octobre 29, 2020

Fringe Saison 3

D’Après une Idée de : J.H. Wyman et Jeff Pinkner

Avec Anna Torv, Joshua Jackson, John Noble, Jasika Nicole

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 22

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Quand un vol international arrive à l’aéroport de Boston et que les passagers et l’équipage sont retrouvés morts, l’agent du FBI Olivia Dunham se voit confier l’enquête. Lorsque son partenaire est grièvement blessé, elle trouve une aide inattendue auprès du Dr Walter Bishop, un scientifique brillant mais fou, et de son fils, Peter. Ils ne tardent pas à découvrir que le drame du vol 627 n’est qu’une infime partie d’une bien plus grande et choquante vérité…

Avis :

La saison 3 est plutôt magistrale en termes de jeux d’acteurs et de révélations ! Anna Torv ne cesse de nous surprendre. La fin de la saison 2 ne laissait pas de doutes possibles. Olivia est restée dans l’autre dimension et l’autre Olivia a pris sa place. On suit alors cette autre héroïne de l’univers alternatif qui cherche à nuire et à manipuler. Le jeu d’acteur est subtil et envoutant : le spectateur avisé remarquera des différences entre les deux versions du personnage bien que les autres héros n’y verront que du feu pendant longtemps, nous frustrant complètement.

La nouvelle Olivia est plus souriante, plus heureuse et plus dynamique. Elle se fait même une frange, ce qui ne lui ressemble pas. On la sent plus sûre d’elle et moins en proie aux doutes. Peter pensera, à tort, que c’est leur nouvelle relation qui l’a changée et la triste réalité lui fera bien du mal. L’histoire d’amour entre Olivia et Peter débute sous de très mauvais augures et continue tout aussi mal. C’est dur et triste à la fois pour les spectateurs qui n’attendaient que ça depuis la dernière saison. Les scénaristes jouent décidément avec nos nerfs.

La moitié de la saison se concentre sur cet échange d’identité et le trouble de notre agent Dunham. D’un côté, notre Olivia est manipulée, étudiée pour ses dons incroyables et mise à l’épreuve ; alors que de l’autre, l’enquêtrice avance et envoie nombre d’informations utiles à ses comparses, tout en collaborant avec l’ennemi, sous la personne de Newton.

L’Olivia de l’univers original ne sait plus qui elle est vraiment et se voit intégrer la division Fringe de l’univers alternatif. Ses équipiers sont étonnants : on retrouve Francis, que l’on a vu mourir dans l’autre monde, et on rencontre un nouvel équipier, Lincoln Lee, fort sympathique et agréable. Les acteurs sont épatants : bien que ce soit la même division des deux côtés, celle de l’univers alternatif semble plus soudée, plus proche et plus détendue. Les dialogues sont plus drôles, plus amicaux et plus décontractés. Philippe Broyles est lui-même différent et semble beaucoup moins frigide et rigide que son double de l’autre côté. Cet autre monde est déroutant et fascinant. Malgré la guerre qu’ils veulent mener, cette fraîcheur nouvelle ne donne pas envie de tous les détester.

Le parcours d’Olivia est semé d’embuches. On suit ses péripéties et sa quête d’identité avec affection. Son amour pour Peter la sauvera et lui permettra de retrouver son monde. Le retour tant espéré sera douloureux et sa confiance en elle-même et envers les autres va en prendre un sacré coup. L’Olivia terne et malheureuse refait surface. Le spectateur attaché sera chamboulé par ces changements de personnalité et pourra aller même jusqu’à préférer l’autre Olivia brune, bien plus rayonnante et ne se prenant pas autant la tête, malgré tous les soucis emmagasinés.

Les épisodes alternent parfaitement entre les deux univers et le rythme reste dynamique. En plus de l’affaire de l’échange entre les deux Olivia, chaque équipe continue d’enquêter sur des phénomènes paranormaux toujours aussi farfelus que d’habitude. On découvre ainsi des traits caractéristiques de l’autre monde, comme l’utilisation de l’ambre ou un système politique complètement réinventé. De l’autre côté, le trio attachant Walter-Peter-Astrid est toujours aussi envoutant. Leurs relations évoluent et l’humour du scientifique barré apporte de belles ondes positives. Le personnage de Peter change du tout au tout dans la seconde moitié de la série. Plus calculateur, davantage concentré et mentant effrontément à ses amis, on le sent investi d’une nouvelle mission qu’il souhaite ardemment mettre à terme envers et contre tout. Walter s’inquiète et espère pouvoir l’aider dans sa quête.

L’intrigue sur le conflit entre les deux univers, qui constitue le fil rouge de cette saison, est complexe et s’enrichit sans cesse au fil des épisodes. Les découvertes se multiplient : des polymorphes font leur apparition, des pièces d’une étrange machine sont identifiées par Peter, les observateurs sont de retour sur Terre et Massive Dynamics, associée à William Bell, n’a jamais eu autant de secrets. Tout s’entremêle et chaque détail compte. De nombreuses questions se posent. Quel univers est réellement fautif de la désintégration du monde alternatif ? Ne serait-il pas possible de sauver les deux côtés ? Le combat est aussi bien militaire que philosophique.

L’épisode 19 « Qui veut la peau d’Olivia Dunham ? » est réalisé d’une manière originale, sous forme de dessin animé. On a la sensation de planer, comme sous l’effet de drogues. Les influences et dédicaces sont nombreuses et la conclusion est émouvante. L’effet dépaysant est réussi.

La fin de cette saison perturbe en effaçant nombre de choses établies et en effectuant un nouveau départ des plus troublants. La série ne cesse de nous étonner !

Note : 18/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.