Copycat

De : Jon Amiel

Avec Sigourney Weaver, Holly Hunter, Dermot Mulroney, Harry Connick Jr.

Année: 1996

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Le docteur Helen Hudson, psychiatre réputée et auteur d’ouvrage à succès sur les serial killers, est victime d’un de ses « héros » qui l’agresse sauvagement a l’issue d’une causerie. Fortement traumatisée, Helen vit recluse dans son appartement de San Francisco et n’entretient plus que de rares relations avec le monde extérieur. Jusqu’au jour où elle découvre à la une d’un journal la photo d’une jeune fille victime d’un serial Killer. D’autres crimes ont lieu et Helen se rend vite compte qu’elle est à nouveau en danger.

Avis:

Dans le rayon des petits artisans du cinéma, je demande aujourd’hui Jon Amiel. Réalisateur britannique, Jon Amiel n’a jamais été et ne sera jamais un grand réalisateur, mais pourtant, malgré ceci, le petit père Amiel nous laisse quelques petits films sympathiques à découvrir ou redécouvrir. Une petite carrière qui commence à la fin des années 80 par une petite comédie aujourd’hui oubliée, « Queen of hearts« . S’ensuit des incursions dans le drame, le thriller, le drame historique ou encore la science-fiction, pour finir aujourd’hui à la télévision sur des séries télé telles que « Seven Seconds » ou « Marco Polo« .

Après deux comédies et une romance en costumes, voici que Jon Amiel, pour son quatrième film, se lance dans le thriller. Emmené par Sigourney Weaver et Holly Hunter, « Copycat » jouit d’une jolie petite réputation à travers le temps. Simple et dans un certain sens efficace, « Copycat » est de ces films qui demeurent sympathiques à découvrir. Marqué par sa décennie, le film aura toutefois vieilli et pas forcément en bien. Je ressors alors mitigé, car loin du thriller intense et sombre dont j’avais tant entendu parler, il reste néanmoins un petit film qui se regarde, surtout pour son casting qui comble une soirée et ça, c’est déjà pas mal.

Helen Hudson est une psychiatre réputée dont l’œuvre est l’étude comportementale des tueurs en série. La vie d’Helen a été fortement bouleversée voilà un an, quand un tueur en série s’en est pris à elle. Aujourd’hui, elle vit cloitrée dans son appartement, ayant une peur bleue de sortir de chez elle. Alors qu’un nouveau tueur en série sévit en ville, les agents Monahan et Goetz vont alors venir interroger Helen sur ces meurtres et très vite la psychiatre se rend compte qu’elle est de nouveau en danger.

Vendu comme l’un des meilleurs thrillers des années 90, « Copycat » est un film que j’avais vu à l’époque en VHS et dont je n’avais plus aucun souvenir aujourd’hui, si ce n’est le sentiment de l’avoir apprécié, beaucoup apprécié même. Alors qu’en est-il près de vingt ans après ? Les souvenirs étaient les bons ou pas ? Eh bien le sentiment est plutôt mitigé à la sortie de cette séance.

Plutôt bien ficelé, doté d’une intrigue quelque peu convenue mais intéressante, le film de Jon Amiel se laisse regarder avec un petit intérêt. Oui, je parle d’un petit intérêt, car au final, malgré sa bonne intrigue, « Copycat » est un film qui demeure décevant car il n’est pas aussi sombre et puissant qu’il aurait pu l’être.

Si ses actrices sont excellentes, et notamment Holly Hunter en inspectrice engagée et performante, « Copycat » est un film qui a pris un coup de vieux, et pas qu’un petit coup de vieux. Alors bien sûr, il en résulte un charme indéniable des années 90, mais ce charme a aussi tendance à casser l’intrigue qui finalement, malgré ce scénario bien ficelé, n’arrive pas vraiment à nous emporter dans son enquête. Une enquête, comme je le disais, moins sombre qu’elle n’en a l’air (elle peut même avoir un côté caricatural, surtout dans le jeu des comédiens qui incarnent les tueurs en série. Ils en font trop), alors même que le scénario aborde de bons sujets, comme l’agoraphobie qui survient des suites de l’agression en entrée de film. L’intrigue sur son fil rouge est bien ficelée comme je le disais, mais elle développe aussi des évènements qui ne font pas avancer l’affaire. Jon Amiel s’égare et s’évase parfois, comme par exemple tout ce qui est fait autour de la relation entre Holly Hunter et Dermot Mulroney, franchement ça ne sert à rien.

Enfin, il faut dire aussi que le film souffre de la comparaison avec deux thrillers indémodables qui n’ont contrairement à lui aucunement vieilli, « Se7en » et « Le silence des agneaux« .

Dans l’ensemble, « Copycat » est un film qui se laisse regarder avec ses défauts et ses qualités. Je peux même dire qu’il peut se laisser apprécier. Mais une fois vu, il ne restera pas forcément en mémoire et c’est bien dommage. S’il fut fort au moment de sa sortie, aujourd’hui, il en reste un petit film qui finalement sort de l’oubli sûrement à cause de son casting. Bref, une déception donc, même si je reste content de l’avoir redécouvert.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net