Nine Inch Nails – Hesitation Marks

nine-inch-nails-hesitation-marks-1-626x626

Avis :

Est-il encore nécessaire de présenter Nine Inch Nails ? Il faut que ce groupe possède deux particularités. La première est qu’il s’agit d’un groupe avec un seul homme. En effet, depuis sa création en 1988, seul Trent Reznor compose et chante dans le groupe. Pour chaque album, il s’entoure de musiciens différents, selon, ses envies et ses influences. Ainsi, Nine Inch Nails est déjà un groupe unique en son genre. Mais il s’agit aussi d’un pionnier du genre, celui du métal industriel. Mais le leader du groupe ne s’arrête pas qu’aux grattes saturées et aux gueulantes de certains chevelus, préférant distiller certaines influences assez novatrices dans le genre, comme de l’électro, de l’ambiant musique ou encore du synthpop. Bref, Nine Inch Nails, c’est un groupe à part et qui fournit très souvent des albums et des sons à part. Le premier succès du groupe viendra avec le premier skeud qui est Pretty Hate Machine. Mais c’est avec The Downward Spiral que le groupe va entrer dans la légende, faisant un album que les médias classeront parmi les meilleurs de tous les temps. Les albums suivants seront de gros succès commerciaux, mais Trent Reznor va succomber à la drogue et à l’alcool, le menant à un long combat intérieur. C’est en 2013 que sort Hesitation Marks, le dernier album du groupe, le neuvième, mais que vaut-il ? La rage est-elle toujours présente dans l’esprit de Trent ?

Le skeud commence avec une intro assez discrète et anodine qui répond au doux nom de The Eater of Dreams. Puis arrive la première chanson, Copy of A, qui sert d’introduction lors des concerts. Nous avons droit ici à une boîte à rythmes au cordeau, très rythmé, avec une batterie assez lancinante. Il s’agit ici d’un morceau qui monte crescendo jusqu’à un final très intéressant. Cette chanson entame de façon assez simple l’album, mais elle demeure convaincante. Tout comme le deuxième morceau, Came Back Haunted, qui demeure vraiment bon, avec une redondance hypnotisante dans la boîte à rythmes et un refrain très puissant. Bien évidemment, ces deux morceaux sont assez commerciaux et ne sont là que pour présenter un album beaucoup plus éclectique. Ainsi, Find My Way sera un morceau très clame, presque lounge, avec une ambiance aérée très appréciable. All Time Low sera plutôt dans un tempo musique du monde et ambiant musique, alors que Everything, est un mélange de post-punk décomplexé, presque naïf qui laisse de côté les boîtes à rythmes. Elle sera d’ailleurs la chanson la plus surprenante de l’album. Quand on écoute l’album en intégralité et d’un coup, on a l’impression d’entendre un album complètement électro. Mais il n’en est rien, car certaines pistes recèlent des surprises, comme l’excellente, Various Methods of Escape, qui démarre comme un morceau très calme et qui possède un refrain rock des plus plaisants. Ou encore I Would For You, qui est dans la même veine que la chanson pré citée mais qui est beaucoup plus aérienne et avec un final au piano d’une grande beauté. Bref, tout ça pour dire que l’album reste assez varié, malgré une omniprésence des boîtes à rythmes.

MO_NIN1

Mais contrairement à un très grand nombre de tocards dans l’industrie du disque qui ne repose sur des pistes préexistantes, Trent Reznor ne se contente de reprendre ce qui existe déjà, il invente, innove. Ainsi, chaque rythmique est différente, chaque morceau possède une identité propre. Alors certes, il est vrai que l’on est très loin de ce qui se faisait auparavant dans le groupe. Le leader s’est assagi, il n’a plus la même hargne qui le hante et en plus il s’est marié et en a fini avec ses problèmes d’addiction, donc forcément, niveau musical, c’est plus calme, mais aussi plus construit. On entendre cela sur Satellite mais aussi Disappointed, où l’on voit une vraie recherche et un vrai travail intéressant. Au niveau de la voix, ce n’est pas parfait, certes, mais au final, on s’en fout un peu car de longues plages instrumentales baignent l’album et les morceaux. Alors évidemment, tout n’est pas rose dans cet album. Premièrement, avec une absence flagrante de rage, les morceaux sont moins percutants et à la longue, on se lasse assez vite du skeud. Ensuite, certains morceaux sont assez faiblards par rapport aux autres, comme In Two par exemple.

Au final, Hesitation Marks n’est pas le plus parfait des albums de Nine Inch Nails, mais il reste très intéressant. Délaissant sa rage au placard, Trent Reznor livre un album électro intéressant, avec des boîtes à rythmes très travaillées et innovantes. Malgré tout, une redondance est très rapidement sentie et l’album doit s’écouter plusieurs fois pour en saisir toutes les subtilités. Un cruel dilemme que seul NIN sait cultiver.

  1. The Eaters of Dreams
  2. Copy of A
  3. Came Back Haunted
  4. Find My Way
  5. All Time Low
  6. Disappointed
  7. Everything
  8. Satellite
  9. Various Methods of Esacape
  10. Running
  11. I Would For You
  12. In Two
  13. While I’m Still Here
  14. Black Noise

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net