Luca – Franck Thilliez

Auteur : Franck Thilliez

Editeur : Fleuve Noir

Genre : Thriller

Résumé :

Partout, il y a la terreur.
Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.
S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.
C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

Avis :

La grande force des écrits de Franck Thilliez est d’entremêler les investigations rigoureuses d’un polar à l’ancienne avec un suspense de tous les instants que l’on rapprochera davantage du thriller contemporain. Cela vaut également pour l’atmosphère que ses histoires dépeignent. Que l’on se situe au cœur de la capitale de la France, dans le Nord ou même dans un pays étranger, le cadre occupe une place prépondérante dans l’immersion du lecteur. Certes, c’est un peu l’apanage de tout bon roman, mais cette facilité à rendre fascinante une scène somme toute banale ou d’une rare violence est déconcertante. Comme à son habitude, et après l’excellent one-shot Le manuscrit inachevé, il revient à son duo d’enquêteurs fétiches : Franck Sharko et Lucie Hennebelle.

Derrière le titre et le patronyme aussi simple qu’énigmatique, Luca brasse des thèmes récurrents dans l’œuvre de Franck Thilliez. La portée et les conséquences des progrès de la science, l’évolution de la société à travers ses mœurs et son mode de vie, sans oublier l’influence de la technologie dans notre quotidien. Ce dernier point est par ailleurs au cœur de toutes les préoccupations. Au fil de l’enquête, on s’interroge sur l’aspect voyeuriste des réseaux sociaux qui a également tendance à traduire un égocentrisme évident. La question d’un anonymat tout relatif (pseudonyme, avatar, dark web…) est aussi évoquée.

L’histoire est si riche qu’elle tisse de nombreuses corrélations entre ses sujets. On rapproche ainsi la GPA (Grossesse pour autrui) des manipulations génétiques. Les manipulations génétiques au transhumanisme, lui-même assimilé (mais pas amalgamé) au biohacking. Cet enchaînement de faits est présenté dans une continuité naturelle où les liens sont parfois ténus, mais toujours justifiés. On a tendance à trouver des similarités avec Gataca dans cette manière d’intriquer la science du futur à des considérations toutes pragmatiques où certaines notions surréalistes donnent des perspectives vertigineuses et qui, à juste titre, peuvent également effrayées. Quitte à ignorer les problèmes de surpopulation et des ressources limitées de la planète.

Le perfectionnement de l’homme et sa relation à la machine peuvent tendre vers la science-fiction, il n’en demeure pas moins un objet d’actualité et de préoccupation face à des innovations exponentielles. De même, le cheminement offre d’autres allusions, notamment ce qui a trait au rapport à l’image. Cet aspect avait déjà été évoqué dans Le syndrome E. Bien que ce point ne soit pas aussi approfondi, sa présence est appréciable et concourt à développer une ambiance glauque autour des investigations. On pense à ces cassettes VHS qui fleurent bon avec le cinéma underground, voire le snuff movie. Pour ceux et celles qui connaissent la trilogie August Underground ou Monstrosity, un métrage signé Kasper Juhl, les références sont assez parlantes.

Sans surprise aucune, l’enquête est menée avec une grande maîtrise. On songe bien évidemment aux techniques d’investigation. Celles-ci offrent un mélange homogène entre le travail de fond sur les documents, les différentes analyses réalisées, et une approche frontale avec le recueil des témoignages, le travail de terrain. Là encore, on apprécie le fait que les méthodes d’hier (interrogatoires, compulsations des listings téléphoniques et bancaires…) trouvent une complémentarité aux dernières innovations en la matière. Aucune piste n’est écartée, tandis que les moyens mis en œuvre assurent une tension permanente au fil des pages.

Nouveau livre pour Franck Thilliez, nouveau succès incontestable avec une intrigue entraînante et des personnages qui évoluent de manière convaincante. L’approche est très méticuleuse dans la progression des investigations, tandis que les nombreux sujets développés offrent une densité rare au texte. Non seulement le traitement fait preuve d’une grande originalité, mais l’ensemble reste parfaitement cohérent. L’auteur s’appuie sur des vérités, des constats d’actualité et des perspectives d’avenir pour étayer un récit accrocheur à tout point de vue. Plus qu’un thriller abouti, une projection troublante et inquiétante sur le devenir de notre société à travers une affaire criminelle aussi sordide que sibylline.

Note : 18/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net