mars 3, 2021

Saw II

575dffad

De : Darren Lynn Bousman

Avec Tobin Bell, Shawnee Smith, Donnie Wahlberg, Erik Knudsen

Année: 2005

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Chargé de l’enquête autour d’une mort sanglante, l’Inspecteur Eric Mason est persuadé que le crime est l’œuvre du redoutable Jigsaw, un criminel machiavélique qui impose à ses victimes des choix auxquels personne ne souhaite jamais être confronté. Cette fois-ci, ce ne sont plus deux mais huit personnes qui ont été piégées par Jigsaw…

Avis:

Il est souvent très difficile de faire une séquelle qui soit à la hauteur d’un très bon film. Et c’est d’autant plus vrai quand il s’agit de film d’horreur. Freddy 2 est par exemple bien inférieur au premier et il faudra attendre le troisième pour se mettre quelque chose sous la dent. Le premier Saw était un coup de maître de la part de James Wan. Entre une ambiance glauque, une enquête rondement menée, une narration intelligente et surtout un tueur énigmatique, le film avait marqué de nombreuses personnes. Bien évidemment, les recettes étant au rendez-vous, l’idée d’une suite s’est faite rapidement dans le cerveau malveillant de certains producteurs. James Wan sentant le vent tourner, et voulant gagner du fric sans se tirer une balle dans le pied avec un mauvais film, devient producteur exécutif pour le deuxième volet. Est-ce mauvais signe ? Darren Lynn Bousman porte-t-il bien son nom ? En tous les cas, il sera bien difficile d’être à la hauteur du premier métrage.

4eme-saw-2

La conne de service !

Le film commence avec un premier piège et un premier meurtre. Histoire de commencer dans le glauque et d’entrer dans le vif du sujet, il n’y avait pas mieux que de faire un piège qui s’attaque directement à la tête, rappelant ainsi le piège violent de celle qui s’en sort dans le premier. Ce meurtre va faire intervenir un commissaire qui a des problèmes avec son fils et qui ne fait pas dans la dentelle dans son métier, car la victime était un de ses informateurs. Il va alors mener son enquête et rapidement trouver et coincer Jigsaw. Seulement, ce dernier accepte de parler et de se faire arrêter si le commissaire résout la dernière énigme qu’il a concoctée. Sur plusieurs écrans, le commissaire voit alors des gens qu’il a arrêtés par le passé, enfermés dans une baraque avec son fils. En gros, dans cet opus, terminé  la phase enquête et mystère, on se retrouve en plein Bigger Than Life, proposant plusieurs pièges dans une maison et plusieurs mises à mort sanglantes. Ce qui est dommage, c’est que le scénario ne s’axe pas forcément sur tous les personnages et peu sur le fils. On va essayer d’en savoir plus sur le commissaire, au caractère impulsif, mais on est bien loin du travail effectué sur Danny Glover ou sur les deux piégés dans le premier opus. Le côté psychologique n’est que très peu abordé et c’est bien dommage.

Niveau ambiance, on descend aussi d’un cran. Mais ce n’est pas de la faute à l’ambiance générale. En effet, le choix de la maison remplie de pièges est très intéressant, tout comme le coup des observateurs, se retrouver malgré eux dans la position des savants regardant des souris de laboratoire. Les lumières dans les teintes jaunâtres rendent quelque chose de maladif et d’assez gênant. On trouve aussi un aspect insalubre avec des murs décréptis, des traces de crasse ou du mobilier tout dégueulasse. Bref, au niveau de la baraque, c’est plutôt bien fichu. Le problème provient de la confrontation entre Jigsaw et le commissaire. Dans le premier opus, le tueur était énigmatique, on ne savait pas qui c’était, ce qui le poussait à tuer, et cela lui conférait une puissance vraiment angoissante. Ici, le choix est de le montrer dans toute sa splendeur, cassant complètement son mythe et le rendant aussi faible qu’un enfant de 6 ans. Du coup, tout cela perd de son intensité et de sa valeur. C’est un peu comme si on enlevait les clous sur la gueule de Pinehead, ou si on enlevait le masque de Michael Myers.

18446521.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le rêve du junkie !

Au niveau des acteurs, ce n’est pas terrible.  Tobin Bell joue son rôle de presque tueur psychopathe avec une envie de bien faire. Mais force est de constater qu’il est meilleur avec une cape sur la tronche ou alors allongé sur le sol. Ici, il n’est pas hyper convaincant, et si ses répliques sont assez bonnes, c’est ce qui le sauve du naufrage. A ses côtés, Donnie Wahlberg est encore moins convaincant. Surjouant en bloc, essayant de copier son frère au niveau des expressions, il ne dégage que de l’antipathie, même s’il clame son amour pour son fils. Au sien de la maison, ce n’est pas folichon, mais la palme du plus mauvais rôle revient au gros costaud, qui est d’une débilité et d’une improbabilité consternante. Il joue mal, on voit à trois mille bornes que ce sera lui le dernier méchant et il ne possède aucune finesse. Pour le reste des rôles, c’est le même constat, et on ne s’attardera sur aucun d’eux, ne possédant qu’un très faible background. Mais le pire, c’est que l’on devrait avoir un peu de compassion pour le pauvre jeune homme enfermé là-dedans bien malgré lui, et on ne ressentira absolument rien.

Enfin, comme on sait que la série va virer vers le torture-porn, on s’attend à ce que ce deuxième épisode soit plus gore, plus trash. Et en quelque sorte, c’est vrai, à l’image du premier mort, qui se prend une vierge de fer miniature sur le crâne. Alors il y a plus de sang, entre celui qui se fait éclater le crâne par un magnum, la meuf qui se coupe les poignets dans un piège stupide, le type qui finit cramé dans un four industriel ou encore le gros costaud qui se coupe la peau de la nuque pour voir son tatouage, on a du crade et de l’hémoglobine. Malheureusement, cela ne sert pas forcément le propos et n’est qu’un prétexte à attirer un public avide de sang. D’autant plus que les pièges sont clairement visibles et que seule l’urgence les fait tomber dans la gueule du loup. Heureusement par contre, la fin reste sympathique, s’appuyant sur un twist assez inattendu, qui prend par surprise le spectateur se laissant berner par les mésaventures dans la baraque.

saw_2_15_soif

Une bonne bibine mon Tobin ?

Au final, Saw 2 n’est pas un film désagréable, mais il reste bien inférieur au premier. S’axant plus sur l’aspect gore avec plusieurs pièges et déroulements (alors que dans le premier on ne voyait que les résultats des pièges), le film s’enlise dans une surenchère pas nécessaire. Il reste une fin sympathique et une ambiance dans la maison assez malsaine. Pour le reste, on est dans du classique, que ce soit dans la narration ou dans le déroulement du scénario. Bref, une suite pas catastrophique mais qui annonce une descente inaltérable…

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 05/20 Navrant, racoleur et surtout ultra prévisible… on est bien loin du chef d’œuvre originel… reste quelques meurtres bien fun… mais c’est bien maigre.

ServalNote de Serval: 02/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.