L’Ordre des Dragons

Auteurs : Jean-Luc Istin, Denis Rodier, Elia Bonetti

Editeur : Soleil

Genre : Aventure, Thriller

Résumé :

En 1919, dans les Highlands, Hank rencontre en rêve le fantôme de madame Darmanson, une voyante appartenant à l’Ordre des Dragons. Elle lui révèle l’endroit et l’heure auxquels il pourra tuer celui par qui viendra l’Holocauste. Personne ne sait son nom mais avec cet indice, Hank pourra tuer Hitler avant qu’il ne devienne le Führer. 1930 dans la région de Ladakh. Une expédition défie le froid cinglant des montagnes de l’Himalaya. En tête, le professeur Harrisson de l’Academy of Natural Sciences of Philadelphia. Elles parviennent au cœur d’un lieu insoupçonnable alliant anges bibliques et sculptures celtiques. Trois ans plus tard à Berlin : Eva assiste, impuissante, au meurtre de son ami, Elie Strauss, un ethnologue réputé. Celui-ci a cependant eu le temps de lui transmettre un pli contenant des informations étranges. Aidée des indices laissés par le défunt, la jeune femme fait une découverte historique : La Lance de Lug, un dieu Celte. Celle-ci lui sauvera la vie.

Avis :

Cette série en 4 tomes (du tome 0 au tome 3) est un récit bien mystérieux. Jean-Luc Istin parvient à y insuffler son amour pour la mythologie celtique, en citant des dieux très connus et des références magiques, et nous fait vivre son attrait pour les enquêtes et histoires terrifiantes. La religion chrétienne et les anges sont aussi de la partie, ainsi que les démons et quelques autres créatures fantastiques et légendaires que l’on connaît bien, faisant partie de ces contes sombres, et dépeints dans des séries, comme Penny Dreadful, ou des films, tel que La ligue des gentlemen extraordinaires.

Le lecteur est plongé dans cet univers de manière un peu abrupte et ce n’est pas plus mal. L’ambiance mystérieuse et de polar est bien retranscrite par l’écriture au ton sérieux et les dessins aux couleurs peu vives. Les questions et énigmes s’enchaînent, le lecteur fait la connaissance de plusieurs personnages aux lourds secrets et les phénomènes paranormaux prennent de plus en plus de place. Les premiers instants laissent entr’apercevoir un énorme potentiel.

Les révélations sont très peu nombreuses sur l’organisation et c’est dommage. En effet, la série ne semble pas avoir profité de tout le potentiel que lui offraient ses personnages et son univers original et attractif. On ne sait pas très bien pourquoi et dans quelles circonstances elle a été créée, malgré les maigres informations, et on ne suit finalement qu’une seule de leur action majeure. On ne connait pas les membres importants ni les faits célèbres du groupement. Leurs ennemis restent majoritairement flous, même s’ils se révèlent au fur et à mesure.

La lecture du tome 0 avant celle du tome 1 est perturbante. Un tome 0 est souvent là pour éclaircir et ce n’est pas le cas ici. Effectivement, il nous fait nous poser plein de questions qui ne seront en fait résolues qu’avec la lecture du tome 2, en partie. On commence alors le tome 1 avec des bribes d’informations qui nous embrouillent plus qu’autre chose. Ce n’est qu’ensuite que l’on arrive à recoller les morceaux et à comprendre où l’histoire voulait nous mener. Un peu comme dans la série Fringe, le tome 0 est une résolution d’enquête étrange, au fil rouge qu’on ne comprend pas tout de suite mais qui nous embarque dans un univers attirant et qui a beaucoup à nous offrir.

On prend du temps à comprendre les tenants et les aboutissants de l’histoire et des deux camps qui se dessinent. L’histoire se concentre principalement sur l’appropriation de la lance de Lug, le dieu de la lumière chez les celtes. Les tomes se lisent bien vite et la fin arrive soudainement, laissant une grande frustration tant l’univers n’a pas tout montré et pouvait encore nous enchanter. Les adversaires auraient pu être bien plus exploités, par exemple, et mis en valeur, tout comme la mythologie et les premiers âges. Le peu qui est dévoilé semble génial mais n’est pas assez développé.

On n’arrive pas vraiment à s’attacher à un personnage étant donné qu’on n’en suit pas un en particulier. En effet, le tome 1 s’intéresse par exemple à Eva, qu’on ne retrouvera pas dans le tome 2. D’autres personnages secondaires apparaissent en coup de vent quand certains sont présents un peu tout le temps. Ils sont difficiles à cerner car on ne les connaît en fait pas vraiment. On n’a pas le temps de les apprivoiser et de les comprendre. Tout va vite et les points de vue varient beaucoup, s’intéressant parfois à des passages moins ensorcelants que d’autres, plus terre à terre et politique. La part de mystique et d’ésotérique est celle qui est la plus prenante mais le contexte global pend parfois le dessus.

Le récit se déroule effectivement pendant la seconde guerre mondiale et la situation est bien reproduite. La présence militaire est pensante, les conflits de pouvoir et raciaux sont nombreux et la population craint Hitler. L’association démoniaque avec le nazisme n’est pas la plus originale des idées (Marvel le fait avec Hydra), pourtant, elle sert l’histoire et est plutôt intelligente dans son utilisation.

L’univers est riche et les BDs ne le montrent malheureusement pas assez. Certains personnages de légendes et de contes ne sont utilisés que dans quelques planches, tandis que d’autres militaires lambdas sont très présents et enlèvent la part magique de l’ésotérisme. L’histoire ne s’intéresse pas à ses personnages les plus prenants ni à ceux qui nous étonnent le plus ou qui sont façonneurs d’instants épiques. L’intrigue ne développe pas assez les à-côtés et les créatures mythiques inventées. L’ordre des dragons est une idée géniale qui n’a pas su exploiter tout son potentiel pour nous faire véritablement adhérer.

Note : 13,5/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net