décembre 5, 2020

Divines

De : Houda Benyamina

Avec Oulaya Amamra, Kevin Mischel, Jisca Kalvanda, Farid Larbi

Année : 2016

Pays : France, Qatar

Genre : Drame

Résumé :

Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien.

Avis :

Houda Benyamina est une réalisatrice française qui est un bourreau de travail. Venant des banlieues, après un CAP coiffure et un Bac littéraire, elle se dirige vers le métier de comédienne. Grâce à des bourses, elle étudie en Biélorussie et aux États-Unis, mais très vite, ce métier ne se trouve pas fait pour elle, car Houda Benyamina veut avant tout raconter des histoires et s’attaquer à des sujets. Elle se dirige vers l’écriture dans un premier temps, puis elle passe à la réalisation. Bourreau de travail, elle va réaliser par moins de neuf courts-métrages en neuf mois et se fait remarquer dans différents festivals. Après un moyen métrage en 2011, elle se lance dans l’écriture d’un long-métrage, « Divines« . Après une grande bataille et beaucoup de portes défoncées comme elle se « plaît » à le dire, Houda Benyamina présente son film à Cannes et repartira avec la Caméra d’or qui récompense le meilleur premier film. La réalisatrice aura aussi le César du meilleur premier film, en plus de décrocher celui du meilleur espoir féminin et actrice dans un second rôle.

Bref, tout ça pour dire que « Divines« , c’est l’une des très grandes surprises de l’année 2016. Succès critique et public, j’ai mis du temps à découvrir ce premier film, puisque malgré tout l’aura qu’il véhiculait, il fut plutôt mal distribué. Je me rattrape donc aujourd’hui et la première chose qui me vient en tête à la sortie de ce premier film, c’est la frustration totale de ne pas l’avoir découvert en salle, tant Houda Benyamina surprend, offrant un film puissant, en colère, violent, personnel et totalement inattendu. « Divines » est un grand film, qu’on peut très facilement comparer à « La haine » de Kassovitz, version 2010. Choc absolu, dont le final va vous hanter pendant un long moment, ce premier film d’Houda Benyamina mérite notre admiration et tous les prix obtenus.

Dounia est une jeune femme qui rêve de réussite et de se sortir de ce ghetto dans lequel elle vit depuis toujours. Avec sa meilleure amie, elle rêve d’ailleurs. Voyant l’ascenseur social bloqué, elles décident de travailler pour Rébecca, une dealeuse respectée de la cité. Ce que Dounia ne sait pas encore, c’est qu’entre ce nouveau « job » et sa rencontre avec Djigui, un danseur, sa vie est sur le point de changer et de la marquer à jamais…

Affolant et marquant, voilà les deux mots qui me poursuivent depuis que je suis sorti de ce premier film. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en entrant dans le film, même si son affiche et son titre me laissaient présager que j’allais trouver-là une petite comédie sociale. Et bien il n’en est rien, et Houda Benyamina livre un drame, dans tout ce qu’il a plus grand, de plus dur et de plus marquant.

« Divines« , derrière ce titre ô combien lumineux, se cache au final un drame sur les banlieues et les banlieues comme finalement on les a rarement vues. Le film est doté d’un scénario d’une grande intelligence, qui est capable d’éviter les clichés et le déjà-vu, tout en y injectant une part essentielle de ces mêmes clichés. Le scénario est capable de raconter des personnages avec autant d’espoir que de désespérance. Des personnages tenus par des actrices tout simplement affolantes qui n’ont absolument pas volé leur prix. Oulaya Amamra est une putain de révélation bouleversante, Déborah Lukumuena est on ne peut plus touchante et adorable, et Jisca Kalvanda est puissante !

Jouant en permanence avec une palette infinie de nuances, « Divines » aborde des sujets durs, essentiels, intelligents et parfois même brûlants (le final est d’ailleurs incroyable parce qu’il regroupe en l’espace d’un instant tous ces sujets), et le film le fait sans langue de bois aucune et peigne un quotidien de banlieue et de banlieusardes. Un quotidien de débrouille, où la loi du plus fort est présente. Un quotidien de racisme, de préjugés, mais aussi d’amitié et de rêves de gamine. Un quotidien vu et vécu à travers des personnages agaçants d’un côté et tellement touchants et attendrissants de l’autre. Houda Benyamina livre là un diamant brut. Un diamant plein de colère, mais aussi d’amour. Un diamant bouleversant, qui n’est qu’une montée crescendo vers un drame qu’on ne voit pas arriver. « Divines« , c’est un scénario qui a de véritables fulgurances, des envolées inattendues et qui vont être autant de bouffées d’air frais, dans un récit humain et réaliste finalement très sombre.

Puis en parallèle de cette leçon d’écriture, Houda Benyamina livre aussi une mise en scène affolante d’originalité, convoquant aussi bien Kassovitz que l’espace d’une scène extraordinaire, Xavier Dolan. Si l’écriture et l’acting sont de gros points forts du film, on ne peut passer à côté de cette mise en scène. Ici, Houda Benyamina a tout fait pour que son film résonne le plus juste et vrai possible. Il en résulte donc un film noir, triste et violent, aussi bien physiquement que psychologiquement. Mais comme je le disais plus haut, Houda Benyamina utilise une palette infinie de nuances et « Divines » saura aussi se faire lumineux, amusant et attendrissant.

« Divines » est donc une claque affolante. C’est un film qui marquera pour un sacré moment son spectateur. Pour son premier film, Houda Benyamina frappe très fort, offrant un cri du cœur. Une écriture passionnante, des actrices absolument « Divines », des personnages incroyables, bien écrits et tenues, une mise en scène puissante et un final lourd de conséquences… Bref, je le redis, « Divines » est un grand film !

Note : 18/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.