décembre 2, 2020

Sang de Lune – Lincoln Child

Auteur : Lincoln Child

Editeur : J’ai Lu

Genre : Thriller

Résumé :

Jérémy Logan, spécialiste des phénomènes étranges, est appelé dans les Adirondacks où des montagnards ont découvert le corps d’un randonneur mis en pièces. Si la piste d’un animal sauvage est écartée en raison de la violence de l’acte, certains murmurent que les loups-garous qui peuplent la forêt ne seraient pas étrangers à cette mort.

Avis :

Quand évoque les loups-garous, on se tourne inévitablement vers le fantastique, voire le survival animalier pour le domaine cinématographique. En littérature, le sujet est l’apanage de la bit-lit et de l’urban fantasy. Souvent confrontée aux vampires, la créature a subi un traitement similaire qui, loin d’être irrespectueux du mythe originel, s’en écarte pour fournir une vision fantasmée, parfois glamour. Les romans qui s’insinuent dans une approche plus traditionnelle sont rares. Ceux qui cherchent à trouver une explication toute rationnelle le sont encore plus. Aussi, la nouvelle aventure de Jeremy Logan se prête à un exercice particulièrement délicat en se penchant sur la lycanthropie dans un thriller.

Pour ce faire, Lincoln Child choisit un cadre sauvage où la nature inhospitalière préserve une part de mystère. Les reliefs des massifs montagneux, la densité de la forêt, la configuration des lieux et leur isolement… Tout concourt à instaurer une atmosphère digne d’un survival. On songe à l’enclavement de petites communautés et à l’autosuffisance de certaines familles. Le climat de cette Amérique profonde dépeint un mode de vie spartiate, à défaut de se montrer austère. L’attrait des grands espaces américains est également de la partie pour accentuer le clivage entre la démesure de l’environnement et l’insignifiance de la présence humaine en ces contrées.

De même, on retrouve aussi cette prédilection pour un antagoniste « animal » dont on ignore plus ou moins l’origine. Certes, le sujet principal et les attaques ont tôt fait d’influencer l’avis du lecteur. Une impression qui se remarquait déjà avec des romans tels que Relic ou La bête d’Alaska. Exception faite d’un cadre aux antipodes d’un musée d’histoires naturelles ou de l’Alaska, la trame suit un cheminement semblable en matière de rythme et de suspense. Le livre peut paraître court, mais son évolution parfaitement structurée ne faiblit à aucun moment. Cela vaut autant pour les séquences d’investigation et d’échanges que pour des passages plus tendus.

Ce n’est pas tant le thème principal qui est original, mais son traitement et cette propension à constamment entretenir le doute. Et sur ce point, Lincoln Child excelle dans cette manière d’entremêler les faits, qui semblent échapper à des considérations terre-à-terre, et à une enquête en bonne et due forme. On reste ainsi curieux de connaître la tournure de l’intrigue pour revenir à des explications pragmatiques. Expériences génétiques, maladies, espèce animale non répertoriée… De temps à autre, on lorgne aussi du côté de la cryptozoologie, eu égard à la profession d’énigmologue de Jeremy Logan. Pour ne rien gâcher, les prétextes et justifications envisagées sont beaucoup moins simplistes qu’escomptés.

Cela vaut pour le clan des Blakeney, les recherches clandestines du protagoniste ou encore des données d’observation assez inédites. On songe à l’influence lunaire sur les espèces animales, ainsi que sur leur comportement assez déroutant. Certes, l’ensemble reste une fiction, mais certains faits abordés demeurent crédibles et ont le mérite de proposer des pistes de réflexion plus fouillées qu’à l’accoutumée. En somme, la gestion des différents pans de l’affaire se révèle équilibrée et fait s’alterner les points de vue avec une aisance évidente. Il en ressort une intrigue fluide, énergique et pour le moins immersive.

Au final, Sang de lune est une nouvelle incursion saisissante dans une frange du thriller qui aime flirter avec le surnaturel. En plus de fournir une histoire enlevée à l’ambiance soignée, Lincoln Child offre une approche inédite à la notion de lycanthropie. Le traitement fait la part belle au mystère initial dans un premier temps, tandis que l’enquête suit un cheminement rigoureux pour apporter des explications réalistes et vraisemblables. Avec son style incisif d’une rare efficacité et très accessible, l’auteur nous entraîne au cœur des Adirondacks, environnement parfaitement choisi pour faire la lumière sur une nouvelle énigme où la tension et le suspense montent progressivement.

Note : 16/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.