Tribulation – Down Below

Avis :

Comme le dit souvent, la Suède est au-dessus du game en ce qui concerne le métal. Les groupes sont légions et en plus de cela, certains endroits portent même le nom de formations ayant une renommée mondiale. Bref, la Suède n’a plus rien à prouver en matière de métal et ce n’est pas avec Tribulation que cela va cesser. Fondé en 2004 alors que le groupe Hazard se déchire, Tribulation va s’orienter rapidement vers un Death Métal à tendance Black avec pour thématique l’horreur. Maquillage, paroles qui racontent des histoires horrifiques dans l’ère victorienne, tout est fait pour entrer dans un monde lugubre. Pour autant, et malgré un premier album réussi, le groupe va changer un peu de registre par la suite avec The Formulas of Death et The Children of the Night. En effet, la formation s’éloigne volontairement du Death/Black au niveau instrumental pour obtenir un mélange étrange et envoûtant de Death dans le chant et de rock prog des années 70 dans les mélodies. Il en résulte deux gros albums qui ont eu d’excellents retours par la presse et une belle tournée un peu partout dans le monde. Avec Down Below, Tribulation sort son quatrième album et annonce un changement de batteur, ce qui peut nuire à l’identité du groupe. Est-ce un désagrément majeur pour le groupe ? Non.

L’album s’ouvre avec The Lament, qui fut d’ailleurs choisi pour vendre l’album lors de sa sortie. Le titre commence tout doucement, avec une mélodie douce et désespérée avant de lâcher les riffs lourds et une voix qui frôle toujours autant avec le Black. Le mélange est assez étrange car le rythme est relativement lent, les riffs sont lourds, presque proches d’un Doom Métal assumé, mais pour autant, le morceau est envoûtant et on sent vraiment une ambiance glauque qui s’en dégage, surtout lorsque le chanteur, sur la fin, déclame plusieurs fois d’affilée « Satan ». On retrouvera cette ambiance horrifique avec d’autres titres de l’album comme par exemple le très sympathique Lady Death, un poil plus rapide et nerveux, mais qui reste toujours dans une hybridation Death/Doom insidieuse et puissante. On aura même droit à quelques notes d’orgue en arrière-plan, renforçant une ambiance gothique voulue. Cette sensation reviendra avec The World, un titre un peu en deçà du reste mais qui demeure efficace et bien ancré dans la veine du Gothique Métal à tendance Death. Ce mélange se ressent tout au long de l’effort et on sent que tout a été pensé pour rester dans une identité propre, qui oscille constamment entre une ambiance sombre et une technique qui mélange de nombreuses influences et références.

Mais le groupe ne s’arrête pas pour autant dans un modèle propre et livre quelques titres très intéressants tenant plus du Métal Prog qu’autre chose. En tout premier, on peut citer Subterranea et son introduction angoissante à souhait qui pourrait rentrer sans problème dans la bande-originale d’un film d’horreur. Suivant une structure complexe et pas si évidente que cela, le groupe montre toute sa palette technique et sa capacité à produire des titres longs mais qui demeurent accrocheur grâce à des riffs efficaces et à une ambiance marquée. Cet aspect progressif, on le retrouve sur d’autres titres comme l’exaltant Here be Dragons qui se décompose en deux temps et qui offre un départ calme, gothique à souhait avec son piano, pour finir de façon tonitruante dans un maelstrom de violence et de clochettes. Le final clôture de façon limpide ce gros morceau qui est un élément névralgique de l’album. On retrouvera cette sensation grandiloquente avec Lacrimosa, qui démarre à toute berzingue pour laisser tout le monde sur le carreau à la fin. On aura même droit à des aspects plus Black avec notamment Cries From the Underworld, et même si ça reste léger, la voix augmente cette sensation d’horreur grandissante au sein de la galette. Et difficile de passer outre Purgatorio, titre instrumental calme et en dehors du temps qui impose de façon définitive la posture goth du groupe.

Au final, Down Below, le dernier album en date de Tribulation, est une franche réussite. Mélangeant de façon habile le Death classique à un chant Black et à des compositions proches d’un Rock Prog des années 70, le groupe démontre tout son talent et peaufine son imagerie gothique/horreur pour le plus grand plaisir des fans. Si l’album comporte quelques faiblesses, comme un manque évident de hits en puissance permettant une vraie reconnaissance mondiale, Tribulation demeure un groupe important qui est parvenu à asseoir une identité unique et intéressante.

  • The Lament
  • Nightbound
  • Lady Death
  • Subterranea
  • Purgatorio
  • Cries From the Underworld
  • Lacrimosa
  • The World
  • Here Be Dragons
  • Come, Become, To Be

Note : 16/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net