Le Vent de la Liberté

Titre Original : Ballon

De : Michael Bully Herbig

Avec Friedrich Mücke, Karoline Schuch, David Kross, Alicia Von Rittberg

Année: 2019

Pays: Allemagne

Genre: Historique, Thriller

Résumé :

En 1979, en pleine guerre froide, deux familles ordinaires d’Allemagne de l’Est rêvent de passer à l’Ouest.
Leur plan : construire une montgolfière et survoler la frontière. 
Une histoire incroyable. Une histoire vraie.

Avis :

Si Michael Bully Herbig n’est pas vraiment connu chez nous, chez nos amis Allemands, c’est une grosse célébrité. Animateur radio, comique, acteur, producteur, scénariste, l’homme a plus d’une corde à son arc. Sa carrière de réalisateur, il la commence en 2001 avec « Der Schuh des Manitu« , film qui demeure encore inédit chez nous. Depuis, Michael Bully Herbig a réalisé plusieurs métrages qui se sont tous avérés être des comédies, quand ces derniers ne sont carrément pas des parodies. Inutile d’avoir vu « Space Movie » ou « Lissi et l’empereur sauvage » pour s’en rendre compte.

Dix ans après « Vic le Viking » (encore une parodie), Michael Bully Herbig est de retour sur les écrans et il a radicalement changé de style et de genre. Revenant avec un drame, avec une histoire vraie, le vent de la liberté est le genre de film qui, dès l’évocation de son idée, donne envie d’aller le découvrir. Plongé en pleine guerre froide, film d’époque, drame humain et émotionnel, doublé d’une redoutable course contre la montre, Michael Bully Herbig nous offre-là le stress (limite agaçant) de ce mois d’Avril et ça fait franchement du bien.

Allemagne de l’Est, 1979, cette partie du pays est dirigée par la République démocratique allemande (la RDA) et bon nombre d’hommes et de femmes cherchent à fuir à l’Ouest pour retrouver la liberté. Toute personne tentant de passer la frontière est alors considérée comme un traitre et est exécutée dans les plus brefs délais. À Pößneck, un petit village perdu en campagne, deux familles échafaudent un plan pour passer à l’Ouest. En secret, pendant deux ans, ils ont construit une montgolfière. Mais leur plan échoue et le ballon s’écrase à deux cent mètres de la frontière. Recherchés par la Stasi, ils n’ont d’autres choix que de recoudre un ballon le plus vite possible pour retenter le passage.

Bluffant et passionnant en plus d’être un stress permanent, avec « Le vent de la liberté« , Michael Bully Herbig livre-là son meilleur film à n’en pas douter. Lui, qui a fait ses armes dans la comédie, vient de passer à un tout autre niveau avec ce premier drame, aussi puissant que juste.

« Le vent de la liberté« , c’est un film qui jouit d’une aura qu’on peut aisément déceler dès sa bande-annonce. Redoutable plongée en pleine guerre froide, partant avec une idée géniale qui, de surcroît, raconte une histoire véridique, sur le papier, le nouveau film de Michael Bully Herbig atous les arguments réunis pour convaincre et le passage à l’image fait bien plus que les concrétiser.

Le premier élément qui me vient en tête avec ce film, c’est la qualité incroyable de son scénario. Ici, Michael Bully Herbig n’a pas simplement voulu faire un film sur une famille qui est en désir de liberté. Le réalisateur n’a pas voulu faire que nous placer aux côtés de ses personnages et nous « raconter » ce qui se passe dans leurs têtes. « Le vent de la liberté« , c’est plus que ça, puisque en plus de cette histoire de liberté et de départ par les airs de ces deux familles, Michael Bully Herbig a voulu faire un thriller qui sera en permanence sous tension. Un thriller qui s’ouvre de manière puissante avec une première tentative d’évasion qui donne d’emblée le ton du film. Pour ajouter à la tension et l’urgence de ce deuxième plan, le cinéaste allemand a donc mis en parallèle de ces deux familles une enquête dans les bureaux de la Stasi. Une enquête rudement menée. Une enquête vicieuse, et bien entendu, si ça reste un peu facile dans un sens, on prendra un plaisir de dingue à voir l’étau se resserrer au fur et à mesure des évènements.

Toujours pour ajouter de la tension, « Le vent de la liberté » jouit aussi d’un climat paranoïaque. Ici, on ne peut faire confiance à personne et tout le monde devient un potentiel danger, et le réalisateur joue excessivement bien avec cette idée. Puis derrière l’évasion possible ou non de ces familles, le film laisse transparaître une envie de liberté par tout un peuple. Certes, on ne peut faire confiance à personne, mais Michael Bully Herbig a truffé son film et son récit de petits détails qui laissent transparaître cette envie, comme le voisin qui travaille à la Stasi et qui regarde en douce, les chaînes de l’Ouest, la maîtresse d’école, et même le personnage génialement incarné par le grand Thomas Krestschmann a ces petites touches de nuances.

L’urgence et la paranoïa, on la retrouve aussi dans la mise en scène de Bully Herbig, qui nous offre là une belle leçon de divertissement. Si le cinéaste a très bien su gérer son scénario, il en fait tout autant avec sa mise en scène. Le vent de la liberté, c’est un film qui ne prend pas une minute pour se reposer. C’est un film qui sait comment angoisser son spectateur et qui sait où l’emmener et comme en plus de ça, on ne connaît pas le destin de ces deux familles, on reste donc accroché jusqu’au bout.

Visuellement, le nouveau film de Michael Bully Herbig a un sacré cachet. La reconstruction de l’époque est impeccable. Le film enchaîne des séquences pour le moins marquantes. La photographie est de toute beauté, les effets spéciaux sont irréprochables, et la BO de Ralf Wengenmaryr est grandiose et ajoute évidemment au stress ressenti.

Enfin, comme je le disais plus haut, « Le vent de la liberté« , c’est aussi un film humain et émotionnel et ces émotions, elles sont véhiculées par le casting qui est important et très bon, Jonas Holdenrieder, David Kross, Alicia von Rittberg, Tilman Döbler et comme je l’ai déjà dit, Thomas Krestschmann. Puis, au-delà de ce casting impeccable, « Le vent de la liberté« , c’est aussi et surtout Friedrich Mücke et Karoline Schuch qui sont deux magnifiques révélations. Jouant des parents désireux d’offrir le meilleur à leurs enfants, ils cristallisent tous les espoirs, les angoisses et l’urgence de ce film et les deux acteurs sont bouleversants de justesse.

Sorti presque incognito entre « Tanguy, le retour« , « Simetierre » et autre « Royal Corgi« , « Le vent de la liberté » de Michael Bully Herbig est la bombe de la semaine. Drame historique puissant, thriller tendu jusqu’à la fin, et le tout servi avec émotion grâce à des personnages passionnants. Distribué dans environ cent cinquante salles, si jamais vous avez la chance de l’avoir près de chez vous, n’hésitez pas !

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net