Godsmack – When Legends Rise

Avis :

Les groupes de rock/métal ont souvent la vie dure et hormis quelques rares exception et groupes de légende, ce n’est pas souvent qu’une formation est reconnue à sa juste valeur par le public, les critiques et certains politiques. Car oui, Godsmack, en un poil plus de dix ans de carrière, a réussi un sacré tour de force, celui de devenir l’un des groupes de rock/métal les plus vendus au monde, et surtout, d’avoir un jour consacré dans l’année à Boston. En effet, à l’occasion de la sortie de leur sixième album, 1000 HP, Boston, capitale du Massachussetts dont est originaire le groupe, a déclaré que le 6 août serait le Godsmack Day. Une belle récompense pour un groupe qui, pourtant, ne perce pas des masses à l’internationale, ou tout du moins en France, dernière roue du carrosse en matière de rock et de métal. Et c’est quatre ans après le très bon 1000 HP que le groupe revient avec When Legends Rise, septième effort de la formation, qui garde le même line-up depuis maintenant cinq albums. Et malgré notre amour pour le groupe, on aurait pu craindre un sacré virage de la part de Sully Erna et sa bande, puisque ce dernier a annoncé à la presse que cet album serait plus commercial, plus accessible. Quand on sait que le groupe est déjà pas mal plébiscité, ça fait un peu peur. Fort heureusement, toute crainte s’est dissipée dès la première écoute.

Le skeud débute avec le titre éponyme de l’album et force est de constater que oui, le groupe semble s’assagir, mais pas au niveau des riffs ou de la rythmique, mais plutôt d’un point de vue structurel et attractif. Durant moins de trois minutes, le morceau envoie du lourd au niveau des grattes, mais surtout, il s’applique à faire un refrain catchy ultra mémorisable et qui donne immédiatement envie de chanter à tue-tête. Le pari est largement réussi puisque le titre fonctionne du tonnerre, s’avère très efficace, court, concis et finalement assez nerveux. On retrouvera la même forme avec Bulletproof, le premier single pour vendre l’album, qui s’avère plus doux au niveau du refrain, mais qui marche aussi bien. La mélodie est tout simplement parfaite, les paroles se boivent comme du petit lait malgré leur côté mièvre et finalement, le refrain est là aussi vite mémorisable et donne une forte envie d’imiter la voix du chanteur. Le groupe ne s’y trompe pas, va à l’essentiel et essaye de faire des chansons plus fédératrices, avec des chœurs et du coffre comme pour Unforgettable par exemple, qui est un titre simple dans sa structure mais ultra efficace et formatée pour faire des émules. Alors oui, on pourrait aisément cracher à la gueule du groupe dans cette volonté de se faire plus mercantile, mais c’est bien, et surtout, cela ne trahit aucunement le crédo du groupe et son penchant pour les rythmiques nerveuses et parfois brutales.

Certains titres sont d’ailleurs très rentre-dedans, à l’image de Let it Out et son aspect un peu grunge au départ mais qui affiche un refrain original et ultra addictif. On peut aussi évoquer Take it to the Edge, un titre très classique dans sa forme, mais qui n’hésite pas à aligner les riffs lourds et puissants pour montrer qui est le patron dans ce domaine. Sully Erna s’applique à rendre sa voix envoûtante, partant dans des graves quand il le faut et se voulant plus touchant par moments. Bien évidemment, l’album n’est pas exempt de défauts, comme des structures qui reviennent sans cesse ou encore des titres un poil plus faiblards que le reste comme Just One Time ou encore Every Part of Me, qui se révèlent être des morceaux assez transparents et passe-partout, ce qui est dommage, mais c’est bien peu par rapport à la qualité du reste. Une qualité qui va aller grandissante avec un titre bien précis, Under Your Scars. En milieu d’album, Godsmack livre une partition qui sort du lot, commençant avec un piano et du violon, pour une ballade tout simplement sublime, où le chanteur se surpasse avec sa voix si caractéristique. Le morceau vaut à lui seul l’écoute de l’album, non seulement parce que c’est beau et que ça prend aux tripes, mais aussi parce que le groupe montre une nouvelle facette, construisant une ballade digne des hits des années 80, avec en prime un magnifique solo de guitare. Bref, typiquement le genre de titre fait pour durer et qui marque celui qui l’écoute.

Au final, When Legends Rise, le dernier album en date de Godsmack, est une pure tuerie malgré l’annonce faite par le chanteur voulant un effort plus rock et plus commercial. Il en ressort une galette prenante, belle, parfois nerveuse et d’autres fois touchante, qui offre tout le panel de ce que sait faire le groupe américain, ne vendant jamais son âme au diable, mais trouvant un juste équilibre entre l’aspect mercantile et l’effet fédérateur. Bref, c’est du tout bon !

  • When Legends Rise
  • Bulletproof
  • Unforgettable
  • Every part of Me
  • Take it to the Edge
  • Under Your Scars
  • Someday
  • Just One Time
  • Say my Name
  • Let it Out
  • Eye of the Storm

Note : 18/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net