plaire, dans une certaine mesure, à découvrir le casting magique que Lelouch a encore une fois réuni (même si on est d’accord qu’un casting ne fait pas un film).

Je ressors alors déçu de cette suite. « Un homme et une femme » de 1966 est une sublime leçon de romantisme et cette suite, malgré ses idées et quelques petits moments sympas, n’arrive pas à faire grand-chose. Lelouch s’emmêle les pinceaux, il ne raconte rien et il s’attarde trop sur son film passé. Reste alors, Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, toujours aussi beaux dans leurs rôles.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net