Wingspan

Fiche technique :

Auteurs : Elizabeth Hargrave

Joueurs : 1 à 5

Durée : 1h

Type/public : Réflexion/Familial+

Age : 10 ans

Mécaniques : Choix d’actions, pose de cartes, scoring

Première parution : 2019

But du jeu :

Vous incarnez un ornithologue, et votre but est de récolter un maximum d’oiseaux et d’oeufs pour marquer le plus de points de victoire !

Règles :

Chaque joueur pioche 5 Cartes Oiseau et une ressource de chaque parmi les 5, ainsi que 2 Cartes Bonus. Chacun garde autant de Cartes Oiseau qu’il veut (mais devra dépenser une ressource à chaque fois) et une Carte Bonus parmi les deux.

4 objectifs sont disposés sur le plateau, un par manche.

A chaque tour, le joueur actif choisit une action possible parmi les quatre, puis le suivant fait de même, et ainsi de suite. Les quatre actions sont :

  • Jouer un oiseau de sa main
  • Gagner des Ressources
  • Pondre des œufs
  • Piocher des cartes
Un plateau individuel (en anglais). Il y a deux oiseaux dans l’habitat Forêt, correspondant à l’action Gagner des Ressources ; 3 oiseaux dans l’habitat Prairie, correspondant à l’action Pondre des œufs ; et 2 oiseaux dans l’habitat Marais, correspondant à l’action Piocher des cartes. Si le joueur choisit maintenant de Pondre des œufs, il activera la capacité du dernier oiseau puis de l’avant dernier dans cet habitat, le premier n’ayant pas de capacité d’activation.

Les Cartes Oiseau possèdent plusieurs informations : le ou les types d’habitats dans lequel la jouer, la ou les ressources nécessaires, le nombre de Points de Victoire (PV) que rapporte la carte, l’envergure, le type de nid et le nombre maximum d’œuf qu’elle peut accueillir. La plupart possèdent également une capacité d’activation.

Pour jouer un oiseau, il faut le poser dans le bon habitat et défausser les ressources correspondantes. Plus on en possède et plus il faut dépenser d’œufs en plus du reste. Il est possible de dépenser 2 ressources pour obtenir celle que l’on veut en échange.

Gagner des ressources revient à piocher un ou plusieurs dés dans la mangeoire et obtenir la ressource correspondante, puis activer tous les oiseaux présents dans l’habitat.

Pondre des œufs signifie placer des œufs sur les oiseaux que l’on possède, puis activer tous les oiseaux présents dans l’habitat.

Piocher des cartes implique soit d’en récupérer une parmi les 3 visibles à chaque tour, soit en prendre du dessus de la pioche, puis activer tous les oiseaux présents dans l’habitat.

Plus on a d’oiseaux, et plus l’action correspondant à l’habitat est forte (gagner plus de ressources, piocher plus de cartes, etc). Certaines capacités permettent de stocker des ressources sur les oiseaux, d’autres de piocher, de pondre, de placer des cartes sous l’oiseau, ou encore de piocher des Cartes Bonus

Exemple de carte oiseau (en anglais). Il peut être joué dans l’habitat Marais ou Prairie, il faut dépenser 2 ressources Rongeur pour la jouer. Il vaut 5 PV, son nid est de type Plateforme, il peut stocker 2 œufs, possède une envergure de 104cm. Lorsqu’il est activé, il possède un pouvoir de prédateur. Et l’on apprend qu’il vit partout dans le monde, et qu’il peut atteindre une vitesse de pointe de 200 miles par heure lorsqu’il plonge vers une proie.

La manche se termine lorsque tous les joueurs ont effectué toutes leurs actions (8 à la première, 7 à la deuxième, et ainsi de suite). Puis on regarde l’objectif de la manche et chacun compare son résultat. Il peut s’agir de posséder le plus d’oiseaux dans tel habitat, le plus d’œufs sur des oiseaux de tel nid, etc. Chaque critère rapporte des PV selon le classement atteint.

La partie se termine à la fin de la quatrième manche. Les joueurs comptent les PV présents sur les Cartes Oiseau, ceux octroyés par les objectifs de fin de manche, les Cartes Bonus, les œufs, les cartes placées en dessous d’autres, et la nourriture stockée. Le joueur ayant le plus grand total est le vainqueur !

Avis :

Wingspan est un jeu qui fait énormément parler de lui en ce moment, à tel point qu’il est en rupture de stock dans la plupart des boutiques. Mérite-t-il toute cette effervescence ?

