octobre 26, 2020

Plonger

De : Mélanie Laurent

Avec Gilles Lellouche, Maria Valverde, Ibrahim Ahmed dit Pino, Marie Denarnaud

Année : 2017

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

C’est l’histoire d‘un amour total entre César et Paz.
Paz, photographe espagnole, nourrit une soif de rencontres, d’expériences et de voyages, alors que César, ex-grand reporter de guerre, souhaite à l’inverse s’extraire du tumulte du monde.
Paz est enceinte, cette perspective l’angoisse, l’étouffe. Elle semble s’éloigner chaque jour un peu plus de César, comme obsédée par quelque chose qui lui échappe.
Jusqu’au jour où elle disparait, laissant son enfant et César sans véritable explication.

Avis :

Actrice française, aussi aimée qu’elle est détestée, Mélanie Laurent est une touche à tout qui n’a pas peur de se casser la gueule. Photographe, peintre, chanteuse, en 2011, la belle s’était frottée à la réalisation. Après deux courts-métrages, elle livrait son premier film, « Les adoptés » et le film fut une jolie réussite. Trois ans plus tard, elle récidive l’essai avec « Respire« . Après s’être arrêtée sur la case documentaire écologique, cause qui lui tient à cœur, voici que Mélanie Laurent offre un troisième film de fiction.

On dit bien souvent que le troisième film est celui de la confirmation. Il serait facile de créer une première surprise, suivi d’une deuxième et bien souvent, pour le troisième, certains réalisateurs se relâchent quelque peu et ça peut être le drame. Avec « Plonger« , même si le film ne sera pas à la hauteur des deux premiers films de la réalisatrice, il n’en restera pas moins une bien belle expérience, dotée d’une belle histoire, d’un très joli couple de cinéma et d’une ambiance pour le moins captivante. Bref, avec ce troisième film, Mélanie Laurent confirme alors ses talents de metteur en scène et la suite l’a encore une fois confirmée.

César et Paz se sont rencontrés pendant des vacances et ce fut l’amour fou, l’amour total, libre et intense. Le couple s’est très rapidement installé ensemble. Lui est un ex reporter de guerre, elle est une photographe, dont le travail commence à beaucoup intéresser. Ce bonheur va continuer jusqu’au jour où Paz tombe enceinte. L’idée d’être mère, d’avoir un enfant, l’inquiète, l’étouffe, l’effraie et c’est peu à peu qu’elle s’éloigne de César, jusqu’au jour où elle décide de partir, prendre ses distances, pour se retrouver…

« Plonger« , comme son titre l’indique, est une plongée totale dans l’univers d’un couple avec ses bons, ses beaux côtés, comme ses cotés plus sombres, plus durs.

Comme toujours chez Mélanie Laurent, « Plonger » est une œuvre esthétique. Mélanie Laurent a un œil, un style qui commence à se faire remarquer et on peut dire que visuellement parlant, « Plonger » est l’un de ses plus beaux films. Les plans sont incroyables, certaines séquences ont vraiment beaucoup de gueule. L’intimité et l’intensité de cette rencontre sont très bien rendues. La photographie est somptueuse. Mélanie Laurent filme ses acteurs de manière superbe, offrant même à Gilles Lellouche l’un de ses plus beaux rôles. Il y a quelque chose d’intense et de poétique en même temps qui se dégage de son film. D’ailleurs, quand on parle poésie, on ne peut que penser à ces scènes finales, magiques, tendues, incroyables, profondes dans tous les sens du terme.

On ne peut donc pas reprocher grande chose de ce côté-là. « Plonger » est beau et rien que pour ce côté esthétique incroyable, il captive. Mais alors pourquoi n’est-il pas aussi fort et puissant qu’une « Respire » ou qu’un « Les Adoptés » ou encore même son suivant, l’Américain « Galveston » ? Eh bien la réponse peut surprendre, mais c’est parce qu’il est trop riche. Avec ce film, Mélanie Laurent aborde beaucoup de sujets, le couple, l’amour au départ charnel et bien plus après, le film aborde les couples « mixtes » dans les langues, puis « Plonger » s’en va sur la dépression post, mais aussi pré, natale et c’est sûrement le plus intéressant de tout le film. Mélanie Laurent traite particulièrement bien ce sujet, le couple qui se fissure peu à peu, et la douleur qui naît de cet amour trouble et étouffant. « Plonger » est un film qui aborde aussi l’art, la création, la liberté dans l’art, le film tient un petit côté écologique, puis au fur et à mesure, ce qui était un drame sur le couple se mue en enquête sur la disparition d’une femme. Le film va aborder le deuil aussi et si Mélanie Laurent aborde bien, voire très bien, beaucoup de ces sujets, quand on les prend seul, sur l’ensemble, elle en survole d’autres et on finit par être perdu à l’intérieur de son film, qui tout en étant ordonné et cohérent, part sur des routes floues, quand il n’emprunte pas les sentiers du simplement, c’est beau, c’est bien traité, mais c’est en trop.

On ressort donc de « Plonger » conquis d’un côté, et quelque peu déçu de l’autre. Ce troisième film de Mélanie Laurent est bon, et il confirme bien tout le talent de sa réalisatrice, mais il reste aussi un film aurait mérité d’être plus centré, resserré, sur certains de ses sujets, oubliant certains autres qui finalement ne sont pas utiles à cette histoire. Quoi qu’il en soit, entre amour et petite déception, entre beauté, esthétisme, ces comédiens et cette histoire d’amour, « Plonger » mérite bien plus qu’un coup d’œil.

Note : 13/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.