Le Bruit des Glaçons

De : Bertrand Blier

Avec Jean Dujardin, Albert Dupontel, Anne Alvaro, Myriam Boyer

Année : 2010

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

C’est l’histoire d’un homme qui reçoit la visite de son cancer.  » Bonjour, lui dit le cancer, je suis votre cancer. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance… « 

Avis :

Bertrand Blier, et surtout le cinéma de Bertrand Blier, se sont un peu des ovnis dans le paysage du cinéma français. Réalisateur aimant l’absurde, réalisateur aimant la critique et la satire, réalisateur qui ose essayer des choses, quitte à se « viander » et ne pas plaire, Bertrand Blier, c’est une histoire d’amour de cinéma et d’échecs et plus particulièrement depuis les années 90. Si Bertrand Blier a connu de très beaux succès publics et critiques, notons qu’il a même eu un Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1978, ses derniers films n’ont été qu’échec sur échec et c’est vraiment dommage. Mais ces échecs (injustes) ont fait alors de lui un réalisateur culte.

Cinq ans après l’un de ses films les plus classiques, « Combien tu m’aimes ?« , Bertrand Blier était de retour avec un film totalement absurde. Un film un peu fou, à l’humour décapant. Un film improbable, inattendu, aussi beau que triste. Un film porté par des acteurs au top, qui s’éclatent dans cette absurdité sans limite. Bref, un film comme Bertrand Blier en a le secret et autant dire qu’on entre ou non dans le délire. Nous, comme vous vous en doutez, on a fait bien plus qu’y entrer !

Charles Flauques est un écrivain célèbre qui traverse une très mauvaise passe. Sa femme l’ayant quitté, l’homme se noie totalement dans l’alcool et ça fait bien longtemps qu’il n’a pas écrit une ligne. Un matin qui n’aurait pas dû être différent des autres, la sonnette de la maison retentie. Charles découvre un homme singulier, qui lui annonce de but en blanc, « – Bonjour, je suis votre cancer et je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance… »

« Le bruit des glaçons« , c’est une idée tordue qu’il fallait oser. C’est une idée qui ne fera pas l’unanimité et c’est ce qu’on aime chez Bertrand Blier. « Le bruit des glaçons« , c’est une idée casse-gueule. C’est une idée qui aurait pu faire s’effondrer le film comme un château de cartes à n’importe quel moment, d’ailleurs, il est certain que bon nombre de réalisateurs ne l’auraient pas réussi, comme bon nombre de réalisateurs ne l’auraient même pas osé. Non, pour faire un tel film et réussir un tel film, il faut s’appeler Bertrand Blier.

« Le bruit des glaçons« , c’est un film qui est en permanence sur le fil du rasoir. C’est un film où il faut un sacré mélange de culot et de subtilité pour faire que l’ensemble fonctionne parfaitement et c’est bien ce qui se passe avec ce film.

La première idée qui vient en tête quand on pense au « … bruit des glaçons« , c’est ce scénario totalement fou. Un scénario théâtral, qui ose aller au bout de son idée. Un scénario qui mêle habilement la réalité et la fiction et devant lequel on ne boude pas son plaisir. « Le bruit des glaçons« , c’est un film qui aborde la maladie de manière novatrice, folle et absurde. Pour donner vie à cette maladie, Bertrand Blier a eu l’idée de donner corps et âme au cancer et c’est brillant. Comme toujours chez le réalisateur, on aura droit à un déluge de répliques hilarantes, de punchlines fabuleuses, mais derrière ce côté dingue, derrière l’absurdité des situations, des moments gênants, en fait, « Le bruit de glaçons » se trouve être aussi un film touchant. Un film qui prend la maladie et la mort pour parler de la vie, de la beauté de la vie, de la chance d’être en vie et c’est là que toute la subtilité de l’écriture de Bertrand Blier éclate. Avec quelque chose d’aussi dingue, d’aussi improbable et d’aussi drôle, Bertrand Blier livre surtout et avant tout un drame qui ne manque pas de se faire touchant. Cette subtilité, on la doit aussi au talent de ce quatuor d’acteurs qui se donne totalement dans ce film. Le duo Jean Dujardin, Albert Dupontel fonctionne à la perfection, tout comme il ne faudrait pas oublier les actrices Anne Alvaro et Mariam Boyer, toutes deux extraordinaires, aussi drôles qu’elles sont touchantes, dans des rôles très complémentaires.

« Le bruit des glaçons« , c’est aussi une mise en scène très inspirée. C’est un film qui oscille entre les genres, film noir, comédie et drame à la fois, s’aventurant dans l’irréel, presque le fantastique, ayant un côté théâtral très poussé, tant en étant un vrai film de cinéma. Bertrand Blier ose beaucoup ici, et si parfois il peut s’égarer l’espace d’une ou deux scènes, l’ensemble est si jouissif, si captivant, si passionnant, que franchement, ce n’est pas bien grave.

Bref, « Le bruit des glaçons » est un régal dont presque dix ans après sa sortie, on continue de ne pas s’en lasser. À la fois drôle et touchant, à la fois fou et profond, à la fois grisant, absurde et singulier, Bertrand Blier livre là un film qui ne ressemble à aucun autre et ça fait du bien. Bref, à mettre dans le top de la filmographie de son réalisateur, aux côtés des « … valseuses« , « Buffets froids« , « Calmos » ou encore « Les côtelettes » (oui j’adore ce film, tellement sous côté, mais ça, c’est un autre sujet…).

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net