mars 2, 2021

Les Nouvelles Aventures de Sabrina Partie 2

D’Après une Idée de : Roberto Aguirre-Sacasa

Avec Kiernan Shipka, Ross Lynch, Miranda Otto, Lucy Davis

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 9

Genre: Fantastique

Résumé:

Un nouveau chapitre glaçant commence alors que Sabrina s’aventure un peu plus dans l’univers obscur et impitoyable de la sorcellerie.

Avis:

La seconde partie de la saison 1 de Les nouvelles aventures de Sabrina est très inégale. Les 4 premiers épisodes (chapitres 12 à 15) manquent cruellement d’intérêt et accrochent moins que ce à quoi nous avaient habitués les chapitres de la première partie. Cependant, tous les épisodes suivants nous rappellent pourquoi cette série est géniale et captent de nouveau le spectateur. Les nouvelles aventures de Sabrina reste fascinante et très addictive.

Les premiers épisodes s’intéressent à la nouvelle vie de Sabrina à l’Académie des Arts Invisibles, cette école de magie noire affiliée au Seigneur Obscur et au Grand Prêtre de la Nuit. L’ambiance est sombre et mystérieuse et on ne s’y sent pas très à l’aise. Les décors sont magnifiques et de qualité, comme les autres étudiants qui semblent mauvais et perfides. On ne sait pas trop comment les cerner. Les Sœurs du Destin restent le trio fomenteur de mauvais coups. L’une d’entre elles, Prudence, excelle en tant qu’acolyte néfaste et en tant qu’actrice. Le personnage vit une belle évolution et intrigue.

Sabrina a changé, physiquement et mentalement. Son visage est plus pâle et plus marqué. On la sent perturbée et à la fois déterminée. Bien qu’elle ait signé le livre du Mal, elle n’est pas mauvaise, le sait et veut se le prouver. Cette contradiction est bien menée et la jeune fille se cherche inlassablement. L’actrice est vraie dans ces gestes et ses intonations.

Malgré cette atmosphère saisissante, les intrigues de ces épisodes et leurs enjeux ne sont pas d’un grand intérêt. Les histoires adolescentes sont mises un peu trop au premier plan et quelque peu exacerbées, ce qui est dommage quand on sait qu’elles étaient mieux dosées dans la partie précédente. Même si les problèmes mis en valeur sont intéressants et sujets à débat (notamment ceux sur le genre et les postes à responsabilités pour les femmes), ces chapitres perdent cruellement en profondeur pour que l’on s’y attache. Il leur manque quelque chose. De plus, les ennemis de Sabrina y faillissent en complexité et en crédibilité. En effet, ils ne sont pas aussi cruels que l’on pourrait s’y attendre pour des démons ou des créatures de rang supérieur, et le Seigneur Obscur n’apparaît pas vraiment comme l’hégémonie du mal absolu.

La suite nous éclaircit enfin sur ces points et change du tout au tout. Les 5 derniers épisodes sont magiques et terriblement morbides. Le sang coule à profusion, la violence est dominante, les événements et coups bas politiques pleuvent à tout va sans nous laisser le temps de respirer et une nouvelle intrigue majeure se met en place. L’apocalypse est en marche. La série regagne en intérêt et c’est tout particulièrement jouissif. On ne peut plus s’arrêter après la vision du cinquième épisode et la fin nous en récompense.

Sabrina subit une transformation hors du commun à laquelle on ne s’attendait pas et qui change tout. Le spectateur reste plutôt dubitatif devant ces changements mais cela ne dure heureusement pas. L’histoire est bien ficelée et ne perd pas en crédibilité. Les ennemis se multiplient et sont ce qu’on attend d’eux dans une série qui se veut bien sombre et profane : incroyablement diaboliques et corrupteurs à souhait. Le Seigneur Obscur reprend enfin sa place de souverain du mal et il était temps.

Zelda et Hilda ne sont pas en reste dans cette seconde partie. Les intrigues les concernant sont intéressantes à suivre, même si celle d’Hilda est vite mise à l’écart. Zelda est toujours aussi désagréable, et son personnage est d’ailleurs apprécié pour son caractère irrévérencieux. Hilda est plus douce et ce contraste n’enlève rien à l’amour qu’elle se porte l’une pour l’autre. Les liens familiaux n’ont jamais été autant mis à rude épreuve que dans cette seconde partie, surtout lorsqu’Ambrose, le cousin, est accusé des pires crimes imaginables. Les manipulations sont monnaie courante il ne faut faire confiance à personne. Certains coups sont discernables à l’avance mais la mise en scène et l’environnement ténébreux ne déçoivent pas.

Le coven de l’Eglise de la nuit que nous suivons se dévoile enfin, et pour le pire. On en apprend également plus sur la hiérarchie, le conseil magique et certains dirigeants détestables. D’autres lieux de l’académie nous sont ouverts et des personnages secondaires charismatiques, comme Dorian Gray, sont saisissants. Lilith, la première démone, est toujours aussi majestueuse. Son origine nous est dévoilée et le spectateur s’attache davantage à elle. Les intrigues la concernant commencent doucement pour se terminer en un effroyable carnage.

Les trois amis mortels de Sabrina jouent un rôle important sur les derniers épisodes et leur implication est propice. Ils prennent de plus en plus de place et ne veulent plus être mis à l’écart de l’univers de la jeune femme. Leur amitié et les coups durs qu’elle subit, sont bien construits et crédibles. Le trio forme un vrai groupe d’aventuriers au grand cœur, prêt à tout pour sauver le monde et leur amie. Heureusement, la fin de la série parvient à éviter les scènes niaises et les phrases bateau.

Malgré un début difficile, cette partie se termine à merveille, grâce à une histoire prenante et particulièrement savoureuse, tant au niveau des ennemis que de l’autre camp. La saison 1 est une réussite pour cette nouvelle série qui n’a pas fini de nous surprendre.

Note : 15/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.