Les Enfants de d’Hara Tome 1 – L’Homme Griffonné – Terry Goodkind

Auteur : Terry Goodkind

Editeur : Bragelonne

Genre : Fantasy

Résumé :

Dans le hall d’honneur du Palais du Peuple, Richard et Kahlan donnent une audience publique. Un événement qui attire une foule enthousiaste et passionnée. Jusqu’à ce qu’un incident perturbe l’assemblée… Parmi les spectateurs, un certain Nolo, diplomate professionnel de son état, exige la reddition de l’empire d’Haran en particulier et du monde en général.

L’homme invoque pour cela une déesse inconnue et ne soulève pas de véritable crainte. Pourtant l’intuition de Kahlan lui souffle que l’affaire est plus grave qu’elle n’y paraît. Et au fil de son enquête, elle découvre une vérité à glacer les sangs…

Avis :

Les enfants de D’Hara est la suite directe du cycle de L’Epée de vérité, une série de quinze tomes et de deux préquelles, qui suivaient les aventures de Richard et Kahlan, un couple emblématique dans la fantaisie sombre et violente, au sein des Contrées du Milieu. Cette nouveauté n’est pas à confondre avec Les chroniques de Nicci, également une suite à cette saga, mais qui s’intéresse à d’autres personnages. Les critiques des deux premiers tomes de cette série récente sont d’ailleurs présentes sur le site lavisqteam.fr, et le troisième opus est à prévoir pour juin 2019 ! Cet univers n’en finit pas de s’étoffer et le public est toujours au rendez-vous.

Terry Goodkind étonne par sa profusion de livres et se positionne clairement là on ne l’attendait pas, avec la poursuite de deux nouvelles séries en parallèle, se passant en même temps mais sur des continents différents. Il est ainsi possible de s’imaginer que Les enfants de D’Hara et Les chroniques de Nicci finiront par se croiser à un certain moment, pour le plus grand plaisir des fans. L’auteur est bien assez dingue pour nous concocter des intrigues invraisemblables de ce type et il certain qu’elles seront de qualité. Décidément, L’Epée de vérité, commencée en 2003, et arrêtée en 2015, n’a pas fini de faire parler d’elle.

Il est plaisant de retrouver ce couple légendaire, surtout pour les aficionados des quinze premiers tomes. L’engouement autour de Richard et Kahlan n’a pas diminué depuis ces quatre années alors qu’aucun livre les plaçant au milieu de la scène n’ait parlé d’eux. Ils restent des personnages immortels, aux combats et principes forts, à l’âme belle et attachante ainsi qu’au cœur juste. Le cœur de la guerre (le tome 15) nous les avait laissés enfin heureux et en paix et Les chroniques de Nicci nous faisaient comprendre que le couple prenait plaisir à diriger son nouveau royaume, sans problème majeur se dessinant à l’horizon.

Il faut avouer qu’ils l’avaient bien mérité, après des années de détresse, de batailles acharnées, et de morts à la pelle, pour que la justice et le bien l’emportent. Mais cela était sans compter la folie de l’auteur qui apporte de nouveau tout un tas d’ennui à nos amoureux, même pas encore habitués à leurs journées calmes et sans sang à nettoyer. La nouvelle intrigue est cruelle, toujours aussi violente et dramatiquement cohérente. La mort court toujours derrière nos héros qui vont, une fois de plus, devoir faire preuve d’un grand courage et de sacrifices pour sauver leur monde et leur vie. Une rengaine qui se répète inlassablement. Le sort s’acharne sur Richard et Kahlan, et les conséquences du changement stellaire survenues dans le tome 15 étaient à prévoir.

Il est à espérer que la fin de cette saga se finira aussi bien que la précédente, pour ne pas outrager les lecteurs et permettre aux personnages de se poser. Il est un peu usant de se dire que leur histoire n’est pas terminée et que de nouveaux ennuis s’ajoutent encore à ceux présents sur leur pile de problèmes déjà bien haute et branlante. L’Epée de vérité avait donné cette impression en s’allongeant en tomes et en problèmes terrifiants. Les enfants de D’Hara usera-t-elle ses lecteurs ? Les chroniques de Niccinuançaient cette impression, étant donné les nouveaux personnages mis en scène et une bouffée d’air frais dans la mise en place des intrigues.

Malgré cette sensation pesante, l’histoire est fluide, et toujours aussi captivante. Le suspense est bien dosé et les révélations des dernières lignes sont géniales. L’enquête du couple pour comprendre la volonté de leur nouveau visiteur un peu agressif, et ce que cela implique, est bien menée. Les informations sont données au compte-goutte et cela reste un véritable plaisir d’assister au déploiement des pouvoirs titanesques de la Mère inquisitrice et du Sorcier de guerre, qui, il faut bien l’admettre, nous avait manqués. Le récit avance vite et on ne s’ennuie pas une seconde. L’univers ne lasse pas et continue de nous étonner. Le nouvel ennemi apparaît comme impitoyable et terriblement barbare. Le lecteur combat de tout son cœur au côté du couple auquel il s’est attaché et avec lequel il a grandi. L’homme griffonné est un début prometteur pour une série qui, on l’espère, sera à la hauteur de ses héros.

Bien que la lecture soit agréable, elle est si courte ! En effet, le roman ne dépasse pas les cent-vingt pages et est plutôt cher à l’achat, atteignant les quinze euros, malgré une belle édition en dure par les éditions Bragelonne et une couverture magnifique. Ce nouveau départ ne fera sans doute pas l’unanimité parmi les fans. Pourtant, l’histoire a le mérite d’être crédible, pleine d’émotions et d’être épique. Vivement la suite !

Note : 18/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net