Hellboy

De : Neil Marshall

Avec David Harbour, Milla Jovovich, Ian McShane, Sasha Lane

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Fantastique

Résumé :

Hellboy est de retour et il va devoir affronter en plein cœur de Londres un puissant démon revenu d’entre les morts pour assouvir sa vengeance.

Avis :

Neil Marshall est un réalisateur britannique que j’aime beaucoup, malgré le fait que le type se tape une lourde réputation. J’ai découvert le cinéma du réalisateur comme beaucoup avec « The Descent » et depuis, je dois dire qu’il n’a cessé de me surprendre. « Doomsday » est une petite bombe folle, quant à « Centurion« , l’aventure proposée fut plus qu’appréciable. Mais ça ne reste que mon avis, car de l’avis général, Neil Marshall reste un réalisateur, hormis « The Descent« , de mauvais films. Depuis un peu moins d’une dizaine d’années, Neil Marshall s’était réfugié sur le petit écran, où il a trouvé sa place. Au programme de ces quelques années : « Game of Thrones« , « Constantine« , « Black Sails« , « Hannibal« , « Westworld » ou encore « Perdus dans l’espace« , en somme, de la bonne série.

De retour sur le grand écran, Neil Marshall surprend tout le monde en décrochant la réalisation d’un nouveau film sur « Hellboy« . Guillermo Del Toro voulait faire son « Hellboy 3« , les fans l’attendaient, mais Hollywood en a décidé autrement et c’est donc Neil Marshall qui se lance dans l’aventure d’un remake, reboot, suite (on ne sait pas très bien). Pour être honnête, même si à l’annonce du projet, j’étais déçu de ne pas voir un « Hellboy » à la sauce Del Toro, l’idée de voir Marshall prendre les rênes du personnage me plaisait bien. Malheureusement, ce nouveau « Hellboy » va être purement et simplement une horreur. Dépassé, ringard, gratuit et visuellement raté, c’est bien simple, il n’y a rien à quoi se raccrocher, tant le film fait n’importe quoi et en plus de ça, il se veut cool… Bref, on tient là sans nul doute aucun, l’un des plus mauvais moments de cette année 2019.

Il y a bien des âges de cela, la Reine de sang, la sorcière Vivianne Nimue, fut vaincue et démembrée par le légendaire Roi Arthur. Elle promit alors de revenir se venger. De nos jours, alors que les forces du mal sont de plus en plus présentes, Hellboy est envoyé en Angleterre afin d’empêcher le retour de la sorcière, qui est plus qu’inévitable.

Que dire de cette nouvelle proposition de « Hellboy » façon Neil Marshall, si ce n’est de dire, très facilement, qu’il n’y a rien qui va dans ce film. Et ce constat est tellement dommage, au vu de sa scène d’ouverture qui avait franchement et sérieusement de la gueule. Mais voilà, passé cette scène, le film n’est qu’une longue agonie de deux heures, qui nous entraîne vers un final qui plonge les deux pieds devant dans le ringard absolu.

Alors il y a bien deux ou trois idées de mise en scène qui sont sympathiques, Neil Marshall est loin d’être un branque. Mais deux ou trois idées ne font pas un film.

Si on s’attarde sur le scénario, alors on peut aisément dire que c’est le bordel. Outre l’idée qui aurait pu être intéressante, mais qui se trouve ici ridicule, de lier la légende du Roi Arthur à Hellboy, l’intrigue n’est en rien développée et mieux encore, étant un reboot, remake suite (on ne sait pas très bien), partant de l’idée qu’il n’y a pas besoin de revenir sur l’origine story de son ou ses personnages, à plus d’un instant dans le film, on a la désagréable sensation d’avoir loupé un épisode. Ellipses, raccourcis dans l’histoire ou encore dans le temps, on se perd littéralement dans les méandres de cette histoire qui finalement est on ne peut plus mal développée, pensée, écrite et mise en scène. Inutile de préciser qu’on pourra s’asseoir sur toute forme de suspens ou même d’éléments prenants. Non, on suit ce qui nous est proposé là, avec catastrophe, et pire encore, avec le fantôme de ce qu’aurait pu être cette ridicule histoire si elle nous avait été racontée par Guillermo Del Toro.

Ensuite, si l’on s’attarde sur la mise en scène de Neil Marshall, on aurait aucun autre mot en tête que calvaire, tant le film est ringard et dépassé de facilement une bonne quinzaine d’années. Outre les fonds verts dégueulasses qui s’invitent à l’écran (la scène des géants, pour ne citer qu’elle…), outre les effets spéciaux douteux (non mais l’idée de faire sortir les morts de la bouche d’un des personnages…), on ne pourra malheureusement compter sur aucune ambiance, le réalisateur faisant mauvais choix sur mauvais choix (la BO et les soundtracks étant ce qu’il y a de pire malheureusement. Comme peut-on se foirer avec de tels sons ?). Il y a bien quelques bonnes idées qui sortent du lot, l’ouverture, Hellboy sur un dragon et plus largement toute cette scène-là, mais elles sont très loin d’être suffisantes pour convaincre. On notera aussi avec agacement l’outrance du film, proposant un show gore, qui au départ est mesuré et surprenant, mais vire très vite à la foire au n’importe quoi. C’est gratuit, ça n’a aucun sens, ça n’a pas de gueule et en plus de ça, c’est terriblement mal fait.

Enfin, si l’on fait un tour du côté du casting, le résultat est tristement le même. David Harbour, pourtant bon, n’arrive pas à rendre son « Hellboy » attachant. Bon, il a pour lui de ne pas être aidé avec les répliques débiles qu’on lui fait dire. D’ailleurs, de manière générale, tout l’humour du film est insupportable. Milla Jovovich en fait des tonnes, Ian McShane ne tire rien de son personnage, Daniel Dae Kim est dans le cliché du gentil soupçonneux. Seuls Sasha Lane et Brian Gleeson tirent quelque peu leurs épingles du jeu, et encore le second, c’est vraiment de justesse.

Ce n’est donc pas cet « Hellboy » qui va sortir Neil Marshall de la mauvaise réputation qu’il traîne. C’est peut-être même celui qui va l’enterrer. Long, ridicule, faussement cool, ce « Hellboy » est un enfer de tous les instants ou presque. Bref, là, il faut passer son chemin !

Note : 04/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net