Ce titre fait la part belle aux combos, ces enchaînements d’effets donnant des résultats supérieurs à la somme des effets pris individuellement. Concrètement, il va s’agit d’optimiser chacune des actions que l’on va entreprendre pour obtenir le meilleur résultat possible. Mais commençons par le commencement…

Wingspan vous place donc dans la peau d’un ornithologue. Un thème pas forcément accrocheur de prime abord, et à ma connaissance c’est le premier du genre. Mais le fond est fort bien servi par la forme : en effet, tout est beau. Les illustrations sont superbes et reproduisent parfaitement ces créatures ailées. Sur les 170 Cartes Oiseau du jeu, toutes sont différentes et chacune possède un petit texte d’ambiance, une anecdote. Il est ainsi possible d’apprendre quelques faits amusants, intéressants voire les deux, comme le fait que le Vacher à Tête Brune ponde des œufs dans les nids d’autres oiseaux, ou que l’Aigle Royal s’attaque parfois à du bétail. Ces faits corroborent même certaines capacités ou traits de la carte. Pour les plus savants et curieux d’entre nous, le nom scientifique (latin) est même inscrit sur chaque carte. La plupart des oiseaux possèdent des pouvoirs similaires, mais ceux-ci sont assez variés pour offrir une bonne rejouabilité et ne pas avoir l’impression de revivre la même partie.

Pour continuer sur le matériel et le design, la mangeoire est une tour à dés qui ressemble à s’y méprendre à un nichoir, à monter soi-même assez facilement, simplement en emboîtant les pièces entre elles, les œufs sont en plastique et ressemblent à des bonbons, les cartes sont agréables au toucher et les plateaux individuels rigides et très pratiques à lire, puisque toutes les informations relatives aux actions y sont indiquées. La signalétique se comprend très facilement en moins de 5 minutes d’explication, le jeu étant très clair. Il y a même, sur le côté de la boîte, la façon de ranger tout le matériel (qui pèse son poids) pour que la boîte ferme parfaitement

Le matériel du jeu. La mangeoire, les dés ressources, les œufs, et même un présentoir pour afficher les cartes disponibles durant le tour.

Niveau mécanique, là encore les actions sont assez simples à comprendre. Pour poser des oiseaux il me faut des ressources. Si je veux en jouer d’autres, il me faut en piocher. Mais au bout d’un moment, il me faudra dépenser des œufs. Tout s’enchaîne intuitivement, le sel de la partie étant de bien déterminer dans quel ordre faire tout cela. Car comme il a été dit dans les règles, plus on joue d’oiseaux dans un habitat, et plus l’action correspondante sera puissante. Par exemple, l’action basique du gain de ressources est de choisir un dé, donc une ressource. Avec un oiseau dans l’habitat, je peux gagner une ressource supplémentaire en défaussant une carte. Avec deux oiseaux dans l’habitat, je peux gagner deux ressources directement. Et ainsi de suite… Et comme à chaque fois que l’on effectue une des 3 actions d’habitat, on active tous les oiseaux déjà présents, l’on se rend bien compte que plus un oiseau sera joué tôt, et plus on pourra bénéficier de son pouvoir. Comme je le disais, effectuer ses actions dans le bon ordre sera la clé de la victoire…

Sans compter que la fin de chaque manche est sanctionnée par l’attribution des points d’objectifs. Ceux-ci risquent fort d’orienter les parties pour obtenir ces points… Faut-il jouer plus d’oiseau de ce type au risque d’avoir des combos moins fortes mais gagner plus de PV ? C’est en essayant ou non que vous verrez quelle stratégie était plus efficace que l’autre…

Tout comme un autre célèbre jeu de l’éditeur Stonemaier, Scythe, Wingspan possède un mode solo dans lequel le joueur affronte un Automa, une espèce de bot qui possède plusieurs actions programmées, ce qui promet des parties intéressantes même si l’on n’a aucun joueur sous la main

Les 4 objectifs de fin de manche (en anglais). Le premier récompense le joueur qui possède le plus d’œufs parmi ses oiseaux dans l’habitat Marais, le deuxième celui qui possède le plus d’oiseau faisant ayant un nid de type Plateforme et possédant au moins 1 œuf dessus.

Si tout a l’air beau sous le soleil, il est un dernier point à aborder qui divise beaucoup les joueurs. Si tous s’accordent pour dire que la mécanique est intéressante et le matériel au top, ce qui peut pêcher est l’interactivité. En effet, la plupart du temps, les joueurs jouent dans leur coin, faisant assez peu attention à ce que font les autres. Les seuls cas où les joueurs interagissent est lorsqu’ils doivent piocher des cartes ou obtenir des ressources (il est possible de prendre celles que d’autres voulaient), et à la fin de chaque manche au moment de vérifier qui était le premier de tel ou tel critère (il faut quand même vérifier qui est en tête si l’on veut marquer les points). De rares capacités se déclenchent quand un autre joueur effectue une action en particulier, mais la plupart du temps les adversaires peuvent jouer sans tenir compte des autres. Certaines personnes n’aiment pas du tout ce côté isolé, d’autres s’en moquent éperdument.

Pour résumer, un jeu très beau, très clair, avec une mécanique simple mais très exigeante pour pouvoir l’emporter, avec un thème intéressant et peu commun, et dont la seule « faiblesse » serait un petit manque d’interactivité, ce qui reste subjectif. Quand achetez-vous le vôtre ?

Note: 18/20

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net