Houdini & Doyle

D’Après une Idée de : David Titcher

Avec Stephen Mangan, Michael Weston, Rebecca Liddiard, Emily Carey

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 10

Genre: Policier

Résumé:

Au début du vingtième siècle, le romancier Sir Arthur Conan Doyle et le magicien Harry Houdini s’associent à la police londonienne pour enquêter sur des crimes aux troublants accents surnaturels. Mais leurs divergentes visions du monde vont rapidement venir compliquer leurs enquêtes, ainsi que leur amitié. En effet, le créateur de Sherlock Holmes croit fermement à la possibilité de communiquer avec les défunts, tandis que le célèbre prestidigitateur, lui, ne croit en rien.

Avis :

S’il existe de nombreuses itérations pour mettre en avant des célébrités ou des personnages intemporels, il est beaucoup plus délicat d’innover. Difficile en effet de ne pas dénaturer le canon holmésien dans ces conditions. De même, la vie romancée d’Harry Houdini a fait l’objet de plusieurs spéculations à travers des biopics et des apparitions fortuites à la télévision, comme sur grand écran. Aussi, Houdini & Doyle (ou Les mystères de Londres) détourne le problème en entremêlant le contexte historique avec des enquêtes purement fictives. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le procédé a déjà eu lieu avec la personne d’Arthur Conan Doyle pour Les mystères du véritable Sherlock Holmes où l’on découvrait le docteur Bell, base d’inspiration qui a permis la création du célèbre détective.

Le concept de la présente série repose sur les compétences d’illusionniste d’Houdini et de l’ouverture d’esprit de Doyle. Si le premier reste dans son domaine de prédilection, le second choix peut paraître plus étonnant. On aurait pu s’attendre à un intellect plus affûté dans les déductions et le pragmatisme, renvoyant ainsi à son homologue littéraire. Pourtant, l’écrivain est également réputé pour s’intéresser à l’occultisme, au spiritisme, ainsi qu’à la médiumnité. Bien que manquant de subtilité au regard de certains éléments potentiels, cet aspect permet de mener des enquêtes autrement plus déstabilisantes pour un esprit rationnel. Il s’agit de résoudre des crimes dont les tenants possèdent les atours de phénomènes paranormaux.

Fantôme, réincarnation, guérison miraculeuse de type « revival », légendes urbaines (Spring-Heeled Jack ou Jack Talons-à-Ressort)… Autant de sujets qui trouvent une résonnance particulière au sein des investigations. Plus étonnant encore, on peut s’attarder sur l’irruption fortuite d’extraterrestres ! Pour autant, on ne se situe pas dans un mélange policier/fantastique. Chaque élément possède une explication rationnelle. Aucun doute n’est entretenu. Ce qui aurait pu offrir un minimum de surprises au fil des épisodes. Certes, il est compréhensible de rester méthodique et logique, mais la façade de la raison emprunte ici les atours de la prévisibilité. Dommage que certaines justifications basées sur les tours de magie de l’illusionniste ne bénéficient pas plus d’importance selon l’enquête concernée.

L’ensemble demeure agréable à suivre, mais il manque cette part d’incertitudes pour exposer des faits aussi ambivalents que leur entrée en scène. La finalité des investigations se veut un peu trop catégorique, car elle joue constamment sur l’opposition des points de vue avec une mise en défaut quasi-systématique de Doyle. De même, les traits des protagonistes sont exacerbés pour accentuer les divergences. L’auteur se révèle plus crédule qu’ouvert d’esprit, tandis que son ami magicien est un peu trop volubile, jouant plus sur le cynisme et le comique des situations. En d’autres termes, il n’y a aucune remise en question ou évolution des personnages. Tous campent sur leur position, y compris Adélaïde, jeune femme policière dont l’avis partagé se range tour à tour aux côtés de l’un, puis de l’autre.

On remarquera néanmoins la complémentarité des protagonistes dont les compétences permettent la résolution des enquêtes. De même, certains aspects de leur vie, comme la relation de Houdini avec sa mère ou la situation familiale de Doyle, sont ici retranscrits pour offrir plus de profondeurs aux intervenants. Un background qui vient également justifier leurs opinions, du moins en partie. La reconstitution du Londres à la fin de l’époque victorienne profite, quant à elle, d’environnements variés où les beaux quartiers succèdent aux bas-fonds. Quelques incursions en dehors du cadre urbain sont aussi bienvenues pour ne pas uniquement se focaliser sur des lieux évoquant la seconde révolution industrielle.

Au final, Houdini & Doyle détonne par l’amalgame entre phénomènes paranormaux et crimes sordides que suggère son concept. De même, l’association entre Arthur Conan Doyle et Harry Houdini se veut plutôt judicieuse quand on connaît leurs divergences d’opinions sur certains sujets. Les enquêtes sont bien menées et cohérentes, mais l’on regrette cette linéarité qui mine le suspense par un schéma narratif assez rigide. Les tenants et les aboutissants restent similaires en tout point, tandis que le fil rouge se révèle trop en retrait. La série profite néanmoins d’une belle ambiance, assez légère dans ses réparties et distrayante par la mise en scène singulière des crimes et de leur démystification.

Note : 14/20

Par Dante

One Comment to "Houdini & Doyle"

  1. Hackenbusch dit :

    Cette série sera visible en France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net