Saw IV

18802345

De : Darren Lynn Bousman

Avec Tobin Bell, Costas Mandylor, Scott Patterson, Betsy Russell

Année : 2007

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Le Tueur au puzzle et sa protégée, Amanda, ont disparu, mais la partie continue. Après le meurtre de l’inspectrice Kerry, deux profileurs chevronnés du FBI, les agents Strahm et Perez, viennent aider le détective Hoffman à réunir les pièces du dernier puzzle macabre laissé par le Tueur pour essayer, enfin, de comprendre. C’est alors que le commandant du SWAT, Rigg, est enlevé… Forcé de participer au jeu mortel, il n’a que 90 minutes pour triompher d’une série de pièges machiavéliques et sauver sa vie.
En cherchant Rigg à travers la ville, le détective Hoffman et les deux profileurs vont découvrir des cadavres et des indices qui vont les conduire à l’ex-femme du Tueur, Jill. L’histoire et les véritables intentions du Tueur au puzzle vont peu à peu être dévoilées, ainsi que ses plans sinistres pour ses victimes passées, présentes… et futures.

Avis :

Il y a des sagas que l’on regarde jusqu’au bout parce qu’elles sont bien ou parce qu’elles peuvent contenir quelques consistances scénaristiques. Par exemple, Star Wars est une saga que l’on regarde car l’univers est très riche et que l’on peut s’attendre à un bon nombre de surprises. C’est un peu la même chose avec les Harry Potter, même s’il s’agit d’adaptations de romans et que l’on s’attachera plus à l’évolution des personnages au fil des âges ainsi qu’à l’esprit plus mature que prend la saga. Mais dans le domaine de l’horreur, il y a un phénomène qui prend de l’ampleur et qui cause beaucoup de dégâts, c’est la rentabilité. Chaque année on a droit à notre petit remake peu reluisant ou à notre sempiternelle suite lors des fêtes de Halloween, espérant désespérément faire de la thune sur le dos de tous ces ados crétins qui veulent avoir peur et lever une nana qui se blottit contre son épaule. C’est ainsi que nait Paranormal Activity 4 ou encore Saw 4 et leurs suites impromptues. Alors ici, exit l’évolution des personnages, pas de retournements scénaristiques, juste une occasion de faire un peu d’argent sur le dos du consommateur. Car oui, Saw 4 est pourri. Saw 4 prend le spectateur pour un con. Saw 4 n’est qu’un film opportuniste.

1307377691_saw-4-saw-iv-21-11-2007-26-10-2007-2-g

Le piège majeur du film… On dirait un clip de rap…

Après un troisième épisode qui n’était vraiment pas fameux et qui ne servait pas à grand-chose, proposant des liens entre les épisodes d’une facilité déconcertante, Darren Lynn Bousman a décidé d’enchaîner avec un quatrième opus qui n’a plus aucun intérêt. Le film débute avec une intro très gore, où l’on voit en gros plan l’autopsie de John Kramer, alias Jigsaw. Entre l’ouverture de la boîte crânienne, le retrait du cerveau  et l’ouverture du thorax, on est servi côté gore. C’est alors que le médecin légiste trouve une cassette dans l’estomac du tueur. Ensuite, histoire de montrer que le film n’est pas aussi opportuniste qu’il en a l’air, on retourne en arrière vers le troisième épisode, en montrant la découverte du corps de la jeune inspectrice. Flashbacks intempestifs sur les moments du troisième épisode, on retrouve l’inspecteur black du deuxième qui se voit piégé et qui doit faire un parcours inventé par le tueur pour trouver la rédemption et affronter son obsession, sauver tout le monde. Mais les incohérences sont bien présentes. Déjà, première chose, comment un type, aussi intelligent soit-il, peut-il monter un scénario aussi complexe en sachant pertinemment ce que va faire le personnage. On est devant un joli foutage de gueule qui s’éloigne des préceptes du premier, où les personnages devaient se sortir d’un piège et non pas faire un jeu de piste en sauvant des vies. Ensuite, pour un homme qui veut sauver des vies, il n’hésite pas à condamner des personnes alors qu’il n’y est pas obligé. Le passage du gros pervers n’est donc qu’un prétexte pour foutre du gore là où il n’y en a pas besoin. C’est très frustrant de voir cela, car on a vraiment l’impression que le scénario est mal écrit et peu réfléchi. D’ailleurs, on voit que beaucoup de choses sont de l’improvisation, à commencer par le nouvel élève du tueur, qui remugle le coup du hasard et le truc non réfléchi, mais comme il fallait faire vite pour faire du fric…

