Stranger Things – Suspicious Minds – Gwenda Bond

Auteure : Gwenda Bond

Editeur : Lumen

Genre : Thriller, Fantastique

Résumé :

1969. Étudiante sur le petit campus d’une université de l’Indiana, Terry est bien loin des soubresauts qui secouent le pays, profondément divisé par la guerre du Vietnam. Mais quand elle apprend qu’on recherche de jeunes cobayes pour une étude gouvernementale menée dans la petite ville de Hawkins, elle se retrouve embarquée dans un projet inquiétant. Nom de code MKUltra. Camionnettes aux couleurs sombres, laboratoire caché au fond des bois, substances hallucinogènes administrées par des chercheurs muets comme des tombes… Terry, jeune et idéaliste, est bien décidée à lever le voile sur les manigances de l’inquiétant Dr Brenner. Car derrière les murs du Laboratoire National de Hawkins, l’ampleur de la conspiration dépasse tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Pour relever le défi, il lui faudra l’aide des autres cobayes, devenus ses compagnons d’armes… à commencer par une fillette aux pouvoirs sidérants dont le nom est un simple chiffre, Huit.
Terry et le Dr Brenner vont dès lors se livrer une guerre d’un genre nouveau, dont le champ de bataille n’est autre que le cerveau humain…

Avis :

On le sait maintenant, les séries sont devenues aussi populaires que le cinéma, si ce n’est plus aux yeux de certaines personnes. En effet, on retrouve des gens qui préfèrent le format série, avec de longues intrigues s’étalant sur plusieurs épisodes, que des films à la mise en scène plus léchée, mais à l’histoire plus courte. Ceci dit, quand on parle de mise en scène, certaines séries rivalisent avec le septième art et cela est dû notamment à Game of Thrones, qui a très clairement révolutionné le monde de la télévision. S’en est suivi d’autres séries qui ont connu des succès plus ou moins retentissants, à l’image des adaptations Marvel de la part de Netflix, mais aussi avec Stranger Things, série qui nous préoccupe aujourd’hui. Formellement très réussie, avec une première saison vraiment intéressante, Stranger Things a su trouver son public et a même offert par la même occasion une vague de revival des années 80, où certains scénaristes y ont vu la poule aux œufs d’or, caressant dans le sens du poil les nostalgiques. Comme une troisième saison va voir le jour en Juillet, il était logique de ne pas faire tomber la hype, même si la deuxième saison avait refroidi pas mal de monde. Du coup, c’est sous la forme d’un roman Young Adult que la série se décline désormais. Est-ce bien ?

Plutôt que de servir une suite inutile ou alors d’intercaler une histoire originale entre deux saisons, Gwenda Bond, auteure certifiée 100% Young Adult (même si elle a fait un essai dans la littérature dite pour adulte), a décidé de faire ce que l’on appelle une préquelle, c’est-à-dire de raconter ce qu’il s’est passé avant la naissance de Eleven, de l’ascension du Dr. Brenner aux manipulations qui ont amené la mère de Eleven à disparaître. En faisant ainsi, l’auteure va tenter deux choses, de faire original en proposant un nouveau méchant loin du Demogorgon, plus humain dans son physique, mais aussi de proposer une ambiance plus différente, baignant cette-fois dans la fin des années 60 et le début des années 70. Au niveau de l’histoire, on va donc suivre Terry Ives, la mère de Eleven, dans son parcours d’étudiante, qui va intégrer une expérimentation scientifique où elle va server de cobaye. Elle va alors développer des facultés assez extraordinaires, comme se plonger dans un autre monde. Elle est accompagnée de trois amis, Alice, une garagiste qui peut entrevoir le futur, Gloria, une étudiante black, et Ken, un garçon homosexuel qui se dit médium. C’est alors qu’au bout d’un petit temps, ils se rendent compte que le Dr. Brenner, qui mène ces expériences, est un homme capable de tout pour réussir ses expériences, allant même jusqu’à enfermer une petite fille de 5 ans capable de faire des illusions. Ensemble, ils décident donc de faire tomber ce médecin aux techniques immorales.

On pourrait croire en lisant ce pitch que le roman va être plein d’aventure et s’axer énormément sur l’action pour faire brûler le laboratoire de Hawkins. Mais il n’en sera rien. Le roman préfère largement raconter les déboires des expériences et les divers pouvoirs des personnages. Ainsi donc, si Terry a le beau rôle car ce sera la mère de Eleven, on se rendra vite compte que c’est Alice qui aura nos faveurs. Plus drôle, plus attachante, la jeune garagiste possède un vrai background et participe à l’émancipation des femmes de ces années. Bien évidemment, Terry n’est pas en reste et on aura notre lot de moments attachants avec elle, d’autant plus qu’elle connait un destin pas facile et que cela contribue à faire d’elle la personne qu’elle devient, à savoir une femme déterminée et qui réfléchit peut-être beaucoup trop. Le problème va clairement venir des autres personnages, un peu trop lisses et qui remplissent un cahier des charges prédéfini. On aura droit au personnage homosexuel, même si cela n’a pas d’impact sur le récit, au personnage black et où l’auteure pourrait signer quelques lignes sur la ségrégation, même le grand méchant s’avère assez cliché, restant mystérieux sur son passé et n’ayant qu’un seul but, réussir ses expériences. Alors oui, cela n’entache pas le plaisir de lecture, loin de là, mais on sent presque un côté un peu obligatoire, de proposer des personnages clichés pour coller au mieux à toutes les communautés. C’est dommage.

Si l’histoire en elle-même est plutôt plaisante, elle reste contemplative et juste une note d’intention pour attraper les fans de la série. Concrètement, on n’apprend rien de bien nouveau sur le monde de l’autre côté et hormis le fait de montrer le vrai visage du Dr. Brenner, le roman n’offre rien de bien croustillant à se mettre sous la dent. La tension est présente mais de façon parcimonieuse et on sent bien que le roman est à destination des plus jeunes lecteurs, se freinant grandement dans les moments de peur ou dans l’apparition de certains monstres qui sont décrits de façon très légère et sans entrer dans les détails. Les fans de la série seront certainement déçus pour cette volonté d’édulcorer l’ambiance un peu horrifique au profit d’une histoire scientifique et de jeunes amis qui tentent de renverser un médecin maléfique. Alors ce n’est pas mauvais dans son ensemble, mais ça reste un peu trop gentillet. Fort heureusement, l’auteure se rattrape sur la projection dans ces années et les différentes références que l’on peut y trouver. On nous parlera de Woodstock, de la guerre du Vietnam ou encore de certaines références culturelles comme les premiers pas de l’homme sur la lune. Des éléments importants dans l’histoire des Etats-Unis, et qui reviennent ici pour parfaire cette ambiance presque festive de révolution intellectuelle. Et même si, concrètement, cela n’impacte que peu l’histoire (hormis la guerre du Vietnam), on se plonge assez facilement dans cet univers.

Au final, Stranger Things – Suspicious Minds est un roman typique de la Young Adult. C’est-à-dire qu’il remplit parfaitement un cahier des charges préétabli pour ne pas choquer les lecteurs et offrir quelques éléments de réflexion basiques comme l’émancipation de la femme dans les années 60 ou encore les retombées catastrophiques d’une guerre qui ne sert à rien. Fort heureusement, Gwenda Bond écrit plutôt bien et arrive à accrocher le lecteur avec des personnages attachants et une ambiance plutôt agréable qui colle parfaitement à la série. On peut donc dire que le roman fait office de casse-croûte en attendant la troisième saison et les plus curieux, ou les fans inconditionnels de la série, seront comblés.

Note : 14/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net