Niveau ambiance, on n’a pas grand-chose de plus à se mettre sous la dent. Les couleurs sont beaucoup plus criardes que dans les autres films de la saga. En témoigne la scène du gros pervers, où la lumière rouge est ultra agressive et ne sert finalement à rien. En effet, que vient faire cet éclairage là-dedans ? Pourquoi cette lumière rouge pour une scène déjà hardcore ? Bref, encore une fois, on dirait un clip perdu au milieu d’une pléthore d’autres clips, car chaque piège semble indépendant du film, présentant une saynète gore sans intérêt. On peut aussi parler du rythme du film, qui est d’une lenteur affligeante, où l’on voit une scène gore suivi d’un quart d’heure de blablas inutiles et lénifiants. On peut aussi parler de l’originalité des pièges, qui sont moins percutants et complexes pour pas grand choses. Le grand piège avec les deux flics ressemblent  une torture du film Intraçable, déjà très moyen. Bref, ce n’est pas génial.

saw-4-promo-3

On coupe !!

Au niveau du casting, on ne retrouve pas de grandes stars et cela pour deux raisons. D’abord parce qu’au niveau du script, ils se sont rendus compte de la daube que c’était. Et ensuite parce que les producteurs voulaient des acteurs de seconde pour faire un max d’argent. Car on revient toujours au pognon. Bien entendu, on retrouve Tobin Bell dans le rôle de Jigsaw. Alors oui, c’est vrai qu’il meurt dans le premier, mais il revient sous la forme de flashbacks, car on va en savoir un peu plus sur sa vie et notamment sur la perte de son enfant alors qu’il n’est pas encore né. D’ailleurs, la photo du dessus montre le vilain junkie qui a bousculé la femme de Jigsaw, provoquant sa fausse couche. Bref, il joue son rôle de façon flemmarde, ne forçant pas grand-chose et ne croyant pas forcément  ce qu’il fait. Mais le pire dans tout ça va forcément venir de Costas Mandylor, qui est très mauvais en apprenti tueur et ne dégage pas une once d’émotion ou de charisme. On dirait une coquille vide sans intérêt. Scott Patterson qui interprète l’agent Stham est mauvais lui aussi et on ne s’attache pas du tout à lui. Au niveau du héros, l’acteur demeure correct, mais son personnage et ses actions le rendent détestable, en plus d’être stupide. Enfin, on peut applaudir la prestation de Donnie Walhberg, qui le dit clairement dans le film : « je suis fatigué, je ne veux plus jouer ». Ça tombe bien, nous aussi on en a ras le cul !

Alors bien entendu, le film est gore, dès l’intro qui ressemble à une grosse pute qui racolerait les voitures complètement à poil et avec un gode dans le cul. On voit donc le cadavre de Jigsaw se faire dépecer en gros plan. Cela n’a rien de dérangeant car on se doute bien que c’est un mannequin et cela est beaucoup trop tape à l’œil. Le plus gros problème, c’est que la réalisation est tellement clipesque est mal foutue que l’on ne comprend pas ce qu’il se passe lors des moments gores, et notamment sur la scène finale avec le type qui a un mécanisme accroché à son dos ou encore celui dans le funérarium avec les chaîne qui se met d’un coup à cracher du sang. On ne parlera pas aussi des pièges très cons, comme le coup de la mèche de cheveux avec la nana qui ne dit pas où se trouve le couteau alors que cela lui permettrait de survivre ou encore les deux mecs reliés par une chaîne qui pourraient communiquer au lieu de se mettre sur la gueule. Bref, le film est totalement incohérent et prend le spectateur pour un con… Reste les deux blocs de glace qui éclatent une tête qui est assez marrant mais trop furtif…

tobin-bell-new-saw-iv-still

Regarde ma vulve !! Elle est toute abîmée à cause de tes jeux à la con !

Au final, Saw 4 est une vaste fumisterie. Il ne s’agit là que d’un film opportuniste qui ne souhaite que faire du bénéfice en surfant sur la vague initiée par James Wan. Lent, sans intérêt, mal réalisé, bourré d’incohérences, pas de doute, on est face à un mauvais film, le genre de DTV de luxe que l’on retrouve chaque mois. Bref, à éviter autant que possible !

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 00/20 Aussitôt vu, aussitôt oublié!

ServalNote de Serval: 03/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net